BLOG GRINDESEL

Merci pour vos contributions et visites

 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-54%
Le deal à ne pas rater :
Tondeuse à barbe Babyliss Designer SH500E
59.99 € 129.99 €
Voir le deal

 

 CHALAROSE du frêne : Lettre ouverte à M.Emmanuel MACRON

Aller en bas 
AuteurMessage
GRINDESEL
Admin
GRINDESEL

Nombre de messages : 759
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

CHALAROSE du frêne : Lettre ouverte à M.Emmanuel MACRON Empty
MessageSujet: CHALAROSE du frêne : Lettre ouverte à M.Emmanuel MACRON   CHALAROSE du frêne : Lettre ouverte à M.Emmanuel MACRON EmptyLun 22 Juil - 19:23

Lettre à ouverte M.Emmanuel MACRON

Président de la République

Monsieur le Président,

Faut il dans ce pays se permettre de plagier Mr Emile ZOLA pour obtenir qu'une administration coupable mais non responsable s'excuse de ses décisions auprès de l'ensemble d'une filière BOIS contrainte de supporter plusieurs millions d'euros de gabegie financière pour avoir laissé vendre , planter et entretenir à fonds perdus plusieurs millions de plants de frênes ?

Puisqu’ils ont osé, j’oserai aussi, moi. La vérité je me suis promis de la dire quand j'ai réalisé le forfait .

64 ans de labeur dans la filière bois m'a formé à parler – et écrire – sans langue de bois, sans accepter d'être complice d'un travail mal fait  

Mes nuits seraient hantées par le spectre d’une absence de recherche d'une excellence qui, comme chacun sait , fuit au fur et à mesure que l'on s'en approche … mais renforce les neurones .

Pour votre honneur, je suis convaincu que vous ignorez ce qu'est la CHALAROSE ? Il s'agit d'une maladie forestière reconnue endémique à l'échelle européenne et détruisant les frênes Européens depuis 1992 .

Une administration forestière nationale déficiente a tenté de camoufler la désastreuse gestion de cette inexorable endémie en évitant - ou plus grave je le crains – en oubliant de respecter son cahier des charges d'alerte sanitaire voir – et c'aurait du être le cas - en stoppant les ventes de plants en France au moins dès l'année 2000 .

En ne le faisant pas elle a ainsi conduit à un échec certains plusieurs millions de plants ayant par ailleurs bénéficié de subventions  au débit d'autres plus justifiés !  

Une enquête administrative loyale aurait permis d'établir nettement les actes et  responsabilités ce que je ne peux obtenir depuis que je me suis emparé de ce dossier en 2013 !

Et je n’ai pas à tout dire, qu’on cherche, on trouvera ce que les écrits dissimulent sur le sujet ...à moins qu'une raison d'état l'en empêche  ?

Je déclare simplement que le premier coupable de ce fiasco financier ayant permis la vente , la plantation et l'entretien de plusieurs millions de plans de frênes financés  à fonds perdus par une tranche inconnue des 3,5 millions de foyers propriétaires forestiers , ignorant pour beaucoup les tenants et aboutissants de ce déplorable dossier , est contraire au bon entretien et à la biodiversité d'un superbe patrimoine écologique national  .

A priori le ou les auteurs de cette malheureuse décision  ne peuvent être des employés subalternes : double erreur manifeste, qui montrerait avec quel esprit superficiel on étudie certains dossiers dans une administration ou les coûteuses absences de décisions sont multi redondantes ! A mon sens elles le sont en grande partie pour cette raison !

Le 13 Janvier 1898 E. ZOLA écrivait dans son fameux manifeste 'J'ACCUSE':

' On cherche donc dans la maison, on examine les écritures, comme dans une affaire de famille, un traître à surprendre dans les bureaux mêmes, pour les en expulser .

Et, sans que je veuille refaire ici une histoire connue en partie, le commandant entre en scène, dès qu’un premier soupçon tombe sur ses troupes . L’affaire est évidemment devenue son affaire, car l'honneur qu'il se fait de sa fonction est en jeu ...'

Il y a bien le ministre en charge de cette filière BOIS dont l’intelligence ne peut être mise en doute . Il y a bien le chef de l’état-major qui est certainement débordé, et le sous-chef du même état-major dont la conscience a pu s’accommoder de beaucoup de choses.

Mais, au fond, il n’y a d’abord que le commandant en chef de la filière BOIS ou autres qui les mène tous, qui les hypnotise, car il s’occupe aussi de beaucoup d'autres choses ce qui , d'après lui , parvenu à bac plus dix et de longues études (aux frais de l'administration) le fatigue avant même d'avoir commencé sa journée . Il me l'a dit à moi bac moins quatre n'ayant rien coûté à personne pour faire mon étude de la vie .

E. ZOLA écrivait :
' Et l’instruction a été faite ainsi, comme dans une chronique du XVe siècle, au milieu du mystère, et d'outils modernes qui le dépasse probablement un peu avec une complication d’expédients farouches. '

En quoi – le commandant en chef - aurait il du s'inquiéter d'interdire la vente de plants de frênes dès connaissance d'un problème qui ne devait pas le tourmenter ?

Si j’insiste, c’est que l’œuf est dans son bureau et non dans les frênes adultes ! Par contre il est dans les simples plants , eux qui n'avaient pas encore vécus ,  d’où est sorti plus tard le genre de crime, type d'un incroyable déni de justice dont on note que la France est malade , on peut le dire , dans quasi toutes ses filières !  

Car depuis que la CHALAROSE a franchi notre vieille ligne MAGINOT – désormais inutile si ce n'est pour amuser le peuple en étant devenu site à visiter  – et commencé par détruire les plants , même les frênes adultes se sont depuis mis à dépérir avec les plants jusqu'en dessous d'une ligne LYON / BORDEAUX ce que dénient encore certains 'spécialistes médias ou professionnels chargés de défendre l'indéfendable ' ennuyés de la publicité que certains font de cette misérable affaire venant ainsi troubler la certitude du travail bien fait de prestigieuses administrations mais surtout la tranquillité  de certains!

Je tente depuis 2013 de faire toucher du doigt comment l’erreur  a pu être possible, comment elle est née de curieuses machinations .

Je n'y parvient pas . Je suis trop seul face au fait que les gens lésés sont comme moi probablement trop âges , trop seul et , pour leur majorité , 'n'ayant plantés que quelques dizaines de plants '...

Même des employés de l'administration en cause , voir cadres administratifs forestiers ont fait eux mêmes l'erreur de faire confiance à une direction sanitaire forestière et périphériques associées déficientes ! Alors !... Par contre j'aimerai comprendre ...

E.ZOLA écrivait : :
' Engager peu à peu leur responsabilité dans l'erreur, qu’ils ont cru devoir, plus tard, imposer comme la vérité sainte, une vérité qui ne se discute même pas a pris des proportions qui maintenant dérange à l'évidence un confort établi.'

Un certain GRINDESEL s'est introduit dans leur système de pensée et ne cesse de vouloir démontrer qui a eu tord de s'obstiner à camoufler l'erreur de n'avoir pas pris la décision de stopper la vente des jeunes plants de frênes au profit, par exemple, de plants de peupliers que les forestiers ne plantent plus en quantités suffisantes malgré un système de subventions d'état  institutionnalisé , devenu toujours insuffisant aux yeux des bénéficiaires qui ne sont pas en majorité les plus nécessiteux …

Ce qui fait que l'industrie manque de peupliers ...

E.ZOLA écrivait : 
' Au début, il n’y a donc, de leur part, que de l’incurie et de l’inintelligence. Tout au plus, les sent-on céder aux passions du milieu et aux préjugés de l’esprit de corps. Ils ont laissé faire la sottise.  Le huis clos le plus absolu est exigé. '

Lo ! en ce monde de plus en plus ouvert et moderne tout arrive 'à se savoir' !

Je défie les propriétaires forestiers de lire les pamphlets de GRINDESEL sur  la CHALAROSE sans que leur cœurs bondisse d’indignation et crie leur révolte, en pensant aux quelques frênes qu'ils ont plantés … en apprenant que les administrations forestières concernées ont oubliées de les informer que ce serait à fonds perdus !
Que je sache nous ne sommes pourtant plus aux temps de Gutemberg !

C’est un procès de famille franco française , on est là entre soi, et il faut s’en souvenir : certains état-major seraient ils peuplés de gens responsables mais non coupables ?

E.ZOLA écrivait :
' Voilà donc, monsieur le Président, les faits qui expliquent comment une erreur a pu être commise ; et les preuves morales, la situation de fortune de certains administrés , l’absence de motifs, leur continuel cri d’innocence, achèvent de les montrer comme une victime .'

GRINDESEL : Et nous arrivons à l’affaire . 27 ans se sont passés depuis que la maladie des Frênes a commencée en Pologne en 1990/1992 et s'est rapidement étendue à toute l'Europe .
Beaucoup de gens de bon sens en restent troublées profondément, s’inquiètent toujours !

D'autres cherchent et finissent par se convaincre de leur innocence alors qu'ils n'ont pas penser stopper les ventes des plants et cherchent maintenant désespérément des clones sains dans toute la France et une explication à cette catastrophe sanitaire forestière sans trop nous informer des retours venant de toute l'Europe , retours – entre nous – auxquels CERTAINS ont du avoir accès dès 1992 ?!

Ayant moi même  décidé, suite à différents conseils de techniciens de  vénérables administrations ne les ayant visiblement  pas informé , j'ai planté 497 frênes au printemps 2007 parmi des centaines de milliers de plants toujours libres chaque année à la vente depuis 1992 en France.

Les ayant vu irrémédiablement dépérir après les avoir bichonnés j'ai ouvert une enquête personnelle en 2013 et continué les soins sylvicoles et visites de contrôles jusqu'à décider  d'abandonné ce 16 07 2019 donc 12 ans plus tard et m'en remettre à la loterie d'une hypothétique régénération naturelle ,  

Je n'admets pas l'absence d'excuse des responsables d'une telle gabegie financière forestière que je chiffre au bas mot entre 54 et 90 millions d'euros non compris les retombées périphériques ( Chalfrax et suivi multi médiatique allant crescendo sur le sujet!) et frais divers engagés par l'administration forestière pour camoufler son erreur de gestion auxquels j'ajoute 12 ans d'absence de production forestière voir plus pour tous ceux qui ne savent comment traiter leurs parcelles !

Ma certitude est que les services techniques consultés n’ont jamais agi en dehors de la volonté de leurs supérieurs. Je reproche à certains de faire jouer leurs sacro saints devoirs de réserves vis à vis de leurs supérieurs hiérarchiques.

Ils n’osent pas s'opposer , dans la crainte de livrer tout l’état-major, voir certains sous-ordres plus prosaïquement craindre pour leur carrière et autres .

Par contre certains cadres , arrivés à la retraite  ont publiés certains documents compromettants sur le sujet . Il est de plus en plus difficile d'en retrouver les traces  … mais le sujet laissera j'espère des traces positives sur la gestion d'autres cas similaires .

Depuis lors, la perte de millions de plants consécutif à l'absence d'informations de la part de responsables se considérant non coupables (et non responsables )  pour des raisons non concertées avec les gens de terrain concernés, ne fait que grandir car s'est ajouté 700 000 € de budget de recherche engagés fin 2017 via le site CHALFRAX  créé pour
tenter de guérir des arbres continuant de dépérir !

...et trouver des clones sains histoire de calmer une fronde limitée à de rares médias forestières qui, pour l'instant se bornent à s'étonner que …

CHALFRAX ne tente pas d'expliquer l'inexplicable (pour moi) d'avoir laissé la vente de plants libre dès 2000 alors que tout indiquait qu'il fallait la stopper sinon informer TOUS les propriétaires forestiers en utilisant les moyens modernes à disposition plutôt que miser sur le bouche à oreille ou radio bout de bois DSF ou similaire !


E.ZOLA disait déjà :
' Et ces gens-là dorment, et ils ont des femmes et des enfants qu’ils aiment et ils leur parlent d'écologie ?!  

Ils avaient rempli leur devoir d’honnête homme. Ils insistaient peut être  auprès de leurs propres supérieurs, au nom de la justice.

Ils les suppliaient même, ils leur disaient combien leurs délais étaient impolitiques, devant l'orage qui s’amoncelait, qui devait éclater, lorsque la vérité serait connue. '

Pour la vente des PLANTS de frênes il est trop tard depuis au moins l'année 2000 . A ma connaissance , aucune interdiction formelle de vente de plants n'a été prise en 2019! A Euroforest 2018 le responsable export d'un pépiniériste m'a déclaré en exporter avec un certain plaisir ...

Pour le cumul des différents dossiers du même genre le jaune est devenue la couleur à la mode ...et le bilan coûte paraît il encore plus cher !

C'est la sanction habituelle pour ceux qui repoussent sans cesse les bonnes décisions sauf que trop souvent les décideurs ...ne sont pas les payeurs !

E. ZOLA écrivait :
' Ce fut, le langage que tint certains braves gens , adjurant par patriotisme de prendre en main l’affaire, de ne pas la laisser s’aggraver, au point de devenir un désastre public '.

Des années après  les dégâts sont connus, l’état-major ne peut ou ne veut plus avouer ses erreurs !

Crainte d' E.ZOLA :
' Faut il envoyer un lieutenant-colonel en mission spécifique ou l’éloigner de plus en plus loin, jusqu’en Tunisie, où l’on voudra peut être un jour honorer sa bravoure, en le chargeant d’une mission qui le fera sûrement massacrer, dans les parages où un marquis  aurait trouvé la mort ? '

Au fond, c’est toujours l’état-major qui se défend, qui ne veut pas avouer son crime, dont l’abomination grandit d’heure en heure.

On se demande – depuis des siècles - avec stupeur quels sont les protecteurs du flot continu des responsables mais non coupables !  

C’est sûrement l’ombre de quelqu'un  qui a tout machiné, qui a tout conduit. Sa main se trahit aux moyens saugrenus laissant reconnaître l’innocence . Les bureaux croulent dans un compréhensible mépris public vis à vis de quelques uns . D'autres se gaussent , en rient 'jaune en se doutant que c'est peut être leur voisin ou la faute à l'autre … sans trop identifier l'autre !

Crainte d' E.ZOLA ...
Et le beau résultat de cette situation prodigieuse est que l’honnête homme, là- dedans, qui seul a fait son devoir, va être la victime, celui qu’on bafouera et qu’on punira...ou oubliera.
Ô justice, quelle affreuse désespérance serre le cœur ! On va jusqu’à dire que c’est lui le faussaire, qu’il a fabriqué la carte de France des dégâts  pour obtenir des indemnités alors qu'il ne voulait que voir grandir ses arbres  !  
' Oui ! nous assistons à ce spectacle infâme, des hommes perdus de dettes et de crimes dont on proclame l’innocence, tandis qu’on frappe l’honneur même, un homme à la vie sans tache ! Quand une société en est là, elle tombe en décomposition. '

Voilà donc, monsieur le Président, l’affaire des frênes de France et d'Europe en perdition : quel coupable s’agit-il d’innocenter. Depuis bientôt trente ans, nous pouvons suivre heure par heure la triste besogne.

J’abrège, car ce n’est ici, en gros, que le résumé de l’histoire dont les brûlantes pages seront un jour écrites tout au long.

On nous parle des braves gens forestiers  , on veut que nous aimions et respections les arbres ? Pour nous respecter les arbres suffirait à notre bonheur ...  

E.ZOLA écrivait ...avec traduction forestière ...:
' Quel coup de balai le gouvernement républicain devrait donner dans cette jésuitière, ainsi que certains les appelle depuis le siècle dernier ?!
Où est-il, le ministère vraiment fort et d’un patriotisme sage, qui osera tout y refondre et tout y renouveler ?

La (lente mais inexorable ) vérité est en marche et rien ne l’arrêtera. Ce n'est pas d’aujourd’hui que l’affaire commence, mais aujourd’hui seulement les positions sont nettes: d’une part, les coupables qui ne veulent pas que la lumière se fasse; de l’autre, les justiciables qui donneront leurs frênes devenus Bois Energie  pour qu’elle soit faite.

E.ZOLA l'a dit ailleurs, et je le répète ici:
Quand on enferme la vérité sous terre, elle s’y amasse, on verra bien si l’on ne vient pas de préparer, pour plus tard, le plus retentissant des désastres... forestier .

Mais cette lettre est longue , monsieur le Président, et il est temps de conclure. J’accuse le ou les responsables mais soit disant non coupables      pour les machinations les plus saugrenues qu'ils mettent en place pour conserver leur illusoires tranquillité .

J’accuse dans un but politique – au sens noble du terme - et pour sauver les braves gens compromis et peut être un peu désabusé .

J’accuse  l'esprit de corps qui fait des bureaux de certaines administrations l’arche sainte, inattaquable … ceci dit sans langue de bois.

J’accuse  d’avoir mené dans la presse et particulièrement sur CHALFRAX une campagne de désinformation pour égarer l’opinion et tenter ainsi de couvrir progressivement le fait d'avoir oublié de stopper les ventes de plants de frênes via un douteux transfert économique pris en charge par une multitude de propriétaires forestiers formatés depuis des générations à subir ce genre de désinformation institutionnelle  … et d'en payer directement ou indirectement les coûts !

En portant ces accusations, je n’ignore pas que je me mets sous le coup des articles 30 et 31 de la loi sur la presse du 29 juillet 1881, qui punit les délits de diffamation. Et c’est volontairement que je m’expose.

Je ne suis pas la presse . Je ne suis qu'un simple administré.

Quant aux gens que j’accuse, je ne les connais pas, je ne les ai jamais vus, je n’ai contre eux ni rancune ni haine. Ils ne sont pour moi que des entités, des esprits sociaux économique ne pratiquant pas l'excellence . Et l’acte que j’accomplis ici n’est qu’un moyen innové en son temps par Mr Emile ZOLA pour hâter l’explosion de la vérité et de la justice et non un acte de délation .

Je n’ai , et sans antres prétentions , que l'attente de vérité vérité sinon une explication plausible de cette affaire forestière, qu’une passion, celle de la lumière, au nom de nos forêts et de ceux qui continueront de planter.

Ma protestation enflammée n’est que le cri de mon âme. Qu’on ose donc me traduire en cour d’assises ou autre et que l’enquête ait lieu au grand jour ! J’attends.

J'attends aussi de connaître ce qu'en pense ceux qui sont dans mon cas mais aussi je suis curieux de voir quel média osera prendre le relais dans cette affaire ceux en charge de défendre nos intérêts forestiers étant dans un silence assourdissant sauf lorsqu'il s'agit de solliciter des aides ou subventions !?

Veuillez agréer, monsieur le Président, l’assurance de mon profond respect.

grindesel.forumactif.fr Le 22 07 2019

jp.galland@yahoo.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gfservices.fr
 
CHALAROSE du frêne : Lettre ouverte à M.Emmanuel MACRON
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOG GRINDESEL :: NEWS :: NEWS-
Sauter vers: