BLOG GRINDESEL

Merci pour vos contributions et visites

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 FRANCE BOIS BUCHES voeux pieux et couteuses études ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GRINDESEL
Admin
avatar

Nombre de messages : 711
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: FRANCE BOIS BUCHES voeux pieux et couteuses études ?   Mer 7 Mai - 12:56

ETUDE SUR LE CHAUFFAGE DOMESTIQUE AU BOIS:
MARCHES ET APPROVISIONNEMENT
RAPPORT FINAL DEFINITIF
Juin 2013

SOURCE

ETUDE SUR LE CHAUFFAGE DOMESTIQUE AU BOIS ... - Ademe
www2.ademe.fr/servlet/getBin?name...pdf

L’ADEME ECRIT

Humidité
Actuellement, les consommateurs qui recherchent du bois sec peuvent avoir des difficultés à en trouver. Il est difficile de vendre du bois vraiment sec (20% d’humidité). En effet, il faut le transformer et le laisser sécher, ce qui implique d’acheter le bois plus d’un an à l’avance. Ce stock immobilise de la trésorerie et du terrain ce qui peut présenter une difficulté. Les professionnels sont en général des EURL et n’ont pas de marges suffisantes pour se le permettre.

Une piste d’amélioration est la démarche France Bois Bûche qui oblige les professionnels à afficher la classe d’humidité sur le bois mis en vente. Cette démarche les incite à faire du bois plus sec.

Les professionnels acceptent d’adhérer pour mettre en valeur leur niveau de qualité. La charte leur fournit également en échange les outils de communication, le modèle de facture, les outils d’organisation, les objets commerciaux associés.
Les tarifs d’adhésions sont spécifiques à chaque région, l’objectif étant une harmonisation des tarifs dans 4 ans. A titre indicatif pour la région Bretagne, les 2 premières tranches (<1000 m3 et <2500 m3), qui rassemblent 80 % des adhérents, ont un tarif d’adhésion de 110 et 200 euros par an.

La certification NF bois de chauffage est contrôlée par l’AFNOR et compte moins d’une dizaine d’adhérents sur la France. Le prix est important et seuls les professionnels de taille peuvent payer les frais d’adhésion (Source : N. Brac).

GRINDESEL REPOND

Ce thème est à mon sens le point central du problème de la filière BOIS BUCHES.
Désolé de me voir contraint de ‘parler vrai’ et prendre le risque de citer intégralement le point de vue de l’étude et d’irriter leurs initiateurs, animateurs et affiliés à France Bois Bûche qui annoncent pouvoir livrer du bois bûches SEC alors qu'ils en sont incapables dès la fin d'année voir pire! Ce point, tous le savent, me tient particulièrement à coeur . Il concerne la qualité du BOIS BUCHE proposé par des fournisseurs cherchant, à juste titre, de se démarquer à ce sujet …Sur environ 170 affiliés sur environ 4 à 5000 se disant 'producteur', combien sont équipés d'un séchoir artificiel digne de ce nom...autrement que comme vitrine publicitaire ?

L'un de ceux l'indique parfaitement sur son site Internet en annonçant une production de 60 000 stères (production possible en travaillant 3x8 ou vente réelle ?) et ne peut en sécher qu'environ 4000 !

‘Actuellement, les consommateurs qui recherchent du bois sec peuvent avoir des difficultés à en trouver’

- C’est le moins que l’on puisse dire ! Environ 10% - depuis seulement 2012/2013 - du volume offert par les professionnels peut être garanti sec artificiellement à 20% à fin Avril 2014 (sans évolution notable au 01/10/2016) ! (Suite à mon action ???)

En 2012/2013 deux seules entreprises Françaises ont fait le choix de s'équiper pour sécher quasiment 100% de leurs productions. (sans évolution connue au 01/10/2016)

Ce sont désormais les vrais leaders francais du bois bûche AYANT UNE PRODUCTION garanti SECHE sans oublier quelques rares entreprises qui s'étaient équipées les années précédentes entre autres en Alsace, Franche Comté, Cher, ayant décidé de proposer une part conséquente de leur production : Plus de 50% !

- C’est pourtant la seule garantie valable pour les consommateurs soucieux de leur environnement et ne pouvant pas sécher eux mêmes leurs bûches pour de multiples raisons!

‘ Il est difficile de vendre du bois vraiment sec (20% d’humidité). En effet, il faut le transformer et le laisser sécher, ce qui implique d’acheter le bois plus d’un an à l’avance. Ce stock immobilise de la trésorerie et du terrain ce qui peut présenter une difficulté. Les professionnels sont en général des EURL et n’ont pas de marges suffisantes pour se le permettre.’

- Tout est quasiment dit dans la réponse ci-dessus …sauf l’essentiel !

- Comme cela se fait et se dit, en gros, depuis la nuit des temps  ‘il faut acheter le bois plus d’un an à l’avance ‘ (pour qu’il soit sec ? et de qualité : deuxième critère incontournable).

- Il serait temps d’abandonner cette ‘règle’ de l'a peu près!…et décider d'imposer au minimum aux tenants de l'affiliation à France Bois Bûches l'obligation de sécher ATIFICIELLEMENT 20 à 30% de leur production...et non à peine 10% en laissant croire que les 90% restants en bénéficient AUSSI et cesser d'annoncer des temps de séchage à l'air incontrôlable !

- Ce sont des prescripteurs sérieux qui mettent l'accent sur les faiblesses du cahier des charges de France Bois Bûches …puisque leur étude signée et financée par l’ADEME le laisse clairement entendre entre ses lignes! C'est ma conviction pour faire émerger les meilleurs professionnels.

L'ADEME et ses B.E experts est elle sûre du sérieux des affirmations qu'elle signe ?

Quid des aubiers passés, des bestioles troglodytes, des fonds de piles et autres aléas pourtant bien connus et des contrôles d'humidité 'avec un humidimètre' piqué  en bout de buches et non au coeur après découpe, sans parler d’autres artifices nettement plus répréhensibles et connus de longue date !

- Investir dans un séchoir artificiel (seul garant d’un séchage homogène et respectant les qualités de combustible de base des bois concernés) n’est pasi une question de marges suffisantes comme n'est pas rédhibitoire d’être une EURL ! Je connais deux petites entreprises du 18 et du 71 qui font du travail sérieux avec de 'petits séchoirs'...

Ils se sont auto financés quoiqu'en pensent les détracteurs du concept.! L'un d'eux en a même acheté un deuxième 2 ou 3 ans après le premier...

- C’est ce que penses trop de chefs d’entreprises appelés à tord comme tel et il semble confortable, en France,dans une étude officielle, de répéter ces propos de comptoirs et d'oublier de débattre de ces sujets qui semblent curieusement facher dans les colloques de foire !

- C’est d’abord une question de conviction qu’il faut sécher artificiellement pour pouvoir produire un volume professionnel de bûches séchées de manière homogène et apprendre à vendre un produit plus cher… mais plus économique en étant capable d'exposer clairement le pourquoi du comment.

- C’est ensuite une question d’étude et de connaissance d'un marché fortement demandeur et l’art de convaincre son banquier de bien vouloir financer l’investissement capable de dégager les marges permettant d’auto financer cet acte de foi entrepreneurial dans un investissement qui  devrait être considéré comme prioritaire par tout entrepreneur qui respecte son gagne pain : ses clients !

Je cite à nouveau intégralement ci dessous ce que je n’aurai jamais du être contraint de citer …(GRINDESEL)

‘Une piste d’amélioration est la démarche France Bois Bûche qui oblige les professionnels à afficher la classe d’humidité sur le bois mis en vente. Cette démarche les incite à faire du bois plus sec.

Les professionnels acceptent d’adhérer pour mettre en valeur leur niveau de qualité. La charte leur fournit également, en échange, les outils de communication, le modèle de facture, les outils d’organisation, les objets commerciaux associés.

Les tarifs d’adhésions sont spécifiques à chaque région, l’objectif étant une harmonisation des tarifs dans 4 ans. A titre indicatif pour la région Bretagne, les 2 premières tranches (<1000 m3 et <2500 m3), qui rassemblent 80 % des adhérents, ont un tarif d’adhésion de 110 et 200 euros par an.

La certification NF bois de chauffage est contrôlée par l’AFNOR et compte moins d’une dizaine d’adhérents sur la France. Le prix est important et seuls les professionnels de taille peuvent payer les frais d’adhésion (Source : N. Brac).

GRINDESEL a donc fait le choix de répondre ce qui suit :

- Quelques années après sa création qui peut affirmer que la création de France BOIS BUCHE a tenu ses objectifs …et amorti les budgets que les ‘pouvoirs publiques’ lui ont généreusement alloués ?

- 170 entreprises inscrites à France Bois Bûches et, pour la certification NF bois de chauffage contrôlée par l’AFNOR moins d’une dizaine d’adhérents sur la France !?

- QUI  sinon les employés qui ont été embauchés ou délégués pour mette en place cette action à priori éminemment souhaitable et qui ont ainsi bénéficié d’un emploi ?

- Si France BOIS BUCHE était une EURL elle n’existerait probablement plus…

- On peut donc se poser les questions suivantes : Pourquoi/ Comment/ Qui doit désormais payer…un concept d’assistanat professionnel erroné ?

- Au prix qu’à déjà couté la fameuse piste d’amélioration ‘imaginée’, inclus les subventions obtenues pour certaines opérations médiatiques finalement peu médiatisées et n’ayant finalement pas débouchées sur le débat national souhaité par ses initiateurs et, parait-il, les professionnels qui rêvaient tous d’être, eux aussi ET POURQUOI PAS,  méga assistés, le flop est plus que regrettable !

- Qu’appelle-t-on ‘professionnels’ dans cette filière ou les qualités premières qui devraient être appliquées posent de multiples problèmes pourtant, elles aussi, bien identifiés ?

- Mesurer les écarts entre les performances attendues dans une filière donne envie de compléter la série des romans de ZOLA

- …Exagérer le trait est parfois souhaitable…et ne sera probablement pas toujours compris par mes anciens clients!

- Que Mr PEZZOLATO m’en excuse : dans ‘cette affaire’ je ne suis plus que le retraité et ne suis plus, non plus, ‘de services’ sinon je mériterai d’être licencié suivant les critères de réserves habituellement exigés dans cette France ou se taire permet souvent d’être mieux entendu.

- Comme le dit si bien notre président National: au point ou j’en suis, je n’ai rien à perdre puisque les jeunes paient ma retraite !

Et si, finalement, on parvenait à débattre de BOIS VRAIMENT SEC après avoir lavé le linge sale en famille ?

GRINDESEL le 7 Mai 2014


Dossier complété le 01/10/2016

- 170 entreprises inscrites à France Bois Bûches en 2013 - 243 en 2016 sur environ 4 à 5000 producteurs ne représentant, parait-il, que 20% - peut être un peu plus ? - de la consommation Française les autres 80% 'provenant de sites non identifiés ...néanmoins forestiers , avec une certaine partie auto consommée...


Dernière édition par GRINDESEL le Sam 1 Oct - 19:58, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gfservices.fr
GRINDESEL
Admin
avatar

Nombre de messages : 711
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: INAUGURATION DU SITE BF 42   Sam 17 Mai - 12:13

AVERTISSEMENT



UNE INAUGURATION D'UNE USINE DE PRODUCTION DE BOIS BUCHES QUI DEVIENT UNE REFERENCE MONDIALE ET VA BOULEVERSER TOUTE LA STRUCTURE DE LA FILIERE NATIONALE

LA FILIERE SCIERIE A MIS PLUS DE 30 ANS POUR VIVRE CE QUI A ETE VECU PAR BEAUCOUP COMME DE VERITABLES DRAMES HUMAINS.

GRINDESEL rappelle à ce sujet avoir lui même démembré 640 entreprises de scieries entre 1994 et 2005 er qu’entre les années 1980 et 2014 le nombre DE SCIERIES EN ACTIVIT2  est passé de 6000 à 1700 tout en produisant, en gros, le même volume de sciages!

Les 1700 vont probablement ne rester que de l’ordre de 300 entreprises méritant l’appellation ‘scierie’ d’ici 2020 !

GRINDESEL ESTIME QUE LA FILIERE BOIS BUCHES VA SUIVRE LE MEME PROCESSUS EN BEAUCOUP MOINS DE TEMPS ...

IL INVITE DONC CEUX QUI SOUHAITENT SE MODERNISER D’ETRE ATTENTIFS A CE MOUVEMENT INEVITABLE DESORMAIS LANCE DANS LA FILIERE BOIS BUCHES S’ILS VEULENT EN RESTER DE REELS  ACTEURS... et conserver leurs outils de travail !

Le règne du bricolage est terminé.

L’entreprise GF SERVICES et les entreprises PEZZOLATO et LINDNER SOMMERAUER qu’elle représente en France  est devenue, en trois générations de ‘gens du bois’, l’un de ses ACTEURS/CONSEILS..

A chacun de juger ou se trouve le bon sens des mots et des choses. La vie n’est pas un long fleuve tranquille. Tout évolue à tout instant, qui n’avance pas …recule et prend le risque de chuter!

Rester vigilant sur les évolutions en cours c’est tenter d’apprécier ce que sera demain. C’est une obligation pour celui qui dirige même une très petite  entreprise…

Pour celles qui fermeront par manque de rentabilité les compétences acquises par leurs dirigeants et leurs personnels devraient leur permettre de rebondir dans l’une des nombreuses filières bois en fortes évolutions.

Elles sont demandeurs d’hommes de terrain compétents, passionnés par leur métier et volontaire.

Les métiers du bois 'casseurs de reins' ...feront bientôt parties de l'histoire ancienne particulièrement dans la production de BOIS ENERGIE!

GF SERVICES et tout son personnel oeuvre dans ce sens avec conviction.

Son fondateur en a suffisamment fait l'expérience et a choisi PEZZOLATO dès 1997 pour convaincre de la nécessité de moderniser la filière bois énergie Française.

Je souhaite et conseille aux entrepreneurs qui seront mis en difficultés par ces évolutions de rester proche des métiers du BOIS.

Les technologies nouvelles, comme les autres filières, évoluent vers une modernisation ou l’homme n’a pas d’autre choix que de s’adapter. Sa santé en est souvent l'enjeu N°1.


INAUGURATION




La société Bois Factory 42 à Noirétable – Objectif 90 000 st/an- site de production industriel de bûches 100% séchées artificiellement, a été brillamment inaugurée ce 16 Mai 2014.

La presse locale et professionnelle était largement représentée en compagnie de très nombreux distributeurs ayant participé la veille à un séminaire de formation commerciale basé sur l’art de vendre un produit de haute qualité finalement plus économique pour le consommateur …malgré un prix unitaire plus élevé !  

Est-il bon de signaler que cette unité s’est installée en reprenant un site qui a été liquidé en 2010, après seulement 18 mois de tentative d’activité, dans l’indifférence quasi générale malgré 2,6 M€ de subventions et plus de 200 petits actionnaires privés ou institutionnels contraints d’ajouter leurs pertes à ce fiasco politico économique de l’époque !

BF 42 a investi 5,5 M€ dans sa reprise et une très importante mise à niveau permettant de réaliser un objectif plus réaliste que de vouloir apprendre leur métier aux scieurs locaux, avec 12 emplois au départ et, à terme, la création de 25 emplois directs  plus les emplois indirects et l’assurance de participer vigoureusement à la redynamisation de toute la filière bois énergie bûches nationale et des effets induits qui seront rapidement perceptibles sur l’exploitation forestière régionale, fortement déficitaire en voiries d’accès à la ressource ce qui leur pose déjà quelques difficultés surtout sur le coté ouest des Monts du Forez disposant de volumes importants de feuillus inexploités.  

Elle fait suite à l’unité BF 36 (Indre et Loire) conçue pour produire 150 000 stères, record mondial en la matière. Mise en service en Octobre 2012 cette unité recevra ce mois de Juin sa quatrième machine PEZZOLATO spécialement étudiée pour traiter à plat des diamètres jusqu’à 1200 mm de diamètre… L’emplacement de cette machine de très forte productivité avait été prévu dès l’implantation du site.

Présents tous les deux, les deux responsables Rhône Alpes de France Bois Bûches ont pu constater de visu l’énorme possibilité de progression de la filière qu’ils ont pour mission de dynamiser en organisant, entre autres, des réunions techniques d’informations.

Le brillant exposé de Mr Frédéric COIRIER, président du directoire et dirigeant du groupe POUJOULAT  les aura, je l’espère, convaincus et avec plus de diplomatie que je n’en mets habituellement dans mes interventions de ce que j’annonce INLASSABLEMENT de mes vœux et conseils depuis 1998 : l’obligation de garantir une qualité incontestable de séchage du bois bûches autrement qu’en signant des engagements que la plupart des signataires refusent ou s’estiment incapables de respecter sans même pouvoir argumenter de vrais réponses à ce refus d’incontournable modernisation de pratiques que GF SERVICES s’est toujours donné comme objectif de rendre compatibles avec ce qui se fait de mieux en la matière.

L’homme mérite mieux que de se casser les reins en travaillant !  

Gageons que l’offre désormais significative de bois réellement SEC (et SAIN) au plan national, offre que BOIS FACTORY a la ferme intention de faire progresser, va peser lourdement dans le choix des consommateurs dès l’hiver 2014/2015 grâce à une information de qualité diffusée auprès de plusieurs centaines de distributeurs d’appareils de chauffage aux bûches, lassés de perdre des parts de marché pour cause d’absence criante d’offre en bois SEC dès les premiers froids arrivés !

BOIS FACTORY 42 et 36 ne souffriront pas de cette contre publicité. Leurs stocks disponibles pour l’hiver 2014/2015 sont déjà impressionnants ! (photo ci dessous prise sur site BF 42 = 4500 m2 couvert de stockage de produits finis - ET VRAIMENT SEC- prêts à être expédiés !)

 

L’entreprise GF SERVICES de COMMELLE VERNAY 42 est fière de signaler qu’elle a conseillées, vendues, installées et assurées la mise en service et la formation du personnel  et le SAV de ces deux lignes de production PEZZOLATO présentant des caractéristiques inconnues à ce jour dans la filière du bois bûches.

Pour comparaison la moyenne de production annuelle par entreprise Française à fin 2011 était de l’ordre de seulement 900 stères (4,5 millions de stères déclarés – soit en gros seulement 20% du volume total consommé en France , produits par plus de 5000 petites entreprises.

Ajoutez aux 20% d’entreprises légalistes apparemment 9 millions de particuliers en auto consommation (?) et autant de source curieusement nommée  ‘non identifiés’ dixit un exposé d’un cadre de l’ADEME lors d’un salon BOIS ENERGIE auquel j’assistais !

Ce succès commercial et technique de l’entreprise GF SERVICES met en valeur ses compétences dans tout ce qui concerne LE BOIS ENERGIE dont les matériels de production de bûches ou plaquettes PEZZOLATO (bois déchiqueté) jusqu’aux chaudières modernes 100% automatiques au(x) BOIS LINDNER SOMMERAUER proposées de 30 à 250 kW et pouvant s’installer couplées pour couvrir des besoins allant jusqu’ 1,5 MW.

La piscine de ROANNE 42 sera ainsi prochainement équipée d’un module de chaufferie prêt à poser BOISCOMPACT de 150 kW alimenté par des plaquettes bois 100% LOCALES.

Ce module est un autre point fort de l’entreprise disposant, pour toute la gamme chaudières bois plaquettes/granulés/sciures/sarments de vignes … d’un réseau commercial national commun avec l’entreprise OKOFEN , distributeur de chaudières EXCLUSIVEMENT à granulés.

GRINDESEL le 16 05 2014
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gfservices.fr
 
FRANCE BOIS BUCHES voeux pieux et couteuses études ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des Voeux pleins de soleil
» Applewood, la pomme... et le bois.
» Smiler. || Si je bois du Fanta, je suis fantastique ? 8D
» Coureurs des bois et Fusils rayés
» Un plateau en bois pour votre trackpad et votre clavier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOG GRINDESEL :: BOIS DE CHAUFFAGE :: Tribune libre-
Sauter vers: