BLOG GRINDESEL

Merci pour vos contributions et visites

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C.ACKET et J.VAILLANT...Etude sur les ENR en France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GRINDESEL
Admin
avatar

Nombre de messages : 711
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: C.ACKET et J.VAILLANT...Etude sur les ENR en France   Ven 6 Nov - 18:16

CONSEIL DE LECTURE

LES ENERGIES RENOUVELABLES ENR - État des lieux et perspectives

Claude ACKET ingénieur arts et métiers et du génie atomique
Jacques VAILLANT professeur agrégé de physique appliquée.


Venant d'horizon différents, les deux auteurs ci dessus recensent les conditions pour que ces sources d'énergie puissent se développer en France et dans le monde

Éditions TECHNIP www.editionstechnip.com

Critique de GRINDESEL

La France, l'un des pays au niveau de vie frisant le gaspillage est face à d'autres pays ayant tous envie de bénéficier au plus vite 'des plaisirs du monde moderne' ! Quelles sont ses marges énergétiques ?  

Ce livre est un véritable roman du futur énergétique FRANCAIS. Nos manif anti nucléaires de nantis risquent de ressembler d'ici peu à de pâles centres d'entraînements pour soixante huitards attardés!

Énergies fossiles ? Tout me semble avoir été dit ou écrit en ce qui concerne les urgences et craintes de tous ordres à leurs sujet.

Pour certaines solutions de complément en énergies renouvelables le coût de certaines les enverra-t-il dans les futurs musés d'une période qui ne savait plus compter ?

Probable car il faudra leur assurer un entretien couteux voir leur déconstruction puis leur renouvellement via de nouvelles sources... Le soleil, le vent et les marées sont renouvelables. Il est moins sur que les appareils pour en bénéficier le soient eux mêmes ...à des coûts financiers et écologiques abordables pour la collectivité ce qui n'est pas le cas du bois !

Combien de produits issus de l'imagination humaine seront obsolètes avant d'être usés voir dépassés par d'autres inventions !

Energies renouvelables : Je retiens de cette remarquable étude le fait qu'elles sont déjà complémentaires. Elles seront indispensables si l'humanité ne veut pas sombrer dans l'anarchie. Leurs développements complique considérablement la gestion actuelle des trois principales énergies gaz/ fuel/ électricité. Qui s'en doute à ce point ?!

Des trois l'électricité n'est pour l'instant pas stockable ...

Un véritable roman, une ode à la formidable capacité d'adaptation offerte par les technologies modernes. Les capacités de calcul apportées par l'informatique ont permis cette évolution.

L'inventivité débordante des hommes  induite par le progrès des technologies ne freine quasiment plus la course effrénées à la mondialisation du bonheur matériel ... ni l'inflation des coûts pour y parvenir !

Vous voulez vous balader sur la lune ? Il suffira de faire un chèque ! Illusion ? Non, réalité de demain les places se réservent déjà !

Les jouets modernes coûtent cher, très cher! L'exemple des éoliennes m'a paru édifiant sur ce point...Le paragraphe N°9 pages 241/253 présente une vue d'ensemble sur l'avenir des renouvelables :c'est simple c'est clair c'est vite lu et là est l'exploit en quelques chiffres !

La CONCLUSION des deux auteurs page 225 /256 est encore plus limpide...et surprenante !

Elle permettra, à beaucoup, de découvrir que les énergies de source biomasse et, de loin, celle tirée du BOIS (revenir au paragraphe N°3 pages 34 à 53) est l'une des plus économique des énergie renouvelables mais surtout la plus disponible d'entre elles sur notre territoire Français.

Déjà très présente il serait possible de doubler le tonnage collecté. Je rêve qu'elle soit mieux respectée...et mieux partagée!

Cette énergie s'industrialise et se distribue de plus en plus sous la coupe d'industriels distributeurs dirigés par l’âpreté au gain financier et l'amortissement rapide de leurs lourds investissements alors que, depuis la nuit des temps, elle était réservée aux sans noms, via des circuits locaux peu couteux et plein de bon sens.

L'exploitation des bois  leur offrait un travail valorisant tout en réduisant le cumul de marges en grande partie maintenant absorbées par ce que l'on nomme les intermédiaires...

Son coût kW/heure 'industriel' ou coût final n'a ainsi plus guère de correspondance avec le prix des bois sur pied vendu aux cours mondiaux ...exploité par les entrepreneurs de travaux forestiers (ETF) et facturé aux consommateurs.

Le combustibles BOIS bûche et plaquettes échappe pour parties à cette triste évolution soit disant moderne ou celui ayant le plus travaillé et le plus investi n'en conserve que la portion congrue !

Depuis l'avènement industriel la matière première est de moins en moins le coût principal du combustible bois. Cela me choque.

Bien qu'en accord avec l'essentiel de la présentation ce paragraphe m'interpelle aussi sur quelques  points que je défends depuis 2005 date ou mon fils a souhaité commercialiser des chaudières à plaquettes Autrichienne de 25 à 250 kW conçues pour être alimentées à une humidité produit inférieur à 30% sur sec.

Consommer du bois humide est pour moi synonyme de gaspiller nos ressources forestières au risque de s'approcher dangereusement du seuil de déforestation dans certaines régions.
Dans cet esprit le consommer à moins de 20% d'humidité n'est-elle pas la meilleure solution économique tout en repoussant cette échéance et augmenter le nombre de bénéficiaires ?

Disposer d'un volume de stockage de combustible adéquat n'impose-t-il pas de définir avant tout 'le seuil raisonnable acceptable'?

Le cas des granulés secs à 8%, produit industriel je le rappelle 100% bois, face aux plaquettes (bois brut déchiqueté) ne nécessite qu'une déchiqueteuse pour être transformé et non une usine.

Séchées artificiellement à 18/20%  sinon à l'air à 25/30% maxi en 4 mois, l'option chaudière à plaquettes est souvent délaissée pour cause 'd'encombrement excessif du combustible ' alors que de multiples raisons économiques plaident en sa faveur !

Mêmes contraintes de livraison mais parfois plus de deux fois plus fréquentes au cours d'une saison ? Et alors ? Les mégas chaufferies bois sont bien souvent livrées tous les 8 jours ! Ca n'est qu'une question d'organisation et d'accès au silo par un véhicule adapté .

Entrer les données réelles de logistique, donc économiques, d'approvisionnement réciproques entre granulés et plaquettes devrait faire plus réfléchir certains investisseurs souvent  plus convaincu par la qualité d'une campagne médiatico industrielle (granulé) que par celle du bon sens économique via une solution basique livrée par des 'besogneux' locaux.

Inconvénients : Ils ne savent pas valoriser leur produit 'plaquettes déchiquetées'... et ne voient pas l'intérêt d'utiliser des 'intermédiaires'...?  

Une véritable étude comparative serait à réaliser pour la filière plaquettes' en faisant surtout clairement apparaître l'impact humidité à 20% par rapport à 30 voir 50% des chaufferies dites industrielles.

L'idée fait son chemin dans la filière bûches puisqu'un industriel a commencé en 2012 et 2013 d'équiper deux sites de 150 000 et
90 000 stères SEC SECHOIRS et projette plusieurs autres sites similaires dont le prochain programmé pour 200 000 stères fin 2016.

Pourquoi continuer de brouiller les esprits en conservant les données approximatives du stère et du map alors que la tonne sèche est plus fiable quelque soit l'essence de bois ...avec un avantage pour les résineux grâce à la présence de résine et toujours sans encrassement, sous réserve de bois sain garanti par le séchage artificiel et non par un séchage à l'air de plus longue durée et des conditions de stockage souvent  inadaptées ?

L'ADEME a eu raison de booster le développement de l'industrie du granulé et celle de mégas centrales biomasse ... dont les plaquettes assurent le plus gros volume de combustible produit en flux tendu, sans rupture de logistique ce qui explique aussi le taux élevé d'humidité que je dénonce sans écho .

Cette décision a permis de structurer une filière BOIS ENERGIE moderne qui en avait vraiment besoin. Le seuil du bon sens à ce sujet est désormais franchi.

Il faut revenir à l'origine de la vocation de cette énergie en imposant le séchage artificiel aux bûches comme aux plaquettes  et en en faisant bénéficier le maximum de foyer , qui saura par nature gérer sa chaudière et ses approvisionnements mieux que quiconque en économisant ainsi la ressource tout en étant 100% satisfaits des trois combustibles bois connus.

Étudier la validité du développement exponentiel de mégas chaufferies distribuant le chauffage via des mégas réseaux, face à la fréquente  possibilité de pouvoir éclater la puissance installée sur plusieurs mini réseaux positionnés au plus près de chaque site principal à chauffer.

Utiliser des chaufferies préfabriquées ou en dur suivant les sites concernés (voir modules prêts à poser de type BOISCOMPACT GF SERVICES) est un axe de recherche qui devrait être systématiquement recommandé sinon imposé aux bureaux d'études.

Produire de l'électricité avec des centrales de cogénération et consommer d'énormes tonnages de bois est-il plus 'rentable' que de choisir de chauffer tout autant, sinon plus, de logements ou petits administratifs en mixant les chaudières bois individuelles avec le concept de mini    centrales 'raisonnables'?

Présentation et/ou chiffrage contesté :

Haut de page 39 
- Moitié des rémanents et 'rémanents sur sol' recouvre en principe les mêmes sous produits ...qui doivent rester et se décomposer sur sites dans l'intérêt des sols forestiers
– Houppiers (ramifications sur fûts) = Ils sont généralement comptabilisés dans le bois bûches comme ventes 'non identifiées' car à coût d'exploitation trop élevé sinon par des consommateurs eux mêmes non identifiés privilégiant un sport gratuit bon pour la santé . Compter entre 3 et 5 stères par tête de feuillus durs...(expérience perso sur 132 arbres)

Page 40
Le miscanthus semble être un mirage écologique. Les vrais professionnels – pour l'instant- le déconseille vivement après des essais décevants à tous niveaux.

Page 41
L'augmentation importante des rendements obtenus dans tous les appareils de chauffage au bois devrait faire augmenter le nombre de foyers consommateurs sans augmentation notable du tonnage global consommé auparavant avec des appareils de chauffage au bois obsolètes suivant un ratio qui pourrait se situer entre 1 à 2 .

Page 41/42

'Surtout une extension des chaufferies collectives... permettant de meilleurs rendements etc...'

Ma réponse :

Cela est vrai par rapport aux appareils anciens mais totalement faux par rapport aux appareils modernes que ce soit pour bûches ou plaquettes.

L'arrivée des granulés a impulsé ce progrès considérable. Les chaudières plaquettes sont toutes aussi perfectionnées. Certaines chaudières à bûches sont parfois équipées elles aussi de sonde lambda régulant parfaitement la combustion.

Les poêles modernes ne savent pas consommer un combustible bois humide ... Il reste à en diffuser les informations intelligemment et ceci est plus difficile qu'on ne le croit … Les habitudes acquises depuis la nuit des temps ont laissées de mauvaises traces dans les esprits !

La condition sine qua non est que les bûches et plaquettes soient elles aussi consommés au plus vite, comme les granulés : SECS!(maxi 20%) afin d'économiser nos ressources forestières pour un coût consommation quasi similaire ...confort et sécurité en prime.

Haut de page 43
Confirme qu'une forêt non exploitée émet du méthane suite à décomposition du bois. Les forêts Amazonienne et autres seraient donc dans ce cas au contraire de ce qui est affirmé par tous les médias et filières écologistes mondiale !? Quelle est la part de vérité ? Voir à ce sujet
La production de méthane par les termites / Insectes n ... - Inra www7.inra.fr/opie-insectes/pdf/i99rouland.pdf


Bas de page 44 et 45
'Année 70 le prix du bois a augmenté d'un facteur 4 en euros courants ? !...entraînant des glissements de terrains (?) de quoi affoler les Français qui n'ont pas vécus ce genre de conséquences désastreuses...

Je doute de la véracité de cette information laissant de plus penser que le BOIS souffre de mouvements erratiques de ses cours...

Cette matière première souffre surtout de cours mondiaux sur pieds trop bas, à la limite de l'intérêt que peuvent lui porter des propriétaires en charge d'un management très prenant mais passionnant pas toujours accepté pour de multiples raisons.
Sinon OK pour la conclusion du paragraphe en cause.

Bas de page 45
Pourquoi avoir pris une chaudière à granulés comme exemple alors que le combustible plaquettes offre une calorie deux fois moins chère ...tout en offrant la possibilité de consommer des granulés ou autres biomasse en cas de besoin, l'inverse n'étant pas possible.

Les médias ont réussi le tour de force de marginaliser l'image et  l'intérêt économique des plaquettes pour une utilisation souvent techniquement comparable au choix des granulés.

Page 46
Il aurait été intéressant de signaler qu'une hausse uniforme sur les principaux combustibles, bois y compris, n'a pas la même valeur sonnante et trébuchante si on l'applique à 100 € au lieu de  33 € (Cas des prix du fuel et des plaquettes en 2013)! Je suis toujours étonné que les consommateurs ne fasse pas ce constat !

Page 47
La taxe carbone est le sujet de différents réseaux de lobbying ...La difficulté est de savoir à qui elle bénéficiera si cette usine à gaz est un jour appliquée ?!
On peut craindre que ce seront d'autres canaux bien connus et d'actualité : Augmentation de TVA / subventions déguisées et réduites annulant des subventions en place/ Budget de 'relance d'une filière bois ouvré Française en perdition et j'en passe !

Page 49
Réseau de chauffage bois de 40 km ?! Quel est son coût ne serait-ce qu'en termes d'atteintes diverses à l'existant (Rues/ trottoirs / réseaux divers existants à refaire ...), aux pertes de charges calorifiques, aux marges de gestion ajustées sur une baisse commerciale fictive par rapport aux énergies concurrentes !

Exemple : base de prix 99 € contre 106 ...au lieu de 76 (simple exemple de ce que pourrait être le coût réel d'une installation individuelle au bois plaquettes)!

Ce point n'a jamais été débattu ...Les 'artisans chauffage  bois' n'ont ni le temps ni les moyens ou ne les prennent malheureusement pas.

Ils se bornent à en faire une démonstration pour l'instant empirique s'ils en ont le goût...ou le temps !

Vu les compétences des deux auteurs un deuxième tome serait le bienvenu s'il était consacré au(x) chauffage(s) bois.

Page 51
Peut être la page la plus importante en imprécision comparative
Équipées d'une sonde lambda les chaudières modernes à bûches mais surtout à plaquettes et granulés , de puissance individuelle comme pour 'petits collectifs' (Pour l'instant limitée à 250 Kw) mais sachant grouper plusieurs chaudières pour atteindre jusqu'à 1,5 MW , optimisent mieux la combustion et à moindre coût les gaz de fumées que les grosses chaudières collectives d'autant plus qu'elles sont conçues pour consommer des bois secs !

Sans détourner les lois...et sans traitement coûteux des fumées sauf cas très particulier (par principe de précaution : cas de  villes reconnues déjà ponctuellement très polluées). L'économie de filtre est un poste important.

Page 52
Pour limiter les coûts de transports rien de mieux que d'abandonner les mégas chaufferies au bénéfice de petites chaufferies individuelles ou de types 'petits collectifs' avant tout bien isolés' !

La ressource Française convient particulièrement bien à cette idée sous différents plans (emplois locaux liés à la proximité des ressources , gestion déconcentrée des chaufferies et des forêts car elles ne sont pas toujours en capacité de fournir tel ou tel tonnage en instant T))

Page 52 en bas de page
Erreur classique qui frappe le lecteur lambda mais qui ne résiste guère à la réalité suivante :

La plus grande surface forestière et celle qui est la plus productive est de très loin supérieure aux données groupées des propriétaires de moins de 4 ha ne représentant qu'entre 12 et 13 % des surfaces! (Voir site AGRESTE) .

La tendance de ce chiffre devrait malgré tout aller à la baisse suite à de récentes et bonnes mesures gouvernementales incitant aux regroupements des petits propriétaires...mesure qui sera (très) longue à porter ses fruits !

Ce fut le même faux débat avec les scieries Françaises ! Les scieries artisanales + ou -10 fois plus nombreuses ne produisaient que 4% du volume total face aux scieries les plus puissantes et productives!

Il me serait agréable d'avoir l'avis de scientifiques et économistes confirmés sur les points évoqués ci dessus.

Je suis d'accord avec le paragraphe 3.1.10 en espérant, sans trop y croire , que la ressource en BOIS ENERGIE sera mieux gérée à l'avenir qu'elle ne l'est pour l'instant.

Principalement en terme de séchage artificiel, source de gains important de rendement couvrant largement le surinvestissement induit et, surtout, fiabilisant la qualité du combustible, avantage largement démontré par le GRANULE qui est le seul des trois combustibles BOIS à profiter de cette indéniable qualité ...pourtant facile à copier sans tomber dans des process industriels!

Voir sites Internet suivant : lindner-sommerauer.fr (Chaudières bois) et www.gfservices.fr (équipements d'exploitation et de productions de bois énergie)  

GRINDESEL le 06 11 2015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gfservices.fr
 
C.ACKET et J.VAILLANT...Etude sur les ENR en France
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Etude personnalisée de Bouygues
» Autoriser les réponses aux sondages "en étude"
» Forum officiel de Marius Colucci !!
» Lire en 5AP
» Etude chambre à coucher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOG GRINDESEL :: NEWS :: NEWS-
Sauter vers: