BLOG GRINDESEL

Merci pour vos contributions et visites

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'arbre ENERGIE: GRANULES de sciure ou PLAQUETTES brutes ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GRINDESEL
Admin
avatar

Nombre de messages : 711
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: L'arbre ENERGIE: GRANULES de sciure ou PLAQUETTES brutes ?   Ven 30 Mai - 10:40

RESUME DU DOSSIER

L'ensemble d'un arbre FEUILLUS, de la tête au pieds en le traitant jusqu'au bout des branches ne génère, une fois sciée, que 1 à 4 % de SCIURE contre au moins 50% de son poids en BOIS ENERGIE.

Dans les résineux la part de sciure est souvent un peu plus importante. Celle transformée en plaquettes atteint 35/40%.

Le patrimoine forestier Français est au 2/3 constitué de feuillus divers.

La sciure de résineux comme de feuillus est donc un sous produit RELATIVEMENT MARGINAL résultant des opérations de sciage de la partie de bois dite noble.

Les plaquettes permettent de récupérer tout ce qui n'est ni sciages (entre 65 et 40% du volume grume suivant essence) ni sciures (entre disons 1 et 4% suivant les sciages et essences feuillus ou résineux) .  

Moralité :35 à 60 % d'un volume colossal de billons et branchages peut être déchiqueté un jour en plaquettes lors d'une intervention simple ...

A part les sciures le tonnage supplémentaire utilisé pour produire des granulés le sera - et l'est déjà - à partir de billons qui sont transformés en plaquettes puis en sciure  suivant un process industriel !

PS : Les volumes de bois dits de récupération provenant de la partie des 35 à 60 % des arbres transformés en sciages dans les siècles précédents (meubles / charpentes/ piquets/barrières etc...) sont eux aussi appelés à devenir un jour BOIS ENERGIE sous forme de plaquettes ou de sciures !

DEBAT COMPLET

Les chaudières LINDNER SOMMERAUER , conçues pour pouvoir consommer indifféremment des granulés mais aussi des plaquettes/ copeaux de rabotage usinage / sciures ou sarments de vignes déchiquetés, offrent le même confort que les chaudières consommant exclusivement des GRANULES ou  autres systèmes modernes de chauffage : gaz, fioul ou électricité.

Dans tous les cas le chauffage au(x) BOIS est plus sûr, plus écologique et très économique.

LE COMBUSTIBLE BOIS PLAQUETTES EST LE MOINS CHER DE TOUS LES COMBUSTIBLE BOIS

Toutes les études démontrent un coût à la calorie plus faible pour les plaquettes que celui obtenu en ne consommant que des GRANULES de bois, produit industriel mais que nous conseillons parfois, dans des conditions particulières et sous réserves largement débattues à tous les niveaux par GF SERVICES, depuis la création de ce forum en 1994.

Que ce soit clair : GRINDESEL n'est pas un opposant au combustible GRANULES.

Il tient simplement à informer les consommateurs des particularités de ce marché qui rencontrera, à son humble avis,  de plus en plus de difficultés à atteindre les prévisionnels de tonnage prolongeant des courbes toujours impressionnantes quant un nouveau produit de qualité se présente et bénéficie d'un lancement réussi.

Le choix des PLAQUETTES de bois n'est donc pas, loin s'en faut, un choix dénué de bon sens pour les chaudières de puissances supérieures à 30 kW !

L’Allemagne, la Suisse l'Autriche ont installé un nombre très important de chaudières individuelles aux PLAQUETTES de bois.

Mais c’est en Haute-Autriche, petit land de 1,4 million d’habitants et terre natale de ce système de chauffage, que la pénétration a été la plus forte dès les années 1980/90. Les principaux constructeurs de chaudières mondiaux y sont d’ailleurs implantés.

 En France, ce mode de chauffage ne s’est réellement développé que depuis les années 2002, en premier dans de très grosses chaufferies.

Pour les plus petites chaufferies utilisées chez de 'riches particuliers' le parc des puissances entre 30 et 150 kW dépasse désormais plusieurs dizaines de milliers de chaudières.

 Toutes les régions de France connaissent maintenant cette technologie super économique pour les maisons particulières.

Elle  correspond parfaitement au patrimoine forestier Français et à de très nombreux consommateurs habitués depuis des siècles ‘à faire eux mêmes sinon 'faire faire' leur bois’ !

LE POINT CAPITAL

Faire soit même son bois énergie n'est plus guère d'actualité. Par contre bûches et plaquettes se vendent bien et sont livrables dans toute la France par un réseau d'entreprises de qualité qui s'est mis en place et se structure très rapidement pour répondre convenablement à une demande de qualité pour un prix à la calorie extrêmement compétitif.

Un propriétaire de bois dans lequel il trouvera inévitablement un certain volume en qualité BOIS ENERGIE a désormais intérêt à revendre ses produits BRUTES sur pied et à se faire livrer le combustible BUCHE ou PLAQUETTES prêt à l'emploi, de QUALITE, donc garanti SEC par un PROFESSIONNEL bien équipé.

Il sera ainsi totalement satisfait de sa chaudière bûches ou plaquettes sans être esclave du concept ...  

Quelles interventions et manutentions requiert une chaudière à plaquettes de bois LINDNER SOMMERAUER ?

EN SE FAISANT LIVRER LE COMBUSTIBLE BOIS ...NI PLUS NI MOINS QUE POUR UNE CHAUDIERE A FUEL !

Au quotidien, se chauffer aux PLAQUETTES de bois n’est pas plus contraignant qu’avec n’importe qu’elle autre énergie. On peut régler sa température de confort depuis son salon et même disposer d'un contrôle à distance.

Les périodes de préparation de l’eau chaude sanitaire ou de chauffage en mode réduit (nuit, absence) sont facilement programmables.


 Les PLAQUETTES de bois sèches à 15/20% produisent moins de 1 % de leur poids en cendres. Une consommation classique de 5 tonnes de plaquettes (équivalent de 15 à 18 map : m3 apparent plaquettes) ne générera ainsi que 50 kilos de cendres. Le cendrier n’est à vider que toutes les 4 à 6 semaines. Une option 'maxi cendrier extérieur' est possible pour une ou deux vidange(s) par saison de chauffe.

 Il suffit de programmer une livraison bi-annuelle et un entretien annuel de la chaudière .

La livraison des plaquettes peut s’opérer comme le fioul par le biais d’un camion souffleur, sinon par bennage direct dans votre silo voir d'autres techniques à étudier sur site.


L’entretien annuel consiste principalement en un dépoussiérage en profondeur du corps de chauffe et de la cheminée.

Comment s’assurer qu’une chaudière à PLAQUETTES de bois est de qualité ?

 Avant toute commande, il convient de s’assurer de l’ancienneté d’un constructeur dans la fabrication de ce type de chaudières automatiques.

Depuis quand l’entreprise met-elle sur le marché des chaudières à PLAQUETTES de bois ? Quelle est la réputation de son distributeur ? Combien de chaudières a-t-il installées ?

A-t-il une réelle capacité de conseils en implantation du silos à plaquettes , point pratique des plus importants et sur lequel il est possible de réaliser de fortes économies  ?

 La technologie des chaudières à PLAQUETTES est une technologie de pointe mais simple à utiliser et de construction beaucoup plus lourde que celle des chaudières à granulés ce qui explique le supplément d'investissement (environ 20/25 %) ...pour obtenir une réduction du coût consommation!

 La durée de vie des chaudières à PLAQUETTES est très importante à connaître.

Elle dépasse actuellement plus de 20 ans sans problèmes particuliers

Les coûts d'installations et de réseau sont identiques, chaudière plaquettes ou granulés .

Leurs foyers respectifs sont garanti exempt de ‘coup de feu’, problème fréquent des chaudières à bûches, la combustion dans ce type de chaudière étant totalement contrôlée et régulée en automatique.

LINDNER SOMMERAUER est l’un des spécialistes MONDIAL de la chaudière dite à PLAQUETTE de bois, Il offre les standards de la technologie haut de gamme et une innovation constante.

Une chaudière LINDNER SOMMERAUER n’est pas plus difficile à installer que toute autre type de chaudière.

LES DIMENSSIONS D'UN SILO A PLAQUETTES

De quelle place doit-on disposer pour installer une chaudière à PLAQUETTES ?

L’espace nécessaire pour le stockage des PLAQUETTES de bois est très souvent surestimé. Ce point est souvent présenté, à tord, comme 'l'inconvénient majeur'. Dans la très grande majorité des installations, la réserve - ou SILO -n’occupe pas plus de 10 m² au sol soit plus ou moins 5 tonnes de plaquettes sèches.

Plusieurs possibilités s’offrent à vous dans le cas d’une maison individuelle, une ferme, un bâtiment administratif ou autres.

L’implantation de la réserve de PLAQUETTES peut parfois entraîner certains travaux d’aménagement. Ils valoriseront votre bien. Dans les 2/3 des installations aucun aménagement lourd n’est à prévoir.

 La réserve comme la chaudière n’est pas forcément à côté du site à chauffer. Une tranchée et une tuyauterie fortement isolée (perte de seulement 1° pour 100 m de canalisation enterrée) permet de positionner l’unité de chaufferie à l’emplacement le plus approprié pour la livraison des plaquettes pour le confort et la sécurité incendie du site ... comme peut l'être toute installation de chauffage.


Pour remplacer son ancienne chaudière, doit-on modifier son installation ?

Une chaudière à PLAQUETTES de bois ne nécessite aucune modification du réseau de distribution existant, radiateurs ou plancher chauffant. Il est souvent possible de réutiliser le local chaufferie existant.

Les chaudières LINDNER SOMMERAUER sont entièrement automatiques ; elles s’allument et s’éteignent selon le besoin de chauffage. Ainsi il n’est pas nécessaire , sauf cas particulier, de stocker l’énergie dans un ballon tampon.

Une chaudière à PLAQUETTES de bois utilisera, la plupart du temps, le même conduit de cheminée que l’ancienne chaudière.

Les PLAQUETTES prennent-elles beaucoup de place ?

Leur taux d’humidité étant livrable à la demande avec un maxi de 30% sur sec , confère aux PLAQUETTES une grande souplesse d'utilisation par rapport aux granulés exigeant 8/10% maxi avec l’avantage d’être une forme de bois dont le stockage n’est guère plus contraignant que les granulés forme la plus densifiée des combustibles bois mais craignant fortement l'humidité au point de pouvoir se déliter et devenir impropre à la consommation (cas assez rare ... mais possible).

L’équivalent énergétique de 3 m3 de PLAQUETTES correspond, en gros, à 2 m3 de bois bûche et 1 m3 de bois granulés.

LE VOLUME DU SILO N'EST PAS ETRE UN OBSTACLE SAUF EXCEPTION ...

Ce différentiel de volume est relatif si on le ramène au carré de la surface !

Exemple : A hauteur de stockage égale la surface au sol de 3 contre 1 ne sera, pour un silo plaquettes, que de 1 contre 1,66 m2 par rapport aux granulés pour obtenir un pouvoir calorifique stocké équivalent.

 1 m3 de PLAQUETTES sec  à 20% et en bois exempt de défauts à un pouvoir énergétique équivalent à 90/100 litres de fioul.

Qui est compétent pour installer ce type de matériel ?

 L’installation d’une chaudière à PLAQUETTES de bois fait appel à des compétences bien maîtrisées par tout plombier chauffagiste disposant du label QUALIBOIS.

GF SERVICES forme systématiquement ses PARTENAIRES CHAUFFAGISTES dans toute la France lors des installations et mises en services des chaudières à PLAQUETTES de bois LINDNER SOMMERAUER.

Ils sont à même de vous conseiller le type de chaudière approprié à vos possibilités d'implantation.

  Que ce soit pour la recommandation d’un fournisseur du combustible PLAQUETTES bois ou de son partenaire CHAUFFAGISTE, GF SERVICES garanti un service complet de proximité livraison inclus avec son propre camion grue en cas de besoin.

EN CHIFFRE :
1 map = 1 m3 ‘apparent plaquettes’
1 tonne de plaquettes = environ 400 litres de fuel
1 map SEC à 20% = entre 200 et 250 kg de bois suivant son essence (..de bois)

SILO :
5 m2 au sol x 2,5 m = 12,5 map et environ 2,25 m au carré au sol
10 m2 au sol x 2,5 m = 25 map et environ 3,20 m au carré au sol

La PLAQUETTE de bois est le combustible le plus économique du marché à l’achat calorie.

La disponibilité de la ressource en plaquettes n'est pas tributaire d’une usine ni de l’importation ou production de sciure.

La stabilité des prix des plaquettes sera toujours plus stable grâce à des fournisseurs véritablement proches des consommateurs (moins de 50 km) et d'une ressource…même faible et diversifiée!

Les PLAQUETTES de bois sont produites avec des bois secondaires (qualités bûches/ papier ou panneaux). Elles sont simplement déchiquetées par une machine de type travaux publiques dont le coût de prestation de services se situe entre 6 et 8 € le m3 apparent plaquettes suivant niveau d'équipement à fin 2014.

Y aura t-il suffisamment de bois en France pour fabriquer des PLAQUETTES?

 La France est durablement dans une situation de surabondance. La ressource globale actuelle n’est exploitée qu’à hauteur de 60% et ce chiffre continue de croître chaque année par le simple fait de l’absence d’une exploitation équilibrée, d’une meilleure gestion de la ressource et d'une régénération forestière naturelle extrêmement importante .

 Une chaudière à PLAQUETTES consomme deux fois à trois fois moins de bois qu’un foyer ouvert. Point capital : sans polluer l’atmosphère ! et pour un confort parfait.

Les limites de production de granulés Français à base de sciure 'gratuites ou à faible coût' ?

Cet argument des années 1980 n'existe plus depuis les années 2010 ! Les scieries n'ont plus de sciures disponibles. Elles vendent désormais leurs production au prix de 30 à 40 € la tonne départ...

Nos prévisions tournaient autour de 350/400 000 tonnes/ an d'équivalent sciures/ granulés produits en France et disponibles en 2005. Ce sont des billons de bois brut qui compensent désormais le manque de sciures...

 Pour les disponibilités en PLAQUETTES ont peut facilement tabler sur 100 à 200 fois plus.

 GRINDESEL pense que le fait d'avoir annoncé qu'il suffisait de récupérer les 'déchets sciures' pour produire des granulés provient d’une confusion faite par des gens méconnaissant totalement la filière première transformation des bois ou ayant pariés sur la nouveauté du produit et l'obsolescence supposée des bûches et des plaquettes...Il n'en est rien. Bûches et plaquettes développent aussi leurs marchés.

La plupart mélangent encore tonnage de sciures et tonnage de granulés alors que le ratio est de 2 TONNES de sciures VERTES pour produire 1 TONNE de GRANULES SEC !

 L’énergie grise dépensée pour produire une calorie PLAQUETTE est environ une fois et demi inférieure à celle nécessaire pour produire la même calorie GRANULE.

Le sciage des bois nobles engendre par ailleurs d’autres sous produits que la sciure . Ils ne sont pas toujours écorcés. Ils sont aisément transformables en PLAQUETTES et pas toujours en sciures.

 Ajouté à l’énorme tonnage des bois bruts dits ‘de chauffage et de récupération’ le total utilisable sous sa forme la plus basique : les PLAQUETTES, fait que les ratios respectifs disponibles en plaquettes et en granulés sont sans commune mesure sauf à effectuer des opérations particulières au détriment du coût des granulés.

 De toute façon, même dans cette hypothèse, le granulé devrait rester compétitif face aux combustibles fossiles.

Le prix de la calorie PLAQUETTES restera-t-il plus stable que celui des granulés  ?

 Le bois est une ressource renouvelable et locale. Les facteurs de flambée du prix des énergies fossiles sont la perspective de leur disparition et le contrôle des ressources résiduelles par un nombre limité de pays.

Le bois combustible transformé en BUCHES ou PLAQUETTES n’est par nature sensible à aucun de ces deux facteurs. Produites et utilisées localement, les coûts de transport des plaquettes sont limités, déconnectés du pétrole et des granulés dont la densité autorise son importation.

 A terme, provenant de différents pays pour répondre à une certaine forme de pénurie, le prix des granulés  subira et subit déjà  des surcoûts de transport et autres frais .

En France, le coût calorie granulé fluctue entre 1 et 1,5 fois moins cher que le fioul et celui des PLAQUETTES de 2 à 6 /7 fois moins suivant si l’on détient et exploite la ressource ou pas. Cette facilité n’est pas possible pour le granulé.

Hormis des hausses passagères liées à la structuration de la filière, le prix des PLAQUETTES restera particulièrement stable.

Amortissement de la chaudière ?

 Le surcoût moyen pièces et main d’œuvre d’une installation à PLAQUETTES de puissance classique (chaudière déduction faite des aides actuelles) offre aujourd’hui un retour sur investissement entre 4 et 7 ans comparé au fioul et à prestations identiques sur le réseau de chauffage.

EN CHIFFRES :

- 10 millions de maisons individuelles annoncées pouvant être chauffées au bois en France dont - parait-il - 100 000 CHAUDIERES aux granulés et 500 000 aux plaquettes. On peut se demander sur quels critères objectifs et techniques les chercheurs qui ont annoncés ces données ont bien pu se baser !

- Pour l’instant, en 2014, entre 6 et 7 millions de foyers consomment plus ou moins du bois pour se chauffer : en majorité des bûches .

- Le nombre de chaudières à GRANULES ou à PLAQUETTES équipant les foyers Français est actuellement …inconnu !

- Il est toutefois suffisant, à nos yeux, pour nous inspirer confiance en l’avenir !

- 4 à 7 voir 10 ans (Mai 2015)= durée d’amortissement d’une chaudière à PLAQUETTES LINDNER SOMMERAUER (sur la base d’une chaudière fioul consommant
3 000 l/an)

- Ce sera en gros identique pour une chaudière uniquement à GRANULES … mais avec un coût de fonctionnement résiduel plus élevé et beaucoup plus d’incertitudes d’approvisionnement dans le temps.

GRINDESEL le 29 05 2014 Dossier suivi le 36 01 2015


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gfservices.fr
 
L'arbre ENERGIE: GRANULES de sciure ou PLAQUETTES brutes ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Résolu] une anime sous forme d'un arbre de recherche
» Arbre de navigation
» Un script pour une feuille d'arbre qui tombe ?
» Super Fractale : L'arbre de Pythagore
» Noob dans un arbre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOG GRINDESEL :: NEWS :: NEWS-
Sauter vers: