BLOG GRINDESEL

Merci pour vos contributions et visites

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 PLAQUETTES FORESTIERES : UN PUIT DE PETROLE VERT FRANCAIS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GRINDESEL
Admin
avatar

Nombre de messages : 713
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: PLAQUETTES FORESTIERES : UN PUIT DE PETROLE VERT FRANCAIS   Ven 11 Juil - 19:15

LES PLAQUETTES FORESTIERES – ETUDE FCBA de 2008 prise en référence par L’ADEME.

Nota : FCBA, l'Institut Technologique Forêt Cellulose Bois-construction Ameublement –

CONDENSE DU SUJET

GRINDESEL s’autorise à compléter cette étude... certains consommateurs non initié étant en droit d’attendre des informations 'un peu plus pointues'.

Site Internet de référence

Les plaquettes forestières - Définition et exigences - Ademe
www2.ademe.fr/servlet/getBin?name...pdf


SUJET COMPLET

' Définition et origine des plaquettes forestières'

Il s’agit d'un combustible  obtenu par broyage ou déchiquetage de tout ou partie de végétaux ligneux issus de peuplements forestiers et de plantations n'ayant subi aucune transformation (directement après exploitation).

Du fait de leur origine, les plaquettes forestières peuvent contenir des fragments de bois, d’écorce, de feuilles ou d’aiguilles.

Le broyage ou le déchiquetage peut se réaliser en forêt, en bord de parcelle, sur place de dépôt, directement à l'entrée de la chaufferie et/ou de l’unité de transformation… '


NOTE DE GRINDESEL

Une opération de 'broyage' éclatant les bois plutôt que les coupant est normalement à réserver à la fabrication de compost et non de plaquettes forestière. Pour celles ci le terme exact est DECHIQUETAGE opération effectuée avec une déchiqueteuse à COUTEAUX (Coupes franches) et non un broyeur ...à MARTEAUX (Ecrasage des fibres).

Le stockage préalable en billons permet de réduire le taux d’humidité des bois à déchiqueter. Le rendement calorifique n'en sera que supérieur.

Il laisse SURTOUT le temps aux feuilles et aiguilles de tomber d'elles mêmes ce qui évite d'augmenter le taux de fines, réduit la poussière et évite la présence de micros champignons fortement allergiques dans les plaquettes.

Dans une opération de 'BROYAGE' , l'écrasage des fibres et la présence d'écorces/ feuilles et aiguilles accentue le phénomène de décomposition des bois et sa transformation en composte ...ce qu'il faut absolument éviter pour un combustible !

' A noter : le référentiel plaquettes forestières peut s’appliquer au bois d’origine bocagère et bois d’origine urbaine tels les bois d’élagage urbains, y compris la partie ligneuse des refus de crible issus du compostage de déchets verts...sauf s'ils présentent un début de décomposition !

ETUDE FCBA de 2008

Taux d'humidité

L’humidité des plaquettes forestières varie suivant :

-L’essence puisque l’on peut rencontrer des écarts sensibles '

Note de GRINDESEL

Le peuplier, par exemple, contient beaucoup plus d’eau que le Douglas.

- ' La grosseur des bois ou plus précisément l’importance du rapport « volume aubier/volume total » dans la mesure où les cellules jeunes contiennent toujours une quantité d’eau plus importante que celle rencontrée au niveau du bois parfait ;

- La période d’exploitation car la période végétative entraîne une augmentation d’humidité liée à la circulation de la sève.

- Les conditions de stockage car un abri des intempéries réduit logiquement les possibilités de reprise d’humidité.'

Note de GRINDESEL : Sauf consommation dite ‘en flux tendu’ dès abatage, cas malheureusement fréquent dans les mégas chaufferies ce qui engendre un gaspillage colossal de notre patrimoine forestier !

- Les délais et périodes de stockage.

ETUDE FCBA de 2008

NB : à titre indicatif, le taux d’humidité des plaquettes forestières est d’environ 50 % lorsque le déchiquetage se fait sur du bois vert.

Il peut être abaissé à 30 % après ressuyage à l’air libre …'‘…voir à moins de 20 % après stockage sous abri.’

Note de GRINDESEL

Bois stocké en branches ou billons avant déchiquetage, sachant que cette pratique ne fait baisser le taux d’humidité que très lentement : Pour que l’humidité descende significativement il faut compter environ :

Résineux = 1 an et déchiqueter en fin d’été.
Feuillus = Le résultat est beaucoup plus long et aléatoire…certaines essences de bois (ex : hêtre ou charme) pouvant même sécher en bille en voyant la qualité de leur bois se déliter !

‘…voir à moins de 20 % après stockage sous abri.’

NUANCE D'IMPORTANCE : Un BILLON rond, résineux ou feuillus ne descendra pas, sauf exception, à 20% d'humidité . Il faudra obligatoirement le transformer en plaquettes ...bois encore VERT et avec son écorce pour que leur présence dans le tas enclenche un cycle naturel d'échauffement aux alentours de 70° favorisant leur séchage à plus ou moins 20% en 4 à 5 mois.

L’auteur du message aurait du préciser les points ci-dessus…

ETUDE FCBA de 2008

' Importance de l'humidité

L’humidité contenue dans le bois est déterminante pour le bon fonctionnement de la chaudière.

Une humidité mal adaptée est susceptible :

- De réduire son rendement thermique et également de provoquer des rejets dans l’atmosphère pouvant dégrader la qualité de l’air.
- Une humidité trop faible peut entraîner des surchauffes dans le foyer et l’endommager.
- Par ailleurs le pouvoir calorifique dépend principalement du taux d’humidité du bois.

Classes d'humidité

Le CEN/TS 14961 a retenu différentes classes d’humidité complétées dans la rédaction du référentiel par les besoins des utilisateurs/opérateurs (avec un *) :

Humidité ( % à la livraison)

M10* ≤10 %  
M20 ≤20 %
M25* ≤25 %
M30 ≤30 %
M35* ≤35 %
M40 ≤40 %
M45* ≤45 %
M50* ≤50 %
M55 ≤55 %
M65 ≤65 %

Les classes sont données en pourcentage d’humidité sur brut (masse d’eau /masse totale).

Les valeurs ont été choisies de telle sorte que les concepteurs de chaufferies, chaudières et dispositifs de stockage puissent disposer de l’information nécessaire'

Note de GRINDESEL

1/ Rappel de la norme pour combustible PLAQUETTE utilisée en chaudières PLAQUETTES individuelles ( puissance mini/maxi 25/ 200/250 kW)    

M10*à M50 ≤20 %Combustible BOIS catégorie H1

M10*à M50 Supérieur à 20 %  Combustible BOIS catégorie H2 . Cette catégorie n'est consommable sans polluer que dans une chaudière à combustion contrôlée...

2/ Rappel de la norme pour combustible BUCHE utilisée en chaudière individuelle      

Pour les chaudières ou poêles à bûches la catégorie H1 est vivement recommandée. Le H2 devrait être livré avec la recommandation …de finir de le sécher chez soit sous peine de pollution !! Ne parlons pas des bûches livrées vertes !

' Importance du PCI
Le pouvoir calorifique correspond à la quantité d’énergie (par unité de masse ou de volume) dégagée par un corps lors de sa combustion complète (CEN/TS 14588).

- Le pouvoir calorifique inférieur (PCI) : valeur mesurée lorsque toute l’eau des produits de la réaction est à l’état de vapeur (0,1 Mpa). Cette valeur sert souvent de base pour les transactions commerciales des combustibles bois.

Le PCI correspond à la quantité de chaleur maximale qui pourra être dégagée dans une chaudière classique.'

Note de GRINDESEL

Cette juste valeur sert trop peu souvent de base pour les transactions commerciales des combustibles bois livrés à des chaufferies industrielles.

Les pratiques de facturation auprès des heureux propriétaires de chaudières dites ‘individuelles’ pourraient s’en inspirer en équipant ces chaudières d’un COMPTEUR DE CALORIES.

Ce compteur équipe la chaufferie LINDNER SOMMERAUER de démonstration en service chez GF SERVICES importateur distributeur national de ce constructeur Autrichien renommé.


' Evolution du PCI du combustible en fonction de son humidité (sur brut) (Voir tableau complet sur site FCBA)

4500 PCI/kWh à 10% d’humidité
3800 PCI/kWh à 20% d’humidité
2100 PCI/kWh à 50% d’humidité'


RAPPEL de GRINDESEL

LA NORME NF pour l’humidité des bois combustibles  est la suivante

H1 = H% ≤ 20 %
H2 = H % > 20 %


Note de GRINDESEL

Pourquoi ONF/ENERGIE préconise-t-il sur son site Internet 25 % maxi pour la catégorie H1 alors que la norme est de 20% ?

SEULES DEUX REPONSES POSSIBLES

1/ Erreur passée inaperçue de leurs services ...

2/ Facilités de production

En effet: Sécher toute sa production à 20% maxi impose d’être équipé de séchoirs artificiels et des contraintes de production probablement considérées pour l’instant ‘dérangeantes’. Débat lancé depuis 2005 par GRINDESEL


Nota : Humidité de 20% maxi pour toute la masse de la livraison et non relevée sur le bout d'une bûche prélevée à 1 mètre du sol ...

[i]POINT IMPORTANT (Relevé par GRINDESEL) ALLANT A L’ENCONTRE DES IDEES RECUES

Pour plus d’information et de compréhension du sujet voir les deux tableaux pages 41/45 du PDF réalisé par le FCBA en 2008 et présentés sur le site indiqué en référence de ce dossier :

Tableau N°1 intitulé / Evolution du PCI en kWh/kg - Données UCFF

Tableau N°2 intitulé / Les PCI - PCI par % d’humidité et par essence (issu du tableur ITEBE)

Ces deux tableaux fournissent les abaques sur le pouvoir calorifique Inférieur des différentes essences de bois Français suivant leur Humidité et démontrent très clairement que les résineux offrent un PCI supérieur de l’ordre de 0,5 à 0,6 % par rapport aux feuillus


Note de GRINDESEL

Grâce à la présence de résine (point la aussi non précisé par l’auteur de l’étude) comme n’est aussi pas fait remarqué qu’une tonne de bois, quelque soit son essence, à taux d’humidité égale, fournit toujours, à quelques détails près, la même valeur calorifique…

La plaquette de bois brut consommées à 20% d'humidité dans une CHAUDIERE INDIVIDUELLE (plaquettes pouvant être mélangée avec des granulés, de la simple sciure, des noyaux de fruits …ou des sarments de vignes déchiquetés ) peut se consommer sans dommage, bien au contraire, à moins de 20% dans une chaudières à PLAQUETTES LINDNER SOMMERAUER puisque le taux d'humidité des granulés est à 8/10%.

Ils offrent en effet une valeur calorifique très proche des 10% OBLIGATOIRES annoncés pour alimenter sans dommage  les chaudières (et poêles) à granulés, mono combustible uniquement composé de sciures de bois (en majorité produites à partir de plaquettes !) …

Ca n'est pas le cas des chaudières industrielles dont le combustible bois ne peut parait il pas descendre sans risques de dégâts en dessous de 35/40% d'humidité -pour un coût calorie à comparer avec le tableau ci-dessous :

Voir Comparatif des prix pour le chauffage (Ademe - 2012) à visualiser sur le Site ONF BOIS ENERGIE .

Données principales relevées par GRINDESEL:

- Coût €/kWh des granulés vrac = Presque 6 €

- Coût €/kWh des plaquettes vrac = A peine 3 €
- Bûches = Légèrement plus élevé que les plaquettes…

NOTES DE GRINDESEL

Les données ci-dessus comme toutes celles du même genre mais dont beaucoup ne présentent pas le bilan du combustible PLAQUETTES pour des raisons inexplicables sinon médiatiques, montre clairement que le coût de la calorie PLAQUETTE est inférieur de MOITIE à celui du GRANULE…

Vous hésitez entre le combustible PLAQUETTE ou GRANULE ? Compléter l'information comparative ci dessus par les aspects complémentaires suivants, tous en faveur d’une chaudière à PLAQUETTES …sans vous arrêter au montant de l'investissement!

Raisonnez en investisseur éclairé.


- Polyvalence en combustible contre un mono combustible…de plus en plus importé !

- Construction beaucoup plus lourde …donc en principe plus durable pour des contraintes thermiques similaires…

- Proximité garantie du fournisseur du combustible contre forte probabilité d’une provenance …lointaine et inconnue pour le granulé certains fabricants ne se privant pas d'en importer en cas de rupture de stock !

- Possibilité de se dépanner en combustible de catégorie H2 ce qui est strictement impossible avec le GRANULE…

- Réduction du nombre d’intervenants commerciaux la plaquette pouvant s’acheter directement auprès d’un propriétaire de bois équipé d’une petite déchiqueteuse…et commercialisant son surplus.

- Meilleure tenue du combustible à l’humidité comme au cours de leurs différentes manutentions respectives augmentant le taux de fines (poussières) des granulés ....sans incidences sur ce point pour les plaquettes.

- Possibilités de consommer un combustible ne répondant pas obligatoirement à des normes hyper strictes donc de facto plus couteux. Entre autres surcoûts transformer des billons en sciures pour en faire des granulés à un coût ...

- Facultés de produire soit même les plaquettes à partir de ses propres bois sinon chez un propriétaire forestier, ‘à façon’, après une exploitation en brins toutes longueurs …y compris en pouvant déchiqueter ce que l’on appelle les rémanents, branches trop tordues ou considérées de trop faible diamètre, habituellement laissées sur coupe et mise en andains lors de la production de bûches).

- Si vous êtes partant pour une chaudière à bûches : Considérable gain de temps et réduction de peine par rapport au fait de ‘faire ses bûches’ ...si telle est votre optique!

- Contraintes d’entretien et de décendrage strictement identiques, voir plus simples, à celles d’une chaudière à GRANULES.

- Automatismes de fonctionnent comparable y compris la maintenance à distance.

CONTRAINTES

- Pouvoir financer le surcoût relatif à l’achat d’une chaudière à PLAQUETTES (Surcoût chaudière par rapport à sa petite sœur granulés mais réseau de chaleur identique) …

- Sauf si on lisse celui-ci sur une durée de retour sur investissement un peu plus longue avec une durée crédit adaptée en tenant compte de l’économie réalisée sur le coût combustible l

- Disposer des conditions techniques d’implantation d’un silo plaquettes rationnel sachant qu'un local chaufferie/silo n'est pas obligatoirement à intégrer au bâti à chauffer et peut favoriser une livraison aisée du combustible !  

- Dans le moindre doute à ce sujet ce point est à vérifier SUR SITE avec un véritable technicien en la matière.

- L’enjeu en vaut la chandelle sachant que le véritable luxe et de bien gérer son patrimoine et savoir, comme en tout, s’entourer de bons conseillers.    

ETUDE FCBA de 2008

L’auteur du FCBA indique : ‘Un taux d’humidité trop faible (des plaquettes) peut endommager les foyers ‘

NOTES DE GRINDESEL

Si l’on se fit au tableau ‘ Evolution du PCI du combustible en fonction de son humidité (sur brut)’ consommer des plaquettes humides dans les mégas chaudières biomasse industrielles actuelles engendre effectivement une surconsommation inquiétante et anti économiques des ressources BOIS nationales'!

C'est ainsi que la méga chaudière bois de GARDANNE près d’AIX EN PROVENCE va consommer 900 000 tonnes de bois plus ou moins vert/an en surconsommant (cause bois trop humide imposé par la technologie de la chaudière) 200 à 300 000 tonnes de bois en trop ...

- De quoi alimenter 4000 à 6000 maisons bourgeoises de 200 m2 !

La lecture attentive de ce dossier démontre clairement – à mon sens – les avantages d’utiliser les chaudières de type individuelles LINDNER SOMMERAUER importées et distribuées par GF SERVICES via un réseau d'installateurs locaux.

Les chaudières à PLAQUETTES LINDNER SOMMERAUER sont en effet conçues pour consommer des PLAQUETTES d’humidité inférieure à 30% sur brut mais couramment utilisées entre 15 et 20% d’humidité, voir 8% (cas de consommation de GRANULES 'en dépannage éventuel'), sans dommages pour leurs foyers, et - surtout – plus économiques tout en étant plus respectueuses de nos ressources forestières en BOIS ENERGIE puisqu’avec une humidité à 20%, par rapport aux 40 à 50% des énormes chaudières industrielles!

L’économie de bois réalisable est conséquente : Entre 20 et 30% et une maintenance sans commune mesure !

Leur bilan écologique est donc parfait, les plaquettes bois brutes consommées dans ce type de chaudières étant réellement produites dans un très proche environnement...

Consommer des PLAQUETTES offre de réelles possibilités de connaître la provenance du combustible vous chauffant.

De plus, vous ferez connaissance avec celui qui aura acheté et exploité le bois brut sur pieds, SI CE N'EST VOUS ?! Dans ce cas vous l’aurai fait transformer vous mêmes en plaquettes via un prestataire de services local..et abaisserez votre prix .

Dernier point d'importance : Pourquoi les chaudières à PLAQUETTES LINDNER SOMMERAUER savent consommer du bois très sec ?

REPONSE

Parce que leur foyer est constamment alimenté en automatique par de très faibles doses de bois (plaquettes/ granulés/ sciures ou noyaux…) la gestion de leur  alimentation et de leur combustion étant sous contrôle continu d’une sonde lambda rendant impossible les 'coups de feu' dommageables tout en optimisant une combustion assurant un très faible taux de cendres.

Pour en savoir plus ? Tél. 04 77 67 18 70 ou info@gfservices.fr sinon www.gfservices.fr ou encore www.lindner-sommerauer.fr

Plusieurs dizaines de milliers de foyers Français se chauffent aux PLAQUETTES DE BOIS BRUTES ...si l'on y joint ceux qui bénéficient d'un réseau de chaleur.

Certains d'entre eux gèrent eux même leurs investissements ...et y trouve bon compte!

Cordialement    
GRINDESEL le 8 Juillet 2014


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gfservices.fr
 
PLAQUETTES FORESTIERES : UN PUIT DE PETROLE VERT FRANCAIS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Challenge espace vert - ArchiMars - SketchUp Vray Photoshop
» Voiture sur fond vert
» Bbox TV Fibre qui clignote en vert
» voyant adsl qui clignote vert
» voyant internet qui clignote vert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOG GRINDESEL :: TRIBUNE LIBRE GENERALE SUR LE BOIS ENERGIE :: Tous sujets concernant cette filière-
Sauter vers: