BLOG GRINDESEL
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
BLOG GRINDESEL

Merci pour vos contributions et visites

 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-38%
Le deal à ne pas rater :
LEGO® Harry Potter™ – Le Magicobus
24.99 € 39.99 €
Voir le deal

 

 LA SCIERIE FRANCAISE EN 2025 OU EN 2020 ?

Aller en bas 
AuteurMessage
GRINDESEL
Admin
GRINDESEL


Nombre de messages : 809
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

LA SCIERIE FRANCAISE EN 2025 OU EN 2020 ? Empty
MessageSujet: LA SCIERIE FRANCAISE EN 2025 OU EN 2020 ?   LA SCIERIE FRANCAISE EN 2025 OU EN 2020 ? EmptyMar 9 Juin - 19:34

ENVIE DE REPONDRE ...

Dossier BOIS INTERNATIONAL
numéro 35 du 19 09 2019



LA SCIERIE FRANCAISE EN 2025 OU 2020 ?


Professeur technique à l'école du bois de LAMURE SUR AZERGUE 69 Bernard cultive une profonde nostalgie de la scierie de son père... Devenu à ses heures écrivain, ses romans s'en inspire et régalent ses lecteurs. Correspondant du Bois International il est devenu, a sa façon, lui aussi un visiteur de scieries de moins en moins nombreuses et de plus en plus industrielles et tente de comprendre pour quelles raisons les scieries artisanales de son enfance ont quasiment disparues.    

Jean Paul , auto proclamé modérateur  du forum grindesel.forumactif.fr et cumulant celui de rédacteur a l'ambition de faire connaître son vécu professionnels dans les différentes filières bois premières transformations , histoire d'encourager quelques successeurs à prendre leurs places.
 
Pour ceux qui tombent sur ce dossier et ne connaissent pas Grindesel sachez qu'il propose son CV en différents épisodes sur son forum personnel. Sa longue carrière ( il soigne ce virus depuis 1955) au contact des scieries Françaises peut aider à comprendre ses positions exposées sans langue de BOIS ...

Entretenir et négocier ses bois lui permet maintenant de conserver un suivi attentif des 1000 scieries restant encore en activité fin 2019 alors que 9 à 10 000 l'étaient encore en 1960 ! Elles travaillaient dur, au rythme des travaux et conditions de vie de l'époque pour un smig qui a , depuis, progressé de presque ...3 fois en pouvoir d'achat, tout en ouvrant depuis des postes valorisés au même titre que toute l'industrie.

Les scieries restantes traitent sensiblement le même volume fin 2019 si l'on veut bien admettre que depuis 1960 les techniques et optimisation des sciages ont considérablement évolués!

En 1960, dans l'activité 'scierie' la seule promo sociale possible était de devenir cadre à la force des bras en y associant si possible la tête ...

Ce type de poste était généralement dévolus aux fils de ' patrons' capables d'évoluer avec leur temps face à des pères souvent 'maîtres après Dieu' ! Il n'était pas rare de rencontrer père et fils ayant atteint l'âge de la retraite et des petits fils ayant choisi 'une autre vie' … Ceci expliquant pour partie 'cela' !

Ce fut le message que Jean Paul tenta de s'appliquer à lui même puis promouvoir à sa manière  lorsqu'il s'engagea dans la vente de matériels neufs puis d'occasion pour scieries et production de bois énergie entre 1967 et 2010 puis en créant sa propre entreprise un premier Avril1994 après avoir commencé son apprentissage dans la scierie artisanale paternelle dès sa sortie de l'école communale et en être parti à 17 ans et 3 mois 'pour aller voir si chez les autres le soleil brillait mieux.  

Depuis, l'entreprise GF SERVICES a revendue jusqu'à sa retraite en Octobre 2010, pour compte de clients, dans quasi tous les pays forestiers du monde, les matériels de plus de 640 scieries Françaises.

Son fils Pierre a repris cette activité avec GPS et la famille en était à plus de 1100 fin 2019. Nous avons donc un vécu nous autorisant à exposer notre point de vue sur le sujet 'de la fermeture des scieries artisanales Françaises'.


C'ETAIT L'BON TEMPS ?

Quand un père de famille rentre chaque jour de son travail - souvent 6,5 jours sur 7 -  plus que fourbu, il n'incite guère ses enfants à le succéder, encore moins leurs épouses!

Avant 1970/80  d'innombrables agriculteurs ou autres métiers manuels avaient installés une scierie en double activité et l'ont fait plus ou moins prospérer. Ce n'est pas une raison pour subventionner un musé par département et faire croire aux visiteurs qu'à l'époque un nombre de plus en plus important étaient obsolètes et ne pouvaient offrir que des salaires de misère!

Arrêtons de faire croire qu'antan c'était la belle vie!

Coutumier de quelques coups de gueules sur certains sujets politico forestiers ou sociétales associés, il se désole (un peu mais ce doit être l'âge) du monde moderne actuel ou tenter de faire bouger les neurones de forestiers retraités devient de plus en plus un exploit voir une inconvenance.

L'assistanat est devenu de règle même pour ceux qui n'en ont pas toujours besoin ...C'est le règne du chacun pour soit !

En attendant de prendre leur place avant de prendre leur propre retraite les jeunes sont comme tous les jeunes . Ils sont 'de leurs temps' et tentent toujours de passer leur jeunesse en attendant de 'prendre le manche' à leur tour ou préfèrent se fonctionnariser et 'faire des études' . L'apprentissage n'a pas perdu ses vertus ni sa noblesse. Il ne suffit que de bon sens pour permettre de faire fonctionner la plus des belle machine : celle n'ayant que deux bras mais aussi une tête.

Comment ne pas résister à l'envie de livrer son point de vue  à la lecture de l'impressionnante étude proposée dans le numéro 35 du 19 09 2019 du Bois International ...journal professionnel qu'il lisait toute affaire cessante lorsqu'il s'engagea dans la vente en 1967. Ce fut sa bible jusqu'en 2010.  

Trop pris par son entreprise GPS mais craignant qu'il s’ennuie son fils Pierre lui a repassé ce virus hier soir en lui mailant ce fameux essai de mise à jour intitulé 'la scierie française à l'horizon 2025'.

Sur cet éternel sujet Nicolas Sarkozy avait été, il me semble, précédé par Edgard PISANI et, depuis, combien d'autres, pour élaborer des études similaires et redondantes, toutes retombées dans l'oubli coûtant par contre de plus en plus cher après avoir laissé le bon sens en bordure des bois!

Sans succès il y avait donc un hiatus quelque part et il subsisterait ?

La dispersion des parcelles ? L'absence ou vétusté de leurs accès ? Le manque de dépôts dignes de ce nom ? L'absence de coopération entre propriétaires forestiers pour regrouper leurs offres et échanger leurs modes d'exploitations (la y'a du boulot et on attendait mieux des coopératives !)?

LA SCIERIE FRANCAISE EN 2025 OU EN 2020 ? Bois_d21
Ce sapin avait 100 ans et le gui lui 'mangeait la tête' : Il fallait donc le récolter car au pieds des centaines de ses enfants attendaient qu'il parte pour prendre sa place et faire eux aussi 'leur vie' . Là !!! En 2019 et 2020 les sapins qui étaient dessous sont tous morts de sécheresse ...

Le fait que la propriété forestière est considéré comme une cagnotte en cas de besoin ... Comment toucher à la propriété ?

Ce dossier souligne à nouveau  l'absence d'ambition et de prospective entretenu par trop d'entrepreneurs ayant créé leur entreprise de sciage en sorties de 14/18 puis 39/45 avec leurs bras et, pour certains , leurs têtes formatées à la mode Louis XIV…

Ne nous étonnons pas que subsistes quelques difficultés relationnelles entre les acheteurs et les vendeurs...

Deux approches, deux vies et expériences opposées entre deux fils d'artisans scieurs des année1955 /1970 aimant écrire et affirmer leurs ressentis professionnels.

Les faits sont désormais clairs : L'un des deux acteurs de ce débat a trop longtemps – à mes yeux ...- tenté de défendre ses souvenirs d'antan et l'autre … a toujours préféré construire ceux de chaque jour et tenté de prévoir le jour suivant.

C'EST LA VIE qui, dans tous les cas , est mortelle, avec ou sans regrets, sans pouvoir emporter l'éventuelle 'caisse en bois' pour le grand voyage.

SI ON DEBATTAIT DU SUJET qui m'a fait me réabonner aujourd'hui au Bois International ?

Nos statisticiens et politiciens – fonctions désormais (abusivement) omni présente dans la gestion des entreprises de ce pays -  mettent en lumière la baisse chronique de production de bois de la filière scierie malgré tous les plans de relance  régulièrement engagés pour qu'elle progresse – et monte jusqu'au ciel (?) et réduire 'l'étonnant déficit chronique d'une branche qui devrait être bénéficiaire'

Encore faudrait il préciser quelle branche parmi toutes les autres et pour quel pourcentage, en est réellement responsable !

Nos économistes multiplient sans succès études après études ! 'Les gros scieurs n'en penses pas moins mais se taisent et comptent les points' .

Les écolos de la branche illogique n'y comprennent rien mais ça alimente leur moulin à paroles et leurs fonds financiers via un assistanat débridé.

Quel est l'arbre qui dissimule la forêt ? Les professionnels seraient-ils incompétents ou ne jugent-ils pas utile de défendre la branche sur laquelle ils sont assis pendant que certains hurluberlus / soixante huitards en retard ou extrémistes par dépit et j'en passe tentent de la scier, heureusement avec de mauvais outils ?!

POUR MA PART JE PENSE QUE NOS STATISTICIENS DEVRAIENT REVOIR LEURS COPIES ET SE LIMITER A RENDRE CE QUI EST REELLEMENT DE LEURS COMPETENCES

Grindesel, dans son jeune habit de propriétaire forestier, a fait une troublante expérience.

Admirant le travail d'une puissante abatteuse , remarquable technologie approvisionnant – paraît il – les 830 scieries de résineux parait-il encore en fonctionnement en France , fait le rapprochement suivant grâce à leur travail :

LA SCIERIE FRANCAISE EN 2025 OU EN 2020 ? P1000611

Une abatteuse est désormais l'outil de base pour récolter les résineux. Elle ne détruit pas les hommes. Elle permet d'entretenir la forêt dans des conditions de travail moderne? confortable et plus rémunératrice pour celui qui la pilote et souvent l'entretien. Elle ne détruit son environnement que si elle est mal utilisé par son propriétaire ...voir son pilote. Comme pour les pilotes d'avion de lignes des centres de formations existent ...pour les deux.

60 % des scieries françaises sont artisanales et ne produisent que 6% de la production sciages. Leurs partisans, particuliers compris, souhaiteraient les conserver mais ne s'en servent malheureusement que comme épicier du coin préférant aller chez le Castor en ville pour 'tout y trouver d'un coup' ...

35 % sont semi industrielles ...pour 40% de la production

5 % industrielles pour 54 % de la production !


Sachant que les 1,4 millions de m3 sciage produits par les scieries feuillus sont encore exploités en 2019 avec des bois abattus sans abatteuse (à la tronçonneuse pour des causes provisoirement techniques : Diamètre / Houppier plus volumineux ...), il se trouve que les 94 % des 6,8 millions de SCIAGE RESINEUX sortent de seulement 332 entreprises (35 % classées semi industrielles ...pour 40% de la production et 5 % classées industrielles produisant à elles seules 54 % de la production).

Seulement 332 entreprises sur plus de 1000 sont en capacité d'employer des cadres de haut niveaux ...autres que le fils de famille.

La récolte de ces 94 % est quasiment 100% mécanisée via des abatteuses de plus en plus sophistiquées, inexorablement implantées en France depuis les années 1980.

Les usines de sciages utilisent les dernières technologies et la pénibilité des postes s'est alignées sur ce qui se fait de meilleur.

Le taux d'écorce des résineux avait été 'normalement 'déduit par l'acheteur à 10% (entre 8 et 12 % du cubage sur écorce suivant la période d'abattage et la nature de l'écorce quand ces points sont soulevés par le vendeur ce qui n'est pas la règle…) .

Cette question n'a jamais été étudiée ...

Et pour cause! Ce taux variable de rétention est minoré de celui qui est arraché par l'action de la machine  après ébranchage et découpe éventuelle dudit arbre alors qu'il n'y a pas tant d'années ce cubage était réalisé 'couché au sol sur écorce non blessée'.

Une partie 'variable' de l'écorce s'est donc inévitablement volatilisée SOUS MES YEUX ! Ce jour je l'ai remarqué ...

Pour faire simple, DANS L'HEURE, la déduction prévue à 10 % a été ramenée à  5 % du volume après vif débat…A vous de calculer l'impact QUE CES 5% REPRESENTENT sur 94 % de 6,8 millions de m3 de sciage …soit environ 10,5 millions de m3 achetés en grumes et quelques millions de tonnes de sous produits !

Je souhaite simplement attirer l'attention sur certaines pratiques qui incitent à douter de certains chiffres .

La consommation de Bois Energie sciures (auparavant jetées à la décharge...) et plaquettes produit après affranchissements divers et récupération des dosses se retrouve dans un ratio rendement grume/sciage on peut dire fluctuant représentant toutefois une part désormais non négligeable des chiffres d'affaires des 94% de la production des sciages  ! On appelle cela la variable d'ajustement ?

Quid des astuces ou oublis ci dessous de la part des institutions défendant les intérêts des propriétaires forestiers !

Depuis que le barème de cubage Pierre CHAUDE semble être tombé en désuétude à savoir après l'arrivée des 'méthodes modernes d'exploitation et l'industrialisation des scieries Françaises dans leur course au redressement des comptes du déficit national de la filière' , soit dit en passant non imputable à cette branche fourre tout puisque les papiers/ panneaux et autres produits en sont autrement plus responsables mis à part la fabrication des tonneaux seule branche réellement bénéficiaire que constate-t-on ?

1/ La mesure de longueur de l'arbre entier est maintenant couramment arrêtée au mètre inférieur alors 'que de mon temps' c'était à '0,50 m …Je me suis vu décoter un sapin mesuré à 19,70 à ...19 mètres !

2/ Les découpes de sur longueurs ont passées de 100 à 200 mm minimum pour palier à une éventuelle déficience de mesurage du matériel d'abattage pourtant ultra moderne …

Ces 'chutes' sont désormais  transformée  en sciures puis en granulés ou plaquettes!

3/ Même procédé pour l'appréciation des défauts dits de rectitudes / cares ou autres 'défauts' auparavant 'négociées entre le vendeur et l'acheteur désormais transformés d'autorité et sans contre partie en B.E via une méga déchiqueteuse équipant bientôt les parcs à grumes des 332 scieries produisant les fameux 94 % cités ci dessus sur les 830 totalisées sur l'étude en question ...! Investir dans un parc à grumes de ce typa n'est pas à la portée des 500 autres scieries ne représentant que 6% de la production.

4/ Les côtes de sciage se sont régulièrement réduites et adaptées aux nombreuses études et conseils de charges recommandées au cours de ces 50 dernières années alors que 6/7/8/9000 scieries traditionnelles dites de proximité pratiquaient, dans l'inconnu'  des côtes 'de sécurité'. : le 22 a été ainsi été remplacé par le 18 mm = - 18 % - Le 27 voir le 29 par le 22 voir le 18 = - 33 % !

Plus étonnant une poutre de 300 x 150 de section lamellé collée est désormais 50 % plus réduite que la même en 300/250 mais plus résistante et tout à l'avenant.
Le concept des charpentes type fermettes a fait maigrir les volumes de sciages !


5/ La consommation de Bois Energie a explosé au point que les côtes d'aboutage fin bout sont passées de 100 à 120 puis 140/160 et, je l'apprends en lisant l'étude en cause .. .atteindrait même parfois 300 mm toujours au bénéfice de la fabrication de granulés ?!

J'attends confirmation de ces détails expliquant l'évaporation de tant de m3 de grumes que de telles études s'obstinent à expliquer 'par le fait que nos forêts sont insuffisamment exploitées' ! Ce qui est vrai …mais pour faire 1 tonne de granulés il faut disposer d'environ 2 tonnes de sciure verte ...de plus en plus obtenue à partir de billons non décomptés dans les sciages !

Mais ou et à qui vendre plus ? Les producteurs de sciages Français seraient-ils donc de piètres commerciaux ?

Les statisticiens comparent leurs résultats à qualités égales, en additionnant toutes les essences de résineux  sans mettre en avant la diversité propre à la forêt Française. Le B.E en fait désormais partie ...

Les sciages feuillus sont à mon sens les essences à promouvoir en priorité .
Le luxe se vend dans toutes les branches de l'industrie. Aucune opération marketing d'ampleur mondiale sinon nationale n'est faite en leur faveur !


Les chablis feuillus de qualité n'ont d'autres débouchés que le bois bûche ! Est ce normal dans le pays ou tant de châteaux les exposent ?

En 1960 il n'était pas rare de 'tirer' un chevron de 60/80 de 2 à 4 m dans une pointe de résineux ou de feuillus de 100 mm...qui, j'en conviens, ne cubait pas grand chose. Par contre c'est l'esprit qui a changé. L'on disait, antan, que les petits ruisseaux faisaient les grandes rivières.

Nos politiques préfèrent un assistanat à fonds perdus,

6/ Les systèmes d'optimisation de la matière première, prioritairement installés dans les 40 % plus importantes scieries assurant  94 % de la production ont permis une valorisation du volume scié et une amélioration des qualités sciages ! Les sections ont baissées...

[b]L'étude en question oublie totalement d'en tenir compte... et là c'est plus qu'important.[/b]

Le dernier système en date (scanner 3 axes) annonce d'impressionnantes possibilités ! Deux scieries en seraient déjà équipées en France et bénéficient d'un silence qui semble évident de peur de voir les propriétaires forestiers produisant de la qualité  - et ayant été subventionnés pour cela (élagage du Douglas) – s'y intéresser...

Même débat pour les meubles à base de feuillus dont ce n'est d'ailleurs plus de mode (concept cyclique) etc...remplacés par IKEKOI concept design, renouvelable avec des nœuds sains ... que les consomm'acteurs actuels refusent dans les meubles 'anciens') concurrencés par le carton ou palettes recyclées, toujours à base de bois vous'm'direz 'mais plus mode' !

Il n'empêche qu'un nœud sain est plus 'solide' et que les acheteurs de 'parquets' ne les apprécient que dans les copies ...de FAUX parquets ou en les foulant à Chenonceaux ou Versailles .

Le but est il de scier plus de volume ou d'apporter plus de valeurs ajoutées tant financières qu'esthétique sachant que celle ci fluctuent avec les modes ?

Le bon sens de nos cols blancs se serait il dilué dans les 1 545 000 tonnes de sciures soit disant récoltées pour produire 10 millions de m3 de sciages bois en 2019 ce qui indiquerait que le taux de sciure national serait proche de 20 % alors qu'il doit être autour de 10/12 % ?

Les un peu plus de 10 millions de tonnes de granulés secs produits en France le sont en gros avec 20 millions de tonnes de sciures ...

545 000 tonnes de sciures soit entre  800 et 900 000 avec un rendement de 0,62 toutes essences résineuses confondues alors que dans les feuillus il varie de 36 à 50% , sont donc produites à partir de billons et non de sciages .

C'est vrai : Certains de ces billons faisaient auparavant partie des sciages ...mais les acheteurs n'en veulent plus !

Le reste manquants de sciures ou de sciages provient-il de la transformation de billons bruts ? Probable ...mais ou sont ils et pour quel volume équivalent sciage ?...

Le volume de bois manquant a à mon sens en partie migré vers la catégorie BOIS ENERGIE pour justifier la juste industrialisation du granulé faisant bondir le poste valorisation des sous produits (faussement nommés déchets) , de zéro en 1960 à un niveau inespéré (2 millions de tonnes en 2019 ?)
 
A subir sans broncher les réflexions (voir omissions ?) et évolutions des pratiques les différentes familles de la filière bois comme de beaucoup d'autres, sont devenues mieux informées, ne serait-ce que les propriétaires forestiers qui devraient désormais refuser d'être considérées comme des facteurs d'ajustement économiques : On déchiquette même maintenant les souches !

Grindesel a traité dans le même esprit deux dossiers similaires :

1/ Le problème des gros et très gros bois.

En faisant une lecture rapide de votre important et intéressant dossier  Grindesel à remarqué une très rapide citation reconnaissant que certaines scieries industrielles 'étaient équipées pour les scier et même scier des débits sur listes'. Ce que réfutaient il n'y a pas si longtemps certains tenants de la scierie de proximité ...

2/ Grindesel y a listé 'les scieries équipées de canters avec l'estimation de leurs consommations annuelles'.
Cette technologie est encore considérée comme étant le pire de ce qu'a su générer l'intelligence humaine face aux technologies 'd'antan ou l'on savait scier du bois sous toutes ses formes' ...

Partager ses idées, ses convictions et connaissances n'est le privilège de personne.

Cordialement à tous y compris à mon ami Bernard qui pourrait se sentir visé dans son égo ou prérogatives professionnelles.

J'en ai passé l'âge mais je rappelle à ceux qui l'aurait oublié la double page du Bois national devenu depuis 'International' du 21 11 1992 intitulée Sinistrose ou ''creuser le bon sillon''...signée Jean Paul GALLAND représentant multi cartes dont MEM , E.Gillet, Segem ...

Depuis, de nombreux fils ou ouvriers de petits scieurs sont devenus cadres dans l'industrie du BOIS et certaines scieries industrielles et s'y sont fait une autre vie et bénéficient d'autres avantages 'sociaux' ...comme d'ailleurs Bernard et Jean Paul...

GRINDESEL le 04 06 2020 (Affiné le 19 avec ses excuses pour les lecteurs entre temps + Photos intégrées le 15 07 2020)

Plus d'info sur : https://www.politologue.com/population-mondiale/
Entre 1950 et 2015 la population mondiale est passée de 2,54mds d'habitants en 1950 à 7,38mds d'habitants en 2015.


PS : Il faut bien les loger ces braves gens de toutes les couleurs !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gfservices.fr
 
LA SCIERIE FRANCAISE EN 2025 OU EN 2020 ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOG GRINDESEL :: NEWS :: NEWS-
Sauter vers: