BLOG GRINDESEL
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
BLOG GRINDESEL

Merci pour vos contributions et visites

 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -30%
-130€ sur le Moniteur Gaming LG UltraGear ...
Voir le deal
299.99 €

 

 LA FORET AMAZONIENNE LIBEREE DE SON GAZ METHANE !

Aller en bas 
AuteurMessage
GRINDESEL
Admin
GRINDESEL

Nombre de messages : 808
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

LA FORET AMAZONIENNE LIBEREE DE SON GAZ METHANE ! Empty
MessageSujet: LA FORET AMAZONIENNE LIBEREE DE SON GAZ METHANE !   LA FORET AMAZONIENNE LIBEREE DE SON GAZ METHANE ! EmptyJeu 11 Juin - 18:39

FAUTE D'ENTRETIEN DEPUIS LA NUIT DES TEMPS … LA FORET AMAZONIENNE LIBERE DES GAZ A EFFET DE SERRE DONT DU METHANE

Un bon sujet pour éclaircir les neurones !

Les arbres vivants prélèvent du dioxyde de carbone (CO2) dans l'air pour se développer et le stock...
En se décomposant dans l'air les arbres morts libèrent des gaz à effet de serre … dont du méthane gaz toxique par excellence !
Ou qu'elle se situe une jeune forêt absorbe plus de CO² qu'une forêt mature comme la forêt Amazonienne .

MORALITE actuellement débattue par des experts ...

L'Amazonie, la plus grande forêt du monde, ramenée à l'ha, serait loin donc  d'être le super poumon de notre terre.

QUESTION

Son bilan pourrait s'améliorer en la cultivant de manière raisonnée ? Certainement si l'on suit le raisonnement ci dessous.

C'est ce que révèlent le journal Nature dans les résultats d'une étude délivrée courant 2014 passée sous silence médiatique !
Curieusement, ses résultats, issus d'un inventaire de très grande envergure entrepris sur trente années en forêt tropicale d'Amérique du Sud, n'a pas démoralisée les opposants de nos forêt rationnellement  exploitée ! Pourquoi ?

QUI CROIRE ?!

Les forêts CULTIVEES FRANCAISES ou le maintien de un ou deux arbres morts à l'ha est recommandé par les experts de la biodiversité sont de plus en plus mises sous pressions par des contre experts de l'écologie durable considérant que 'ce qui est depuis soit disant la nuit des temps ...doit rester en l'état' .

AGIR POUR REDUIRE LES EMISSIONS DE CO²  A PLUS FORTES RAISONS DE METHANE ?!

Une vaste étude aurait entre autre impliqués près d'une centaine de chercheurs dont un grand nombre de français du Cirad, du CNRS et de l'Inra (Eternelle redondances administratives!), collaborant au sein du Centre d'étude de la biodiversité amazonienne. (Budget???)
Elle aurait été coordonnée par Rainfor, un réseau de recherche unique dédié au suivi des forêts amazoniennes. Afin de (tenter) de calculer les changements de stockage de carbone, ce réseau aurait observé 321 placettes forestières réparties largement sur les six millions de kilomètres carrés de l'Amazonie.
Ils auraient ainsi examiné 200 000 arbres et enregistré la croissance et la mort de chacun d'entre eux depuis les années 1980 !
A laisser rêveur quand on  imagine le contexte !

UN AVIS D'EXPERT

« Partout sur Terre, même les forêts intactes changent, ajoute Oliver Phillips . Les forêts nous rendent un énorme service, mais nous ne pouvons plus compter seulement sur elles pour résoudre le problème du carbone. Nous devons agir pour réduire les émissions afin de stabiliser notre climat. »
Cet universitaire Anglais n'a rien découvert de nouveau ! Est il chercheur ? Forestier ?

UNE CHASSE GARDEE POUR LES AMERICAINS ...OU POUR LES PAYS CONCERNES ?

La région amazonienne est tellement vaste que même de faibles effets écologiques peuvent avoir un large impact sur le cycle du carbone mondial. Cette étude montre les limites du stockage du carbone : si les arbres sont effectivement dopés par l'augmentation de la concentration en CO2 dans l'atmosphère (Parait il + 42 % depuis l'ère pré-industrielle : Question ; Au niveau mondial ?), leur mortalité précoce entraîne des émissions de gaz à effet de serre plus abondantes...Dont le méthane ?  

Une nouvelle étude de la NASA portant sur sept ans confirme que les forêts naturelles d'Amazonie pomperaient plus de dioxyde de carbone qu'elles n'en rejetteraient dans l'atmosphère, et qu'elles atténuent bien le réchauffement climatique en cours : Émissions de gaz méthane déduites ?
Sujet semble-t-il tabou !
Cette découverte vient (ou viendrait?) clore un long débat sur un aspect essentiel de l'équilibre carbone global du bassin amazonien.

CAPTEUR MONDIAL GRATUIT DE CO² … L'ARBRE !

Les arbres vivants – donc du monde entier - prélèvent du dioxyde de carbone dans l'air pour se développer, et les arbres morts libèrent des gaz à effet de serre (dont du méthane) dans l'air en se décomposant... à moins de se chauffer avec encore faut il pouvoir les exploiter sujet qui n'est pas abordé si ce n'est sur le thème 'déforestation'!
Restait à connaître le bilan carbone final pour confirmer le rôle de puits de carbone des forêts.
Cette étude publiée par Nature Communication le 18 mars 2014, serait la première à mesurer la mortalité des arbres due aux processus naturels à l'échelle de l'Amazonie, sujet à la mode depuis les années 1980/90. Elle couvrirait les zones les plus reculées dans lesquelles aucunes données n'ont été collectées au sol. On le comprend ...D’où quelques inquiétudes quand on suit d'assez près certaines statistiques forestières ou le bon sens ne se marie pas toujours avec la science et que l'on évite certains sujets fâcheux comme celui des rejets de méthane me paraissant évident et sous estimés dans cette forêt idyllique ?
Les auteurs de l'étude ont paraît il développé de nouvelles techniques d'analyse de données notamment collectées par satellite.

L'IMPRESSIONNANTE  PRECISION DES CHIFFRES

Résultat : Chaque année, les arbres morts d'Amazonie rejetteraient environ 1,7 milliard de tonnes de carbone dans l'atmosphère. L'avantage de ce genre d'étude : la précision des chiffres.
Pour le rapprocher  de l'absorption de carbone par l'Amazonie, les chercheurs se sont appuyés sur des recensements et différents scénarios de modélisation de la croissance des forêts ce qui leur aurait permis de gérer les marges d'erreur.
Dans chaque scénario, l'absorption de carbone par les arbres vivants l'emporte sur les émissions des arbres morts, ce qui montre que les forêts naturelles d'Amazonie ont bien un effet de puits de carbone.
NOTA
D'après certains les forêts 'surnaturelles' n'auraient pas le même pouvoir... Ce serait maintenant des parcs de loisirs !
Moi j'aurai aimé une comparaison à l'ha avec une forêt bien Française comme celle de Tronçais (03) ou de la Grande Chartreuse (38)...
Jusqu'alors, les scientifiques n'estimaient l'équilibre carbone de l'Amazonie qu'à partir d'observations limitées sur des petites parcelles boisées.
Sur ces parcelles, la forêt pompe effectivement plus de carbone qu'elle n'en émet, mais les scientifiques se sont beaucoup interrogés sur leur représentativité pour modéliser les processus naturels sur une région aussi vaste que L'Amazonie.
Ça a créé beaucoup d'emplois et permis de justifier certains budgets.
Ce débat est né dans les années 1990 quand des chercheurs ont découverts que des pans entiers de la forêt peuvent disparaître sous l'effet de puissantes tempêtes qu'on appelle – en Anglais allez donc savoir pourquoi - des « blowdowns » (Extraction). J'aurai préféré une traduction en Amérindien ...
L'idée de l'étude est apparue lors d'une réunion de travail qui tournait en rond autour d'une grande table ovale en 2006 où des scientifiques de différents horizons se sont rassemblés pour identifier les instruments basés sur satellite de la NASA qui pourraient les aider à mieux comprendre le cycle carbone de l'Amazonie.
L'impact carbone de la mortalité des arbres en Amazonie due à toutes les causes naturelles (des grands « blowdowns » jusqu'aux arbres qui meurent de vieillesse ...depuis la nuit des temps !) a été exploité sur la base de données aériennes, des images satellites, et des statistiques ...
Les arbres morts ont été identifiées dans différents types d'images car c'étaient moins pénible que de crapahuter et plus rapide , voir impossible (?). Ils n'auraient bossés que de 1990 à 2015 pour rendre leur étude :

Ceux déracinés formant un trou dans la canopée et mesurés par « lidar » par des avions spécialement équipés pour la recherche et ... le bois mort qui change de couleur (sous réserve de voir toute l'ampleur des dégâts sous une telle canopée...) se détecterait sur une image optique satellitaire...

VIVE LES TECHNIQUES MODERNES !

Les chercheurs ont alors adapté ces techniques pour les appliquer aux  régions d'Amazonie pour lesquelles il est impossible de disposer de données sur le terrain (sic). Compréhensible.

Au final pour bonne excuse , 'les grandes perturbations naturelles, que les parcelles ne peuvent pas refléter (?), ont parait-il un effet négligeable sur le cycle de carbone à l'échelle de l'Amazonie'.(En quelle année?)
Chaque année, (à ne multiplier que par 25 ans ça fait tout de même du volume?!)  cette étude estime que seulement  2 % de la forêt amazonienne meurt de causes naturelles et que  0,1% serait imputable aux « blowdowns ».

J'AI COMME UN DOUTE ...

Pas facile d'aller vérifier mais j'ai un sérieux doute ! Il suffit de visiter certaines parcelles Françaises inexploitées depuis la tornade de 1999...ou je ne me tromperai pas en estimant parfois 50% de bois mort au sol !
Quid des chablis et autres bois inexploitable ou inexploités en Amazonie en cours de décompositions au sol depuis des années et même des siècles car certainement sur plusieurs couches .. Ces bois se transforment en méthane après avoir libéré le CO² qu'ils avaient capté au cours de leur vie (debout) !

PRECISION
Soulignons que cette étude ne concerne que les processus naturels en Amazonie, et ne traite pas des effets de l'activité humaine d'abattage et de déforestation, qui est sujette à des fluctuations très grandes et rapides en fonction des contextes politiques et sociaux dans cette région du monde ... faisant le bonheur de certains médias et  associations mondiales dites écologiques pour développer des idées et le moral de troupes de plus en plus agressives.
Dans ce cas personne ne signale l'effet 'régénération naturelle sur certaines parcelles déforestées pour diverses raisons naturelles ou volontaires' que ce soit d'ailleurs en Amazonie ou ailleurs comme , par exemple, le France !

MA QUESTION

Quel bilan final les pays (pauvres) d'Amérique du Sud pourrait espérer obtenir si l'ensemble de la forêt Amazonienne bénéficiait de rotation optimum de coupe contrôlées bien entendu  suivies immédiatement d'un reboisement adapté voir d'une régénération naturelle reconnue ? Je suppose que la bas aussi la régénération naturelle fonctionne sinon cette forêt n'existerait plus depuis des millénaires ?

Certains experts estiment qu'il n'est pas prudent de prendre cette direction pour au moins 3 raisons:

1) Le pool de carbone du sol (notamment l'humus) participe à sa structure, en lui apportant fertilité et capacité à retenir les minéraux.
Pour quelles raisons cet humus disparaîtrait ? 

2) L'export massif de lignine pourrait avoir une conséquence sur le stock de carbone du sol et sa capacité à maintenir l'écosystème qui lui a donné naissance.
Ha bon ?!

3) Sur le long terme cela pourrait se traduire par une réduction de la taille des arbres et du carbone stocké au niveau du sol.
Et alors ?!

4) Le bois exporté ne devra pas être décomposé. (?)

5) Pour les forêts tropicales, l'export massif de bois risquent de perturber les équilibres (encore mal connus) qui permettent le maintien de la diversité (par exemple 800 espèces d'arbres différents sur 50 ha avec une canopée à 40m (les émergents font plus)).
La meilleure façon de connaître les risques n'est-elle pas de l'expérimenter ?

En quoi ces experts' peuvent ils sous entendre qu'une forêts de ce type ne puisse pas bénéficier des acquis forestiers mondial actuels ?

En règle générale la variable sur laquelle agir n'est pas l'équilibre naturel actuel qui peut au pire être provisoirement et localement perturbée ce qui a déjà été le cas en d'autres temps en périphérie des forêts Françaises suite 'déforestations pour causes agricoles' et incendies ou tout simplement difficultés d'accès en des temps ou celui ci se comptait différemment !

La variable sur laquelle agir est plutôt la réduction de l'impact sur les équilibres (dits) naturels ce qui, immanquablement fera débat mais aurait au moins l'avantage de poser ce problème dans notre temps plutôt que de maintenir des millions de gens dans d'infâmes ...favellas !

La forêt est un assemblage d'entités de tous âges et forme un cycle complet (attention à ne pas se baser sur une échelle de temps trop courte comme celle d'une vie humaine).

Lors de la décomposition des arbres morts une part du CO2 (Estimée à environ 15% ?) se retrouve sous forme d'humus, permettant à d'autres arbres de naître et de grandir et se renouveler ce qui est toujours absent dans ce genre de débat !

D'autre part sans intervention humaine ou limites naturelles  la forêt a tendance à s'étendre.

Au final la forêt est un puits de carbone continu mais dont l'efficacité réelle est limitée; là aussi il peut y avoir des différences et l'étude en question n'aborde pas toutes les questions.

Ou sont les vrais experts ? A quand un vrai débat sur ce patrimoine considéré comme mondial à tords ou à raisons ?

GRINDESEL le 11 06 2020
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gfservices.fr
 
LA FORET AMAZONIENNE LIBEREE DE SON GAZ METHANE !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOG GRINDESEL :: TRIBUNE LIBRE GENERALE SUR LE BOIS ENERGIE :: Tous sujets concernant cette filière-
Sauter vers: