BLOG GRINDESEL

Merci pour vos contributions et visites

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BOIS ENERGIE EN AQUITAINE : L'or vert pour qui ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GRINDESEL
Admin
avatar

Nombre de messages : 710
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: BOIS ENERGIE EN AQUITAINE : L'or vert pour qui ?   Dim 14 Sep - 11:33

Sujet: REFLEXION ET COUP DE GUEULE SUR LE BOIS ENERGIE    Dim 15 Juin - 19:22
________________________________________
Prix du pétrole, émissions de CO2: appétit croissant pour le bois-énergie
Cet article m’a paru intéressant :


BORDEAUX - Hausse des prix du pétrole, développement des énergies renouvelables, utilisation de la forêt comme capteur de carbone, tout concourt aujourd'hui à l'essor d'une filière bois-énergie, que les sylviculteurs du Sud-Ouest souhaitent respectueuse des autres activités.

Le bois constitue "l'énergie renouvelable la plus facile à mettre en oeuvre et la plus écologique", puisqu'il ne rejette lors de sa combustion que le carbone qu'il a stocké au cours de sa croissance, explique le chargé de mission à la Direction régionale de l'agriculture et de la forêt (Draf) d'Aquitaine, principale région forestière de France, avec 1,8 millions d'ha boisés.

Source d'énergie domestique depuis des millénaires, le bois tend ainsi à susciter la convoitise des industriels comme des politiques, soucieux de s'affranchir d'une coûteuse dépendance au pétrole comme de respecter leurs engagements de réduction d'émissions de gaz à effet de serre.

Or "la forêt occupe près de 30% du territoire métropolitain et le massif forestier français a augmenté de moitié depuis 1950", souligne le ministère de l'Ecologie. De quoi aiguiser les appétits...

"Le bois-énergie, c'est tout ce qui n'est pas bois matière", utilisé lui pour la construction, l'emballage ou la papeterie, résume-t-il, il faut développer la filière tout en limitant les "conflits d'usages" entre les différentes activités économiques :

l'usage du bois à des fins énergétiques ne doit pas provoquer une captation de la ressource, comme cela a pu advenir avec les agro carburants.


"La valorisation énergétique de la biomasse peut amener à des conflits d'usage déstabilisant les filières de transformation du bois existantes", confirme le ministère de l'Ecologie, il s'agit donc de "mobiliser le bois actuellement inexploité", estimé à "21 millions de m3 à l'horizon 2020".

Principalement utilisé pour ses caractéristiques calorifiques --chauffage ou eau chaude--, le bois reste aujourd'hui trop confiné à une valorisation domestique :

"Ca n'est pas sur l'usage par les particuliers que l'on va fonder une économie", estime-t-il. Il estime préférable  d’œuvrer pour développer des usages collectifs (bâtiments publics, hôpitaux, écoles...) ou industriels.

"L'utilisation du bois comme source d'énergie, ça n'est pas nouveau. Les industriels du bois utilisent déjà 45% de biomasse" pour faire tourner leurs usines, affirme de son côté le président de la Fédération des industries du bois d'Aquitaine (Fiba).

Et de mettre en garde : "Pour développer cette filière, il faut trouver la ressource", or "en Aquitaine, nous sommes déjà quasiment à l'équilibre entre production et exploitation".

Dans ces conditions, l'apparition d'une nouvelle demande risquerait de déstabiliser le marché.

Une inquiétude à laquelle entend répondre le ministère de l'Environnement, qui vient de dévoiler une liste de 22 projets de centrales de cogénération (production de chaleur et d'électricité) alimentée par de la biomasse (résidus organiques, majoritairement issus du bois), en instaurant une traçabilité de l'approvisionnement en matière première.

Si, selon le ministère, la biomasse "constitue de loin la première source d'énergie renouvelable", avec 3,5% de la production française totale, certains s'empressent de tempérer les ardeurs :

L'or vert, qui "restera marginal" dans la composition du bouquet énergétique français, n'est pas prêt de remplacer l'or noir.

Réponse de GRINDESEL à cet article intéressant lu sur un forum

Comme toute industrie les papetiers défendent leur plate bande et craignent une inflation de leur prix d’achat.

Ils sont évidemment preneurs de la totalité des ressources forestières au prix le plus bas possible

C’est de bonne guerre dans un pays de libre concurrence comme la France. Ca n’est pas une raison pour menacer de catastrophe et perte d’emploi la région d’Aquitaine – et les autres - , tout en réclamant moult subventions.

Quand on indique que les industriels du bois utilisent ‘déjà 45% de la biomasse Française’ consommée il est évident que cela représente du monde et des intérêts à toucher avec mesure. Cela n’autorise tout de même pas à tout dire et à faire n’importe quoi !

Déclarer qu’une nouvelle demande risquerait de déstabiliser le marché est un peu culotté.

Le soit disant développement de la consommation du BOIS ENERGIE semble être la source de leur inquiétude alors qu’il ne s’agit pas ‘des mêmes bois’ sauf exception.
"Le bois-énergie, c'est tout ce qui n'est pas bois-matière" alors pourquoi crier au loup ?!


‘"Ca n'est pas sur l'usage par les particuliers que l'on va fonder une économie" : en œuvrant pour développer des usages collectifs (bâtiments publics, hôpitaux, écoles...) ou industriels au BOIS ENERGIE.’

N’est il pas logique d’en faire profiter le privé dans des volumes unitaires peut être marginaux mais plus éco-logiques et favorable à leur porte feuille donc, aussi, à l'économie  !?

Surprenante réflexion pour une personne qui par le poste de responsabilité qu’elle occupe devrait avoir le souci de toutes les couches de la population et celui de lutter contre la désertification des campagnes, phénomène de société bien Français très déstabilisant pour les ‘petites gens’, secteur recouvrant la plupart des métiers du bois .

Non content de cela , les technocrates de notre administration forestière en rajoutent une couche de manière curieuse en initiant l’étonnante réflexion suivante :

‘Une inquiétude à laquelle entend répondre le ministère de l'Environnement, qui vient de dévoiler une liste de 22 projets de centrales de cogénération (production de chaleur et d'électricité) alimentée par de la biomasse (résidus organiques, majoritairement issus du bois), en instaurant une traçabilité de l'approvisionnement en matière première.’

Le mot traçabilité plait manifestement au même titre que renouvelable. Sous le couvert des mots s’écrit beaucoup d’inepties !

Ces projets consommeront d’énormes tonnages de bois de type énergie, créeront très peu d’emplois et produiront de l’électricité subventionnée par les contribuables car parait il revendue à trois fois le coût de production EDF (idem pour l’éolien aggravé par l’achat des machines à l’étranger).

Continuons de gaspiller et de faire croire que l’état rasera gratis à perpète.

C’est donc par le développement industriel que l’on veut développer le BOIS ENERGIE ?

Le développement de la consommation du BOIS ENERGIE ne peut pas se faire aussi via les particuliers et se traduire (ainsi) par un développement harmonieux de l’économie!?

Demandez donc aux habitants de MONT DE MARSAN ce qu’ils pensent d’une présence industrielle empoisonnant leur environnement.

En participant à FOREXPO 2004 j’ai personnellement plus que craint. Il est vrai que je n’étais pas employé dans l’entreprise en question. J’ai donc pu donner mon avis…librement sans crainte d’être viré ou sanctionné.

Je réponds à cela ce qui suit

1/ Le BOIS ENERGIE, sans être obligé de toucher aux sacro saints appro industriels papetiers et panneautiers représente au moins 20 millions de tonnes de bois en France :

Estimation bureaucratique du ministère de l’environnement.

Si l’on compte le transfert progressif et inéluctable d’une part du tonnage bois bûches estimé être consommé en France (40 millions de Tonnes dont 90 % au noir…) vers une utilisation plus confortable et écologique du bois énergie – je parle de leur transformation en plaquette forestière – la fourchette du tonnage disponible peut exploser et atteindre facilement le double.

2/ Ce bois est disponible sur quasi tout le territoire. De nouvelles sources d’approvisionnement seront découvertes au fur et à mesure du développement des besoins …Il se découvrira d’autres mini filières d’exploitation : sarments de vigne / noyaux de fruits/ bois de parcs …

3/ En étant consommé chez les particuliers, communes, bureaux et tout autres locaux communaux pouvant techniquement et financièrement s’équiper de chaudières à plaquettes une part importante de main d’œuvre locale, artisanale, compétente, ne sera pas déracinée et exportée vers des unités industrielles ou leur savoir faire disparaîtra.

La fumeuse idée du ‘maillage du territoire par une armée d’artisans’ pourrait trouver là matière à démonstration. Regardez l’exemple de la Suisse à ce sujet.

4/ Il parait que l’industrie du bois en général, en France, emploierait plus sinon autant de main d’œuvre que l’industrie automobile.

Nos technocrates de la pensée industrielle rêvent ils de réaliser le film des temps modernes en grandeur réelle et en autant d’exemplaires que les 22 projets imaginés à la base … de futurs points de déforestation ?

5/ Notre société ne sera-t-elle à terme composée que de quelques dirigeants salariés dirigés par des actionnaires affamés de pognons exploitant une foule de petites gens ? Enthousiasmant pour les jeunes : esclaves des temps dits modernes.

6 / -  6 millions de foyers Français utiliseraient plus ou moins le BOIS ENERGIE.

En leur donnant à nouveau du plaisir – et intérêt - à le consommer avec les nouvelles chaudières préservant les normes écologiques la France a-t-elle encore besoin d’un nouveau débat bien Français :

Celui de voir les membres d’une filière (LE BOIS) se faire encore la guerre à l’intérieur de celle-ci sous prétexte d’un débat dépassé , je pense ici à un corporatisme d’un autre Age.

7/ GF SERVICES annonce disposer maintenant de plusieurs références en Sud Ouest dont certaines consommant des sarments de vigne dans le département 33 et des plaquettes dans le 40 (Module BOISCOMPACT chauffant une mairie).

Ras le bol des bonnes idées fausses. Ras le bol de la protection ou excès de prise en compte honteuse d’intérêts particuliers.

Quand allons nous enfin débattre convenablement du BOIS ENERGIE sous toutes ses formes, si possible en revenant au BON SENS des ancêtres de cette filière nationale importante et considérablement …déficitaire ! Particulièrement en Aquitaine ou le tonnage BOIS ENERGIE disponible est colossal.

Les scientifiques et les hommes de terrain ont-ils des idées si opposées pour qu’ils ne puissent s’entendre sur des idées simples et convenir que le BOIS ENERGIE, pour se développer, pourrait faire l’économie de discussions stériles déstabilisantes pour le commun des mortels lorsqu’elles sont retransmises par des médias trop heureuses d’en faire un article à sensation.

Un exemple : depuis deux jours un article à sensation signé WWF attire l’attention des consommateurs dans notre région Rhône Alpes sur ‘l’impact de nos achats sur la forêt’ … De quelle forêt s’agit il ?

Il faudrait cesser de faire des amalgames simplistes mais destructeurs avec la forêt Française.

Cesser aussi de laisser croire qu’une parcelle abattue ‘à blanc’ ne se régénère pas naturellement surtout si celle-ci se trouve dans des régions dites ‘déforestée’ bénéficiant POURTANT d’un climat favorable à la régénération naturelle!

Et combien d’autres exemples pouvant être apportés par de vrais experts forestiers pouvant relativiser de tels messages ou l’objectif de leurs initiateurs est plus d’affoler les populations et leur donner mauvaise conscience que de les instruire des réalités ancestrales et toujours d’actualité.

Du temps des Gaulois ou la France était en état de déforestation pour raison de survie des populations heureusement que les médias n’existaient pas !

Beaucoup de gens ne pourraient pas , en 2008, faire remonter leur arbre généalogique à cette période ! Leurs ancêtres seraient morts de faim.

De quel droit refuse t-on aux pays se trouvant dans une évolution comparable à celle du temps de nos Gaulois, pays ou les mots se nourrir et se chauffer n’ont pas la même valeur que chez nous, de déforester eux aussi en attendant des années meilleures ?

N’est ce pas à nous de produire moins de CO2 et non aux pays 'en voie de développement'?!


GRINDESEL valide ce message à nouveau le 24 02 2015




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gfservices.fr
 
BOIS ENERGIE EN AQUITAINE : L'or vert pour qui ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rushs sur fond vert pour faire une foule
» Un plateau en bois pour votre trackpad et votre clavier
» Conseil d'achat :Je cherche un GPS pour guidage en promenade pedestre (bois et villes)
» drôle de son pour une vapeur
» Aide pour Achat de Mon 1er GPS.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOG GRINDESEL :: TRIBUNE LIBRE GENERALE SUR LE BOIS ENERGIE :: Tous sujets concernant cette filière-
Sauter vers: