BLOG GRINDESEL

Merci pour vos contributions et visites

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BOIS BUCHES : Des métiers remontant à la préhistoire !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GRINDESEL
Admin
avatar

Nombre de messages : 713
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: BOIS BUCHES : Des métiers remontant à la préhistoire !   Sam 21 Mai - 23:05

LE BOIS ENERGIE BUCHE DATE DE METIERS REMONTANT - pour certains producteurs - A  LA PREHISTOIRE sinon du temps de ZOLA

LECTURE RAPIDE  ...[/
b]

Ce nouveau 'papier professionnel' tente de vous démontrer que le soleil et le vent ne suffisent pas à descendre de manière homogène l'humidité des bûches en dessous du taux conseillé de 20% norme H1.

Rassurez vous : à 22/24 %, pour les bûches du dessus des piles ... c'est tout de même bien. Le problème ce sont les bûches de 'fond de piles' qui sont  trop souvent livrées avec cette norme  ...

Le vent et le soleil sèchent évidemment les bûches . Je veux simplement démontrer que soleil et vent ne permettent pas pour autant de bénéficier à coup sur de cette fameuse norme H1 autorisant une image de qualité méritée par trop peu de producteurs proposant des bûches réellement sèches car séchées artificiellement en cellules spécifiques !

Le surcoût au stère pour obtenir des bûches 100% QUALITE se retrouve en réduction de volume consommé et en confort ce qui autorise de comparer le combustible BUCHE ...à tous les autres combustibles d'un coût calorie nettement plus élevé !

Une chaudière à bûches moderne actuelle, équipée d'un bon ballon tampon et d'un combustible vraiment sec ne se recharge que tous les 2 à 3 jours voir beaucoup plus si elle est équipée d'un ré allumage automatique et d'un tampon de volume adapté , restituant progressivement sa charge calorifique ...CHAUDIERE ARRETEE mais prête à redémarrer si son rechargement s'est fait 'à temps perdu histoire de s'occuper' .

Une implantation judicieuse de la chaufferie et de l'abri bois permet de réduire considérablement la soit disant pénibilité de manutention des bûches livrables sèches, sur palette filmées et stockées à portée de main de l'entrée du foyer !

Au pire l'achat d'un bon transpalette permet d'approcher les palettes trop éloignées ...

Faire son bois soit même n'est pas obligatoire. Commander de quoi se chauffer une saison et se faire déposer les palettes DANS LE BUCHER ne nécessite que de signer un chèque. POINT !

Les champignons attaquent le bois lorsqu'il contient plus de 20% d'humidité. Un bois sec (<20 % d'humidité) n'est jamais attaqué par les champignons ni habité par de multiples bestioles ...

Nuance d'importance toujours éludée dans les débats concernant le combustible bûche!

La résistance du bois parfait (duramen) aux agents d'altération biologique est variable selon les essences, alors que celle de l'aubier est généralement nulle.

Humidité supérieure à 20% c'est la pourriture plus rapide de l'aubier, rapidement habité par des insectes, voir des termites dans les régions infestées...

Les taux de pollution , surconsommation , difficultés d'allumage, enfumage , encrassement plus ou moins accéléré des foyers et cheminée, de cendres et d’imbrûlés sont directement en rapport avec celui de l'humidité 'moyenne' des bûches consommées…


Au taux de 15/20% elles s'enflamment sans papier journal , avec une seule allumette et un seul petit éclat de bois ! Se chauffer aux bûches devient un réel  confort pour un coût réel en final comparable compte tenu de l'économie de bûches réalisée .

QUE DIT LE SITE  Flamme Verte ?

' * Pour une bonne efficacité lors de sa combustion, le taux d’humidité du combustible doit être inférieur à 20 %.
Un bois coupé au printemps pourra être brûlé un an et demi voir seulement deux ans plus tard

*Valeurs indicatives : Ce taux est amené à varier en fonction du climat ou encore de l’essence :  le chêne nécessitera trois ans et le hêtre ou le charme deux ans.(Avec l'inconvénient de se déprécier rapidement si ces deux essences traînent trop longtemps avant d'être coupées et fendues .NDLR )

Attention : Un bois bûche à 30 ou 40 % d’humidité occasionnera une perte de près de 25 %  du rendement énergétique comparé à une bûche disposant d’un taux d’humidité de 20 %.

Un combustible trop humide nuira au bon fonctionnement de l’appareil et accentuera la formation de particules fines, dangereuses pour la santé humaine.

Le taux d’humidité : l’information primordiale

Au moment de la livraison du bois bûche, exigez de votre professionnel qu’il réalise un contrôle du taux d’humidité du bois. Un bois sec devra justifier d’un taux d’humidité de 20 % maximum

* Flamme verte oublie de préciser sur quelle (s) bûche(s) ! .. NDLR

CE QUE VOUS POUVEZ VOUS MEME CONSTATER

Un aubier de chêne 'échauffé' (on dirait une éponge) atteint parfois près de 36 % du volume d'une bûches ! Certains croient que cette partie périphérique d'une bûche est sèche : Sa valeur calorifique est en réalité dépréciée ! !
 
Entre une bûche de diamètre brut de 20 cm dont la partie périphérique (l'aubier) ressemble à une éponge et la même réduite de 2 cm d'aubier soit 16 cm de bois de cœur sain , en longueur de 50 cm les cubes respectifs sont les suivants :

10x10 x 3,14 x 50 = 15 700 cm3
8  x  8 x 3,14 x 50 = 10 048 cm3
Perte de volume   = 5652 cm3 soit – 36 % ![/b]

Si vous ne constatez qu'un cm d'aubier le pourcentage (de perte !) [b]sera tout de même de 19 %

Dans les deux cas petites bestioles et déchets d'écorces séchées à l'air seront en prime !

BILAN FINANCIER

Des deux portefeuilles concernés lequel est en final le plus vite 'asséché' par ces verres d'eau en trop dans vos bûches  ?  

AFFIRMATION DU SYNDICAT DES PRODUCTEURS DE BOIS BUCHES

' La récolte forestière à la base de nos approvisionnements doit être locale et raisonnée.Nos produits sont labellisés PEFC, ce qui garantit l’approvisionnement légal et durable de notre matière et la gestion pérenne des territoires forestiers dont ils sont issus.'

POINT DE VUE DE GRINDESEL 

Les investissements devraient également être raisonnés par une filière pas toujours convaincue par la bonne santé et la satisfaction de leurs collègues équipés de séchoirs artificiels !

Ce débat de fond est plus difficile à mener  que de se satisfaire d'une belle profession de foi datant ...des fendeuses verticales et combinés 'bicyclettes' même si elles aussi sont toujours jugées trop chères ...

La rentabilité ne rime pas toujours avec les prix les plus bas !

S'approcher de l'excellence est toujours difficile ...sans compter que les points à satisfaire s'éloignent en permanence ! Ces points s'appellent 'volonté de progrès' , 'investissements continus' mais aussi 'état d'esprit ' quand il ne s'agit pas d'un subtile argumentaire commercial camouflant des réalités moins idéales. Le muscle ne suffit plus !

Le BOIS pousse tout seul depuis la préhistoire ? Il serait même arrivé sur terre avant nous !

Ça n'est pas une raison pour le gaspiller  en le consommant insuffisamment sec ...comme c'est encore trop souvent le cas à notre époque . 

En 2016 je pense que seulement 6 à 8 % du volume national officiellement produit en France est réellement livré à la norme de qualité H1 annoncé .

Rares sont les entreprises équipées de séchoirs artificiels alors que quasi toutes affirment pouvoir livrer cette qualité qui devrait être imposée …

Ce n'est pas au client , sauf cas particuliers de moins en moins courant, de prendre en charge la finition des qualités de son combustible bûche !

Trop d'entreprises affirment qu'un séchoir n'est pas nécessaire , coûte trop cher et n'est pas 'écologique' ...Ceci est faux dès 3000 st/ m3 produits/ an !

Le département 34 est un parfait exemple de ce challenge ! Situé ou tout est sensé possible en matière de 'séchage rapide' grâce au vent et au soleil  l'humidité des bûches descend-t-elle toutes pour autant au dessous de 20% grâce à cette pratique effectivement ancestrale qui ne correspondant plus aux exigences techniques des appareils de chauffage actuels ?!

Vendre des bûches soit disant sèches en montrant un volume (toujours insuffisant pour une saison) de tas de bûches à l'entrée de l'hiver , tas exposé la tête du tas au soleil et la base sur une dalle béton sur laquelle s'est amoncelé un matelas de poussières et d'écorces plus ou moins en décomposition est-il une garantie suffisante pour le client ? Evidemment non sauf, pour le fournisseur,  à renoncer à livrer le dernier mètre !

CONSTAT proposé dans cette région par  le site de Météo France 'Humidité de l'air ambiant' 

'À Marignane par exemple, une des villes les plus sèches de France, cette valeur (de 20% d'humidité ambiante )  (n') a été atteinte (que) 5 fois par an en moyenne sur la période 1990-2009. (il faut lire entre les lignes ...Grindesel vous propose donc les corrections de texte entre parenthèses)
Climat de la région Languedoc-Roussillon

' Protégés des perturbations océaniques par les Pyrénées et le Massif Central, le Languedoc et le Roussillon sont sous influence méditerranéenne. Cependant les effets de l’Atlantique se font sentir jusque sur le Lauragais, la haute vallée de l’Agout et l’Aubrac.Les Pyrénées-Orientales et les ... Cévennes connaissent un climat montagnard.

Avec les autres régions Méditerranéennes, c’est l’une des régions les plus ensoleillées de France. Des étés très secs, des pluies irrégulières et parfois torrentielles au printemps et en automne, une luminosité de l’air exceptionnelle les jours de tramontane, voilà les traits principaux de ce climat, dont les températures extrêmes (gelées hivernales, fortes chaleurs estivales) sont adoucies selon la distance à la mer.'
Fin de citation

En quelque région de France, séché à l'air et au soleil le bois étant un corps s'adaptant rapidement à l'humidité ambiante , aucune entreprise ne peut garantir un séchage homogène 'inférieur à 20% ' sauf sur quelques bûches prélevées en plein soleil et non au cœur d'un tas non couvert encore moins dans le dernier mètre de stockage au sol !

C'est en effet là ou se concentre toute l'eau résiduelle ( 'des pluies irrégulières et parfois torrentielles au printemps et en automne' ) ...et les écorces détachées des bûches , de ce fait, en cours de décomposition car amoncelées en fonds de piles, au moins durant 12 mois !

Le BOIS ENERGIE est-il un combustible local comme l'affirme un producteur du 34 sur son site Internet ?

GRINDESEL

Le 34 et sa région ont le privilège d'être alimentée par un distributeur de pellets (granulés) produits en Catalogne ...Espagne (Pellets Farmers) !

Ce même distributeur est également producteur de bûches et prétend prendre la défense de ses confrères en s'indignant du fait qu'une  grande surface locale propose du bois bûches sur palettes en provenance de Lituanie...

Il est aussi étonnant de le voir affirmer ce qui suit :

'Si les clients vont acheter leur bois  en Grande distribution c’est qu’ils n’ont peut-être pas toujours été satisfaits par leurs fournisseurs précédents ou qu'ils n'ont pas su évoluer à la hauteur de leur demande'.

GRINDESEL

Faites ce que je dis mais surtout pas ce que je fais (NDLR)!

Cette expression est devenue un proverbe populaire. Elle date d'une époque très lointaine, car elle remonterait à 65 après Jésus-Christ, et serait issue d'un Évangile de saint Matthieu. Elle a subsisté de nos jours , comme les pratiques du bois bûches de la même époque ?!

Dans tout le 34 et d'autres départements les bûches sont séchées par le vent et le soleil dans des conditions discutables d’homogénéité sensées justifier l'affirmation suivante:

'La consommation de nos produits doit être optimisée par une période de séchage qui permet de porter nos produits à un taux d’humidité inférieur à 20%.' (Norme H1 NDLR)

GRINDESEL 

C'est quelle durée la 'période de séchage à l'air et au soleil! idéale' ? C'est comme un canon de fusil : Un certain temps !

Toutes les bûches et non le dessus des piles en cours de 'séchage naturel' sont en réalité concernées par cette norme impossible  à respecter dans les conditions de stockage / séchage 'à l'air et au soleil'!

Il faudrait contrôler chaque bûche avant d'en livrer en moyenne plus ou moins 200 ...au stère !

Du producteur ou de consommateur 'Qui serait prêt à en payer le surcoût sinon l'achat d'un appareil personnel et le temps '  ?

' Garantir un approvisionnement légal et durable de notre matière et la gestion pérenne des territoires forestiers dont ils sont issus...'

GRINDESEL 

Pour un producteur de bûches souhaitant garantir un approvisionnement légal / durable/propre et non polluant et proche du site de production (30/60/100 ou 150 km ?)  la seule condition est que son entreprise soit équipée de séchoirs artificiels traitant la totalité de sa production …et d'un dispositif de tamisage performant !

En 2016 seules 6 entreprises française représentant seulement 6 à 8 % du volume national OFFICIEL est ainsi proposé en qualité H1. Aucune dans le 34 …


EN REALITE : Quel producteur  dispose d'un stock permanent et en toutes saisons, plus particulièrement en  Février , garanti H1 SEC à l'air à - 20% ?

Les 6 qui sèchent 100% de leurs production ?

Une vingtaine ne sèchent qu'une partie de leurs productions et ont bénéficié de subventions et augmentés leurs parts de marché… C'est un premier pas vers l'excellence .

PAR OBLIGATION les scieurs restants en activité ont commencé de s'en équiper il y a ...30 / 40 ans ! Au national et en volume de sciage on doit être dans les 50% .

Tous les producteurs de bûches prétendent on ne sait comment, pouvoir livrer du H1 'sec à l'air'...en début d'automne. Et après ? Abattu du printemps ?

Aucune entreprise du 34 ne possède un séchoir artificiel sinon elles en feraient la base de leur publicité ...comme le font leurs 6 (sur 3000) confrères trop peu nombreux et de plus en plus  sollicités

Sur 200 bûches livrées en moyenne au stère m3, sec à l'air bénéficiant quand même de ce label incontrôlable dans les faits, combien ont – DE PLUS -  leur pouvoir calorifique déprécié par les défauts et habitants cités plus haut entre leur date d'abattage et leur longue phase de séchage à l'air avant livraison ? Combien de piles en stock non fendu sèchent – en se dépréciant -  en sous bois , bois posé au sol ? !

Il est vrai qu'installer un séchoir artificiel fonctionnant nuit et jour parfois au milieu d'un lotissement ou d'une Z.A , et traiter des volumes de bois imposant des normes difficiles à respecter pour justifier l'autorisation de le monter  cet investissement fait souvent reculer l'entreprise qui veut s'en équiper ... alors qu'il apporte une valeur ajoutée évidente à un combustible basique : la bûche de bois , le dernier combustible bois vendu 'au pif' !

Sans cela combien de consommateurs de bûches vont choisir le granulé ? La réponse est dans les mains de ceux qui s'équiperont de séchoirs.

AFFIRMATION

Le tout pour permettre à nos territoires, notre Région, notre Nation de réussir dans la nécessaire transition énergétique sans jamais perdre de vue l’équilibre des espaces forestiers dont nous participons à la bonne et durable gestion

GRINDESEL 

Les entreprises Françaises d'exploitations forestières françaises exportent quasiment toutes elles mêmes ou via un confrère, des bois de toutes qualités sur l'Espagne, le Portugal, l'Italie, l'Allemagne, l'Angleterre, la Belgique , la Suisse et , de plus en plus, sur la CHINE .

C'est probablement le cas pour les plus importantes du 34 ...

En retour de transport – ou non, bien que charité ordonnée commence par soit même - elles importent parfois des granulés qui, eux, sont obligatoirement secs sorti d'usine à … 8/10% d'humidité sous peine de se déliter et devenir impropres à consommation sauf injection dans une chaudière automatique multi combustibles dites 'à plaquettes' version idéale actuelle du chauffage au bois pour ceux qui peuvent se l'offrir et toujours sous réserve d'être le plus sèches possible !

Notre industrie de meubles dit en bois massifs à base d'essences feuillus s'étant effondrée dès les années 1970 et les sections d'essences résineuses majoritairement proposées l'étant de plus en plus à partir de sciages de petites sections séchées puis collées et assemblées suivant des procédés de type industrie lourde, les bois ronds feuillus comme résineux s'exportent pour trouver preneur à des prix et qualités définis par la demande et les cours mondiaux.

Il est donc devenu quasi impossible, pour un exploitant forestier Français âpre au gain – c'est à la mode en ce monde de plus en plus colonisé par le fric  - de garantir une quelconque virginité en terme de 'provenance locale et bonne et durable gestion' tel que l'entendent les particuliers mal informés face à des producteurs plus ou moins madrés, familiarisés avec la mondialisation des échanges et aux impératifs de productivité … et de rentabilité !

Omettre  de le signaler ressemble à une omerta ! Elle n'est pas synonyme de tromper dans notre bonne langue française …tout au moins pour certains !


Les bois dits de trituration – de qualités strictement comparables aux feuillus bûches – sont parfois la aussi transportés sur parfois des centaines voir un millier de km dans d'immenses et de plus en plus rares usines Européennes pour produire des panneaux ensuite utilisés dans le monde entier pour créer des meubles eux aussi 'mondialisés ' et 'marketisés' pour plaire - par leur prix - au plus grand nombre de consommateurs de tous pays.

Le bois bûche n'est que le petit lait de la crème des bois nobles négociés à part ce qui explique la pauvreté de certains bilans, salaires voir dividendes des producteurs de bois bûches souvent multi activités...améliorant le train de vie flamboyant de maisons mères ne se privant pas toujours elles mêmes de méthodes rôdées depuis deux ou trois générations !

AFFIRMATION

Nous sommes tous les jours guidés par la volonté d’amélioration des produits et des services que nous proposons au profit d’une professionnalisation de notre entreprise et de notre filière

GRINDESEL

Quelle entreprise 'soumise aux lois du marché' oserait affirmer le contraire ?! A quand donc, l'inauguration du premier séchoir artificiel à bûches dans le 34 pour 'améliorer la qualité du produit local' de provenance jamais précisée ?

AFFIRMATION

Nous luttons contre l’économie souterraine qui gangrène les métiers de la commercialisation du bois bûches, jette le discrédit sur toute la filière bois au détriment du consommateur, de l’environnement et des territoires forestiers.

GRINDESEL

Superbe profession de foi à laquelle je souscrit pleinement pour avoir écrit moi aussi depuis longtemps mon opinion sur ce forum! Elle est, honnêtement ou malhonnêtement contredite par le fameux dicton universel déjà cité :

Faites ce que je dis , ne faites pas ce que je fais !

Tout est affaire de dosage , d'expériences et de chromosomes acquis .

Certains produits se prêtent plus que d'autres à ce sport international...Le commerce des bois, chacun le sait - sinon les pros -, s'y prête merveilleusement ...

En effet, quand on tente de comprendre les différents interactions entre  plusieurs méthodes de facturation même l'ancien professionnel s'y perd, surtout arrivé à un certain âge!

D'autres pratiques l'étonnent encore plus comme le fait d'omettre ou camoufler les réalités d'un combustible qui n'est pas sans défauts.

J'avais fait le pari de la modernité et d'informer sans langue de bois dès 1967 en conseillant et équipant les producteurs les plus performants de France …

Que ceux qui hésitent entrent sans inquiétudes dans la modernisation de leurs entreprises et optent pour un dialogue commercial ouvert avec les consommateurs et les fournisseurs capable de les accompagner .

A défaut je le signale depuis quelque temps : la filière  peux  revivre le processus irréversible vécu par trop de professionnels de la scierie et d'autres professions pas assez structurées , mal équipées et plus en phase avec la majorité des attentes des consommateurs ...

Triste FIN.

AFFIRMATION

Le bon usage du bois de chauffage passe nécessairement par une filière professionnelle labellisée qui seule permet : Un combustible normé de qualité. Encore faudrait-il que les résultats des contrôles soient publiés dans la presse !

GRINDESEL

OK je tente de démontrer depuis des années l'impossibilité de respecter la norme H1 en séchant à l'air ... J'attends toujours les avis probablement contraire mais si possible circonstanciés des producteurs qui ne sont pas d'accord avec moi. De la discussion jaillira peut être la bonne sève ?

Est-ce transiger et valider 'les habitudes acquises' que de pondre des normes sans fin ou inciter les filières concernées 'à produire avec leur temps' ? C'est ma conviction basée sur ce que je constate ... depuis quelques décennies !

AFFIRMATION

Une utilisation respectueuse de l’environnement.

GRINDESEL

En achetant des granulés en Espagne et en vendant des grumes 'à tel ou tel pays qui veut bien en payer le prix et accepter les conditions  demandées ' (ou négociées) cette affirmation permet-elle à quiconque de déroger à ce type d'affirmation et la NORME accaparée la main sur le cœur et sur le porte feuille particulièrement pour les bûches ?  

AFFIRMATION

La sécurité des provenances,

GRINDESEL

Certifiées en quantités comme en qualité ? Par quel organisme . Affaire de subtiles spécificités professionnelles dépassant largement les compétences du client type! Le foisonnement est un mot courant dans la langue d'oc ...comme dans la langue de bois !

Il est sur qu'en finissant de sécher les bûches chez les clients, dans l'état actuel ils ne seront jamais mieux servi que par eux même ! Alors pourquoi ne s'équipent-ils pas d'une éolienne et ne cherchent-t-ils pas du pétrole dans le gazon du voisin ou dans le parc communal plutôt que de s’embêter la vie avec de l'eau ...et du bois ?

AFFIRMATION

Un travail socialement respectable.

GRINDESEL

En être convaincu offre l'avantage – pour tout employeur - d'auto certifier sa bonne conscience personnelle …

Ancien des filières BOIS depuis l'âge de 14 ans (1955) j'ai toujours milité pour un salaire et une considération 'socialement responsable' sans avoir le goût de barrer les routes ni cassé quoi que ce soit.

J'ai essayé de justifier ce genre d'affirmation dans ma courte vie de 'patron' et en comprendre le sens sinon, la encore, qui ne se satisfait pas des slogans creux de notre époque ou 'vendre' prime sur le conseil et réclamer des aides plutôt que de bosser et conserver ainsi la santé (tout au moins psy) ?!

Produire et vendre des bûches sans marge décente rendra ce postulat plus que difficile ...tant que l'on assimilera le combustible BUCHE avec PREHISTOIRE sans garanti de satisfaire des consommateurs de plus en plus difficiles à berner avec plus ou moins de bonne foi!

L'insatisfaction d'un appareil de chauffage au bois bûches provient rarement de l'appareil dans lequel il est consommé , à plus fortes raisons lorsqu'il satisfait aux normes de constructions actuelles .

A mes bons, fidèles et sérieux clients de quelques années en arrièreet, surtout, à leurs successeurs  !

GRINDESEL le 21 05 2016
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gfservices.fr
 
BOIS BUCHES : Des métiers remontant à la préhistoire !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Applewood, la pomme... et le bois.
» Smiler. || Si je bois du Fanta, je suis fantastique ? 8D
» Un plateau en bois pour votre trackpad et votre clavier
» Mannequin bois
» Conseil d'achat :Je cherche un GPS pour guidage en promenade pedestre (bois et villes)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOG GRINDESEL :: BOIS DE CHAUFFAGE :: Tribune libre-
Sauter vers: