BLOG GRINDESEL

Merci pour vos contributions et visites

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 2/ POUR LES MIRACLES IL FAUT ATTENDRE MEME A LOURDES

Aller en bas 
AuteurMessage
GRINDESEL
Admin
avatar

Nombre de messages : 739
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: 2/ POUR LES MIRACLES IL FAUT ATTENDRE MEME A LOURDES   Ven 23 Nov - 20:44

PLAIDOYER POUR UN DEBAT OBJECTIF MAIS SANS LANGUE DE BOIS
suite au documentaire LE TEMPS DES FORETS

Il est plus facile de démolir que de construire

LE TEMPS DES FORETS  documentaire réalisé par François-Xavier Drouet

François-Xavier Drouet vit sur le plateau de Millevaches. Diplômé en sciences politiques et en anthropologie, il a suivi le master de réalisation documentaire de création de Lussas.

Sur les premiers contreforts du Massif central, la montagne limousine est l’une des régions les plus boisées du pays. En moins d’un siècle, les plantations de résineux ont pris la place de l’agriculture, bouleversant le paysage.
Alors que les coupes se multiplient, des voix s’élèvent contre ces monocultures de conifères et leur mode d’exploitation intensif. Mais une autre forêt est-elle possible ?
Diffusion France 3 national en juillet 2017 (L’heure D)

SYNOPSIS DU DOCUMENTAIRE  PROPOSE PAR LA REALISATION  
                                                                                                                  
Symbole aux yeux des urbains d'une nature authentique, la forêt française vit une phase d'industrialisation sans précédent. Mécanisation lourde, monocultures, engrais et pesticides, la gestion forestière suit à vitesse accélérée le modèle agricole intensif. Du Limousin aux Landes, du Morvan aux Vosges, Le Temps des forêts propose un voyage au cœur de la sylviculture industrielle et de ses alternatives.

Forêt vivante ou désert boisé, les choix d'aujourd'hui dessineront le paysage de demain.

LE RESSENTI DE GRINDESEL 

GRINDESEL s'étonne qu'un groupe non professionnel et ultra minoritaire s'oppose violemment et avec des méthodes contestables contre les responsables d'une situation dont ils ne maîtrisent pas les tenants et aboutissants sous prétexte de récoltes à leurs yeux 'industrielles' réalisées sur des plantations soit disant trop jeunes via des coupes 'à blanc détruisant 'leurs paysages' .
Ce groupe de citadins a investi un village déserté de la haute Corrèze, croyant avoir trouvé le paradis sur terre et le champ idéal pour y développer leur théorie anti productiviste post 68 . Ils y ont évidemment trouvé matière à exploiter … leur incompétence du sujet  .
Il est maintenant très facile d'utiliser des thèmes chocs et les réseaux dits 'sociaux' pour parvenir à toucher le 'grand public' et constituer des fonds d'actions pour d'autres dossiers face à des régionaux confrontés aux réalités complexes de terrain et aux difficultés de 'faire une omelette sans casser des œufs' .
La majorité des autochtones et professionnels du bois ont apparemment convenus qu'en principe, cela ne les empêcheraient pas de bien dormir. Ont ils raison quand on voit les ravages que l'incompétence et , en corollaire, les tensions importées dans la filière bois régionale mais en fait nationale  par des personnes 'diplômées' formatées aux médias et réseaux sociaux  plutôt qu'à l'huile de coude .
Introduire des critiques et tenter d'entraîner un mouvement de protestation hors filière bois convaincu que leurs chères et , pour certains, longues et remarquables études, leurs avaient permis d'intégrer rapidement, face à des siècles de bon sens paysans , des décennies de compétences professionnelles les autorisent ils à remettre en cause un vaste programme de reconquête d'un territoire abandonné et d'une filière forestière en pleine et nécessaire reconversion .
Leurs actions sont très mal perçues dans leurs formes par des gens satisfaits d'assurer leur fins de mois et le développement de leurs entreprises même si, pour cela, il leur faut 'faire des heures et vivre différemment que des contestataires anti productivistes. Les 'travailleurs dans leur majorité heureux de travailler'  contribuent probablement à assurer les fins de mois de certains d'entre eux !
On est à même de comprendre qu'un certain public soit soucieux de s'informer convenablement pour comprendre ce qui peut s'interpréter comme des agressions environnementales . Ce dossier lui est modestement destiné en réponse à cette petite minorité bruyante et agissante en équations intellectuelles .
Est elle capable de mettre par écrit des propositions concrètes et crédibles sur chaque situation technique soulevé mais préalablement débattues en professionnel en fonction de chaque chantier par toutes les professionnels concernés sans ignorer quelques et souvent inévitables dossiers pouvant être parfois contestés par les deux parties ? Tout est explicable sauf l'imprévisible et les aléas climatiques , techniques , sanitaires , humaines et j'en passe d'une activité forestière à forte dominante imprévible .

ACCEPTER LE CHANGEMENT est ce si difficile ?

Par plaisanterie :François-Xavier Drouet est il un maître à penser , un directeur de conscience …ou un homme de bonne volonté face à des problèmes forestiers et de société très complexes pour qui n'est pas expert dans les sujets traités ?

L'excellence est un art qu'il convient de poursuivre au fil du temps. Casser une dynamique toujours perfectible n'est pas, à mon sens , tolérable dans la violence des mots comme des actes.

LA FORET FRANCAISE ET SES ACTEURS

' Les choix d'aujourd'hui dessineront le paysage de demain.' 

Pour Grindesel l'auteur ne s'est pas foulé … Le paysage dénoncé s'est planté au fil des siècles via ses habitants mais aussi grâce à une régénération naturelle constituée d'essences diverses et locales le modifiant constamment dès qu'un espace de lumière se libère au sol pour de multiples raisons .

Encore faut il laisser le temps ...au temps pour qu'elle s'installe . Ce temps se chiffre sur plusieurs  générations et non, comme pour l'agriculture, sur des rythmes annuels  !

Sous entendre que la grande majorité des professionnels concernés n'est motivée que par l'odeur du fric et le plaisir de 'casser du bois' et détruire les paysages est dans l'air du temps. Ces professionnels ont surtout, comme on dit, le nez dans le guidon et a 'd'autres chats à fouetter ' que le confort visuel de citadins expatriés dans une campagne idéalisée !

Comment imaginer des professionnels coupant la branche sur laquelle ils travaillent ! Leur but a été de faire survivre avant tout un territoire et le potentiel de ses habitants  

Quand GRINDESEL a commencé son apprentissage avec un  bac moins quatre en poche en juillet 1955 comme bûcheron , le passe partout était utilisé pour abattre  en forêts et pour découper les troncs dans la scierie artisanale familiale. Les camions de grumes comme de sciage se chargeaient encore à l'épaule dans beaucoup d'entreprises !

Il a terminé ses dernières années professionnelles à moderniser puis aider 640 propriétaires de scieries de tous niveaux ,ayant atteints et souvent dépassé l'âge d'une retraite bien méritée, à revendre et disperser leurs matériels d'occasion devenus obsolètes dans des pays pour la plupart  'en voie de développement'. Il témoigne de sa vie professionnelle depuis 2007 sur Internet.

Sans 'patrons' pour d'innombrables raisons , leurs employés en recherche de travail ont partagé le meilleur et le pire, après avoir travaillés dur sans grand espoir de promotion tout au long de leur 'carrière'.

L'INDUSTRIALISATION

Quelles sont les raisons qui , de son propre vécu , l'a justifiée

L'évolution rapide des premières filières bois vers de meilleures conditions d'exploitation et de sciage ne date – en France que des années 1960/1970 .

En 1967 un de mes anciens clients et amis scieur du Puy de Dôme utilisait encore 2 paires d'énormes bœufs blancs pour sortir ses bois de la forêt !

Les conditions de vie et de travail étaient dantesques mais acceptées comme 'normales' . Manifester – et casser - n'était pas encore à la mode .

Celui qui n'a pas vécu ce temps si proche, 'd'avant' 1950/1960 , ne peut comprendre la stupéfaction des retraités actuels n'ayant pas eu le 'privilège de naître après 39/45' et qui observent la vie d'aujourd'hui , écoutent et regardent d'anciens soixante huitard diplômés cherchant à donner mauvaise conscience à leurs conscrits égarés dans le travail des bois et tenter de les convaincre qu'ils se sont trompés de siècle !

Pire ! Que leurs successeurs détruiraient maintenant la forêt alors qu'ils sont en grande majorité, et à juste titre , fiers d'un travail bien fait et heureux d'y avoir travaillés dans l'enthousiasme .

La réduction des horaires, l'amélioration de l'ergonomie des postes de travail, une meilleure prise en charge de la  réduction des peines ont boostés le développement du machinisme , de la productivité ...et des conditions de vie de l'ensemble de la population forestière Française .

Au contraire de ce qu'affirme l'un des 'résistants contestataires' les décibels des matériels actuels ne dépassent pas,sauf anomalie technique toujours possible , une norme imposée par la législation Européenne et Française'!

Capitaines de T.P.E pour certaines scieries devenues PME et personnel réputé taillable et corvéable  'à merci' comme l'étaient trop d'entreprises avant 1936, ont depuis, été parties prenantes d'une formidable évolution commencée non sans difficultés .

L'échelle sociale de la filière et la durée de vie et de confort des 'patrons' comme de leurs employés' s'est ainsi allongée de quelques échelons , ce qui a considérablement augmenté le nombre de retraités ...en meilleure santé.

Le métier de bûcheron traditionnel et autres métiers de la filière bois première transformation s'est revalorisé via des postes de pilotage à hautes responsabilités genre jeux de société installées dans des cabines climatisées à postes tournant (4 +4 h° et tout a naturellement et rapidement suivi l'évolution des autres filières de production .

Les salaires et (encore rares) avantages sociaux accordés offrent néanmoins un BONUS particulier : l'oxygène dépollué  et des conditions de travail en général décomplexées !

Les filières bois se sont – comme toutes les autres - industrialisées  et développent une foule de nouveaux emplois !

Pilotes de machines ultra modernes , mécaniciens d'entretien de hauts niveaux , commerciaux amont et aval bénéficiant  d'une certaine liberté... mais aussi de chercheurs en résistance de matériaux , en durée de tenue de coupe , en marketing spécifique etc...  

La sylviculture s'est adaptée aux matériels scandinaves et américains que nous n'avions pas oser développer, aux techniques modernes et bien sur évolutives de gestions forestières et d'alimentations de sites de sciages  , à la recherche , aux cultures en pépinières etc ..!

LES ACQUIS ...DES ANCIENS

Construire un avenir en rapide et perpétuelle évolution nécessite de faire fonctionner de moins en moins les bras mais de plus en plus les neurones.

Cela inquiète ceux qui craignent ne pouvoir, ou savoir  faire fonctionner les deux. L'assistanat social s'est ainsi développé .

Son juste coût fait partie des acquis fragiles . Curieusement beaucoup oublient que l'Etat ...c'est nous et qu'une entreprise privée ne vit qu'à travers ses clients et ne peut être une assurance tous risques!

D'autres se prétendent trop intelligents pour accepter un emploi à leurs yeux subalterne et s'emploient à développer une société 'solidaire et sociale' qu'ils aimeraient auto gestionnaire . Ils ont raison : l'oisiveté est le pire des maux !

Les retraités de l'ONF s'extasient toujours de 'leur forêt de Tronçais' dans le 03 aménagée sur une base forestière du 12 ième siècle et cultivée à partir de 1670 sous la direction de Colbert et de sylviculteurs émérites pour alimenter la marine nationale en ...bateaux de bois avec une vision à 1870 / 1900 ...On connait la suite de l'histoire. Le prévisionnel bateau a coulé , a été remplacé par des meubles massifs deouis, remplacés par le concept IKEA à base de panneaux...

Depuis, les syndiqués s'accrochent aux avantages acquis par leurs ancêtres … et vont même jusqu'à s'associer aux discours des plus contestataires et manifester en toute déconnexion avec les réalités de leur métier et de la simple survie des avantages ...acquis ! .  

Leurs fils et petits fils ne rêvent maintenant que de devenir 'formateurs environnementaux' , guide de musés forestiers , voir contestataires élus.

A leurs yeux c'est plus valorisant et cela leur permet d'exposer plus librement leurs théories personnelles sur 'la défense du domaine publique' quitte à ce que le résultat final soit comptabilisé en rubrique pertes et profits ...pour la foule de contribuables dont ils font partie , vaste partie de poker menteur !

Compter le savoir faire accumulé depuis des siècles par les anciens comme des acquis et prôner ce qu'eux considèrent désormais comme étant la forêt feuillus idéale aux frais de badauds invités sur des sites sélectionnés pour défendre le maintien de leur poste de travail en l'état n'a jamais – ou ne peut plus - faire partie du cahier des charges de leur employeur  (nous à qui l'état pompe nos revenus à la pompe à pétrole !) état à qui on demande de plus en plus de compte et d'aides en tous genres.

Beaucoup de ces aides , d'année en année , se sont transformées en une  étonnante tendance à la pure démagogie généralisée allant jusqu'à offrir la moitié du prix d'une voiture neuve ou d'occasion à un acheteur ne sachant comment payer l'autre moitié pendant que d'autres se disent qu'après tout pourquoi pas eux ?

Je n'ai pas encore vu un 'groupe de pression' s'étonner de ce cas précis !    

Avant 1960/1970 c'était la certitude de ne pas mourir centenaire en bonne santé pour cause de pénibilité excessive .

On s'emploie maintenant à chiffrer les dégâts socio professionnels d'antan pour les intégrer aux avantages acquis par les anciens au bénéfice des nouveaux sur la base de constats parfois inversement proportionnel à l'énergie déployée pour certains postes actuels ou l'outil ne sert parfois maintenant plus que... de canne pas toujours en bois .

Pensée qui n'effleurait même pas l'esprit des anciens mais qui les inquiète maintenant au vu de budgets de services sanitaires et sociaux de plus en plus encombrés ! La aussi le temps et les budgets ne sortent pas par miracles en instant T . Sur ce point il faut attendre même à Lourdes !



GRINDESEL le 23 Novembre 2018
PS Ce dossier sera très rapidement  suivi de quelques autres sur le même thème …


**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gfservices.fr
 
2/ POUR LES MIRACLES IL FAUT ATTENDRE MEME A LOURDES
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Remplacement batterie nuvi 1490T (Résolu)
» Attendre 7 jours pour posté une image ???
» Pourquoi les membres doivent attendre 7j pour mettre une image ?
» SERINGUES POUR REMPLIR LES CARTOUCHES
» Un TOPO Garmin pour 2 GPS c'est possible?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOG GRINDESEL :: NEWS :: NEWS-
Sauter vers: