BLOG GRINDESEL

Merci pour vos contributions et visites

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CUBAGE BOIS ET USAGES :Faut il se taire pour être entendu?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GRINDESEL
Admin
avatar

Nombre de messages : 713
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: CUBAGE BOIS ET USAGES :Faut il se taire pour être entendu?    Mar 8 Avr - 11:18

REUNIONS FORESTIERES : Faut-il s’y taire pour être entendu ?

D’un coté des propriétaires forestiers professionnels de longue date, en principe compétents et motivés, souhaitant soulever des problèmes de fond  ou plus réservés pour des raisons difficiles à analyser, et de l’autre, plus nombreux mais tout aussi respectables , de nouveaux propriétaires , avides de mieux comprendre l’art et la griserie d’un nouveau métier embrassé avec une certaine ingénuité suite héritage ou ‘placement comme valeur patrimonial’.

DANS CES REUNIONS : QUE SE PASSE-T-IL SI VOUS SOUHAITEZ DONNER VOTRE AVIS SUR LES RELATIONS ENTRE PROPRIETAIRES FORESTIERS ET ACHETEURS DE LEURS BOIS ?

Quelques propriétaires forestiers tentent de se plaindre à demi mot d'être exploités par les ACHETEURS : ce n'est pas prévu d'en débattre dans l'ordre du jour ..!

Le pot de conclusion les verra tous par contre se libérer en petits comités...

Les 'dirigeants' sont rassurés : ils ont encore évité que soient abordés des sujets qui pouvaient faire 'dégénérer' l'ordre du jour et les 'questions diverses' habituelles.  

Ma conviction

Une société c’est comme une entreprise : sans confrontation des idées, sans  motivations profondes de tous ses membres , dans l’illusion de compétences acquises, rien n’avance et tout se délite.

L’excellence c'est bien connu fuit à mesure que vous l’approchez. Elle s’appelle pourtant progrès. Ne faudrait-il pas l’adopter plutôt que la refuser.

LE DEBAT QUE JE SOUHAITERAI Y VOIR SOULEVER

Les prix de vente d’un produit ont de tous temps été affaire de négociations et de rapports de force entre vendeurs et acheteurs. Le BOIS en fait parti ?

L'usage courant est que le vendeur défende ses arguments face à ceux de l’acheteur qui a, lui, l’avantage d’être un professionnel sensé être plus au courant des prix de marché et des diverses charges correspondantes. Ce décalage induit d’inévitables tensions ou ...tentations!.

Un propriétaire a souvent reçu sa propriété … suite à succession tombant parfois du ciel au moment ou son propriétaire y est - peut être - parti.

Participer à des rencontres forestières susceptibles de fournir aux vendeurs aguerris ou pas, des arguments sérieux pour défendre leur patrimoine, sans se borner à faire acte de présence à invitation corporatiste ou l’on assiste, depuis toujours, à des discours genre électoraux, me semble important sous réserve que l’on soit en droit de s’exprimer.

Exemple de la réunion ADEFOMA d'Avril 2014

LE DEBAT QUE J'AI ESSAYE DE SOULEVER A MA GRANDE SURPRISE ... SANS SUCCES !

Le président du syndicat départemental censé défendre les intérêts de ses confrères propriétaires forestiers, a consacré l’essentiel de son exposé très personnel à déplorer et mettre en valeur ses parfaites connaissances d’un imbroglio politico administratif que lui-même et ses prédécesseurs ont largement participé à mettre en place au cours de multi réunions !

De compromis en compromis une usine à gaz occupe maintenant du monde à ne plus pouvoir rien faire et exaspère ou inquiète confusément ceux leur ayant donné mandat pour les défendre .

Lorsque j'ai tenté de présenter le sujet ci-dessous, persuadé qu'il allait motiver la salle et la distraire d'un exposé conventionnel, en apprenant de Mr le président du syndicat des propriétaires forestiers qu’il fallait aussi prendre en compte les droits d’usages d'acheteurs  que je connais bien autant que lui car ‘né dans le métier’ m'a fait bondir!

QU'A-T-IL TENTE DE NOUS EXPLIQUER CE JOUR LA AVEC L'AIDE DU PRESIDENT DES SCIEURS ET EXPLOITANTS FORESTIERS CURIEUSEMENT PRESENT DANS LA SALLE  ?

Les BAREMES DE CUBAGE - pourtant édités sous l’égide de la FEDERATION NATIONALE des syndicats d’exploitants forestiers , scieurs et industriels du bois et censés  appliquer les normes Française NF 53-015 et  NF B 53-018 - ...ne sont plus respectés depuis longtemps 'pour cause d'usages'!

Ces pseudos droits d'usages qui ont progressivement réduits les volumes réels de plus de 10 % en s’arrangeant avec l’honnêteté ?! Faire des vagues n'est jamais apprécié.

Le débat a été ensuite rapidement et fermement escamoté ! Il aurait pu permettre à d'autres propriétaires présents d'apporter leurs témoignages ! Cela me laissa abasourdi venant de la part d’un président de syndicat!

Il savait que j'allais probablement dénoncer certaines pratiques  qu'il ne pouvait méconnaitre ...puisque je l'avais informé sans réponse quelques mois auparavant !?

Pour couper court à mon initiative visiblement dérangeante la parole fut donc de suite proposée au président des scieurs et exploitants forestiers du département 42 ...pour qu'il donne un avis qui ne pouvait qu'être favorable à ses propres intérêts !

UFC que CHOISIR fait son beurre sur quelques grammes pouvant manquer à une plaquette de beurre alors que les dits barèmes forestiers indiquent les longueurs de 10 en 10 cm  et que les fameux usages évoqués les ont fait fondre au mètre inférieur si vous avez la chance de vous en apercevoir! Quel est votre recours ?

Que le sympathique et actif président présent du syndicat des scieurs et exploitants forestiers de la Loire, invité pour témoigner, ai tenté dans la foulée de justifier les dérives que je venais de tenter d’exposer non sans peine en nous expliquant que le transport des grumes est désormais limité à 16 m, 'donc découpes ‘obligatoire’  à 16,20 m (mais payé à 16 m) et qu’à cette occasion ‘obligation’ a été faite (par qui : Mr USAGE ?!) de classer et découper les surbilles créant ainsi d’autres sur côtes de découpes si ce n'est leur déclassement complet, pratique parait-il parfois constatée en dessous de 4 m !?

L’usage est à géométrie variable suivant les acheteurs. On constate encore des cubages au réel ou au quart déduit encore pratiqué dans le haut Forez et ailleurs en France, comme le sont pour le bois bûches le stère , la moule, la corde (différente suivant les régions!) et d'autres modes de mesures datant du moyen âge !

MON EXPERIENCE PERSONNELLE DE SCIEUR DEVENU PROPRIETAIRE FORESTIER

APRES AVOIR ETE SCIEUR DURANT 11 ANS et très proche d'eux durant 40 ans

Pour ma part je suis resté au cubage toute longueur, au réel, à charge pour l’acheteur de valoriser l’ensemble des grumes et de fournir, après cubage global bucheron validant les coûts d’exploitations (abattage/ débusquage), des bordereaux de cubage 'aux normes en cours' .

Malgré le renouveau du BOIS ENERGIE nos forêts conservent toujours sur coupe différentes pertes de volume en augmentation :

- Affranchissement de pieds et de pattes.
- Purges diverses.
- Bois tordus alors que ce travail devrait être réalisé sur dépôt !

On a vraiment l’impression que le bois énergie est compté pour valeur nulle par les bûcherons et qu'ordre leur est donné d'éliminer tous les défauts ! La recherche de la productivité aurait-elle, la aussi, modifié les 'usages' !

CUBAGE DES BILLONS DITS POUR FABRICATION DE PALETTES

S’entendre dire que les stères de billons de palettes relevés au départ dépôt auraient perdus plus ou moins 5 %  à l’arrivée en scierie soit disant pour cause ‘des secousses lors du transport’ est un peu fort !

C’est désormais l’acheteur qui impose de plus en plus sa propre idée du cubage ...en cubant les camions à leur arrivé et non au chargement comme 'c'était l'usage' !

Les billons de  palette sont trop souvent découpés à 2,50 m après une côte d’usage qui s’était ‘calée, depuis le début de la fabrication industrielle des palettes bois (vers 1965 ?) sur 2,44/2,45 mètres pour une côte payée à 2,40 m.

Le vendeur n’y a vu que du bleu et ne tire donc pas, la aussi, le juste profit de fournir un volume de sciures et plaquettes gratuites à l’acheteur par valorisation des chutes… transformées en dites sciures et plaquettes!

OU EN SOMMES NOUS EN EFFET DANS LA VALEUR DES SOUS PRODUITS PAR RAPPORT A 1965?

La sciure est passée de 0 € A 40 € la tonne fin 2014 et sur 20 000 tonnes de billons bruts facturés à 2,40 m et livrés en 2,50 m, soit 4,16% de surcote, ces chutes providentielles représentent 832 tonnes de sciures vertes soit plus ou moins 33 280 € pour la scierie industrielle qui me les a acheté!!

J’ai vécu, de surcroit, le constat suivant en 2013 = 83,5 st de billons palettes mesurés départ sur camion ET remorque et ... 79 constatées donc payées suite 'contrôle soit disant électronique' à l’arrivé à la scierie !


EXPLICATION

La non prise en compte de ranchers fatigués ayant la fâcheuse tendance à s’ouvrir et non à se fermer comme je me le suis aussi écouté dire le lendemain par le directeur  de la scierie pour obtenir une explication sur la fonte d'un cubage que j'avais moi même relevé la veille avec le chauffeur du camion. Cette curieuse différence s'est négociée a 81,5 stères , près de 100 km de déplacement et une bien désagréable discussion !  

A l'arrivé du camion j'avais en effet remarqué l'écartements des ranchers. A vide le chauffeur m'avait assuré 'qu'il ne chargeait jamais plus de 80 stères'.

J’ai découvert au total 1,5 st x 2  SOIT 3 stères de différence + 0,5 sur les longueurs de bennes soit  83,5 stères! L'astuce ? :

Charger camion + remorque double le bilan et rend l’artifice invisible pour des acheteurs non avertis!

Ce type d’acheteur industriel fait-il modifier ses ranchers lorsqu’il change ses camions !?

Faites le compte : 83,5 - 79 = 4,5 st en moins soit à nouveau 5,42 % de gagné pour l'acheteur!

Total général : Bonus longueur = 4,16 % + Bonus cube = 5,42 % = 9,58 % !

Le pauvre gars chargé de soit disant relever le cubage chez l'acheteur, debout dans une cabine qui ressemble ‘à l’ancienne cabane au fond du jardin’ et chargé de vous dire ‘ce qu’il a trouvé’ en présence de son directeur m'a été présenté comme 'responsable du cubage' !

Je l’en ai dispensé en l'informant que s'il parlait devant son directeur ...il allait être viré le soir même… S'il ne disait pas un mot je comprendrai : Il n'a pas pipé mot!

Par contre je sais que désormais le transporteur et moi même ne sont plus  admis comme fournisseur!

C’est ainsi que travaillait un certain scieur en 2013…Je doute que cela ai changé !

VOUS VOULEZ EN SAVOIR PLUS ? PASSONS AUX BOIS DE CHAUFFAGE PLAQUETTES ET AUX SCIURES?

Le prix de vente du stère de billons palette suit DE PLUS EN PLUS celui du bois de chauffage alors que la qualité palette est censée être d’usage plus noble puisque plus ouvrée : Clouage / Fraisage/ Traitement …Coût de transport encore plus couteux …  

Certains en profitent pour évoquer un conflit d’usage entre les BOIS A PALETTES et le BOIS ENERGIE :

QUESTIONS : Sommes-nous dans un marché fermé ? Lequel des deux est prioritaire sur l'autre ?!


Les mêmes scieurs se plaignent que soit vendues des grumes à l’export alors qu'ils ne savent plus valoriser eux même certaines qualités...

Les PROPRIETAIRES FORESTIERS peuvent dire merci à ces marchés et à l’avènement des BOIS ENERGIE, éternels produits sous payés de la filière bois …

Le prix des bois à palettes devrait normalement monter ...

Le bois bûches n’est plus, comme il y a 15/20 ans, le seul combustible BOIS! Même les écorces et la sciure se vendent !

UN AUTRE EXEMPLE CARACTERISTIQUE ...PASSE SOUS SILENCE ET CONCERNANT LES RESINEUX DITS 'SCIAGES CHARPENTES et PETITES CHARPENTES ou BOIS DE CONSTRUCTION '!

Les vendeurs ont ils tous bien noté qu’une décote de 8 à 14% peut leur être appliquée, ‘par usage’, pour les écorces de résineux sur pied voir abattus !

LE SAVIEZ VOUS ?

Abattre à l’abatteuse, nouvelle et bienvenue chenille processionnaire des acheteurs, des résineux de 200 à 600 mm de diamètre pris à hauteur d'homme ,  présente pour eux d'énormes avantages !

- Pour le confort et la sécurité du pilote disposant d’un système de mesurage qui, curieusement, découpe et enregistre toujours les longueurs en plus plutôt qu’en moins.

- Pour réduire le cubage des bois et là l'astuce est peu connue ! Comment ?!


EXPLICATION

Plus ou moins écorcés de par leur énergique et spectaculaire action, billes cubées après abattage par l'abatteuse ayant arraché sinon écrasé 50 % des écorces, le taux de MINORATION DU VOLUME noté sur CONTRAT DE VENTE SUR PIED de 8 à 14 % ...tombe, ni vu ni connu, entre 4 et 7% sans que nos syndicats acceptent de réagir ?!

Autant de gagné en bois énergie plaquettes plutôt qu'écorces...et un cube client minoré d'autant !

Pour mémoire s'y ajoutent pieds et défauts purgés laissés en forêt et non sur dépôt, billes découpées avec sur cote et sans concertation et voir ainsi, une fois de plus, fondre le cube vendeur de …quelques % supplémentaires ! 

Avoir remarqué que le prix de la tonne de sciure soit passé de 5 € à 40 € en à peine 10 ans pourrait expliquer un inexorable allongement des surcotes de découpes 'pour compenser cette hausse ?


Les sur mesures abondent à bon compte les appros de miraculeuses usines de production de granulés, pour des entreprises qui ont eu la bonne idée d’investir dans cet excellent combustible tout en bénéficiant de médias, tant d’état que privés, leur faisant une publicité gratuite démentielle aux frais des contribuables ou/et clients.

De 8 % de bonification moyenne DU CHIFFRE D'AFFAIRE d'une SCIERIE obtenue grâce à ces ‘déchets’ , taux annoncé dans les années 1980/90 par l’un de mes anciens clients en matériels de scieries qui avait été l’un des premiers à comprendre l’intérêt de cette formule, ce chiffre est devenu …tabou par les industriels du granulé !

Les témoignages de sympathie et l’étonnement partagé par quelques personnes surprises par les thèmes objets de ce post,  m’encouragent à persévérer dans ma ligne de conduite.

J'attends par contre sans succès une réaction du syndicat depuis Avril 2014 !

BILAN PROVISOIRE EN ATTENTE D'AUTRES TEMOIGNAGES

Entre 4 et 7% de cube en moins pour cause de réduction ni vu ni connu du taux d'écorce
+ La récupération des chutes provenant des sur côtes de longueurs
+ Celles laissées sur coupe
+ L'amélioration de la qualité des grumes en éliminant leurs moindres défauts (voir la liste non limitative citée plus haut...)
...nous en sommes OU des cadeaux indirects financés par ...LES PROPRIETAIRES DE LA RESSOURCE FORESTIERE FRANCAISE ?


Entre 8 et 15 % ? Probable.

PS : Entre 8 et 15 % sur des prix de vente au m3 variant entre 20 et 80 € ?..

Qu'en dit notre syndicat ?

GRINDESEL Dossier monté entre le 06 04 2014 et le 16 01 2015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gfservices.fr
 
CUBAGE BOIS ET USAGES :Faut il se taire pour être entendu?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» canton comment bien débuter pour un débutant
» Problème d'activation de ma ligne BBOX Fibre: Pas de rapport du technicien
» La TV en zone non dégroupé
» Applewood, la pomme... et le bois.
» Quel parametre faut -il configurer pour que l'alerte vitesse soit rouge quand on depasse la vitesse autorisée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOG GRINDESEL :: TRIBUNE LIBRE GENERALE SUR LE BOIS ENERGIE :: Tous sujets concernant cette filière-
Sauter vers: