BLOG GRINDESEL

Merci pour vos contributions et visites

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 VENDRE DES BOIS ? ATTENTION A CERTAINES FORMES D'ARNAQUE !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GRINDESEL
Admin
avatar

Nombre de messages : 711
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: VENDRE DES BOIS ? ATTENTION A CERTAINES FORMES D'ARNAQUE !   Mar 25 Juin - 20:37

QUESTIONS POUR UNE VENTE DE BOIS EQUITABLE
 
La mise en avant d’usages professionnels avancés par la profession d’acheteur de bois en grumes ou billons pour faire baisser les prix de manière directe ou indirecte deviennent ils, au fil du temps, ‘force de loi ?
 
Ont-ils évolués avec les nouvelles technologies (abattage à l’abatteuse/ parc à grumes informatisés / production de granulés intégré aux scieries industrielles …) ?
 
A défaut d’un sérieux débat on peut sérieusement craindre un abus de position dominante de la part des acheteurs de bois !
 
Le propriétaire forestier, qu’il soit ‘averti’ ou non, dispose pourtant de documents très clairs en ce qui concerne, en particulier, le cubage des bois !  
 
Comment entretenir ou nouer des relations de confiance avec les autres membres de la filière bois ?
 
Ce débat est délicat. Je le sais par expériences pour les avoir vécues de longue date et de l’intérieur…
 
Sur quels points l’allégation ‘d’usage’ tend, à mon humble avis, à devenir moyens de pressions directes ou indirectes par l’acheteur face aux vendeurs, lors des opérations de ventes de bois sur pieds ou mis à disposition ‘bords de route’ ?
 
Ces ‘moyens’ sont ils complémentaires de ceux déjà ‘exploités depuis la nuit des temps’ ?
 
Assiste-t-on à des ajouts abusifs ou pas suite à l’évolution des méthodes d’exploitation ?
 
On peut, dans ce genre, malheureusement, faire confiance à l’imagination débordante de certains acheteurs et à des pratiques ou raisonnements de subordination induits, que l’on sent sous jacents chez certains sous traitants que j’ai cottoyé…
 
En l’absence totale de réactions au titre du message indiqué ci-dessous…. Dans l’espoir du retour à de meilleures pratiques lors de ma seconde vente en 2014, certaines ‘astuces’ sont explicitées dans le message suivant :
 
VENDRE DES BOIS ? ATTENTION A CERTAINES FORMES D'ARNAQUE !
 
Les propriétaires forestiers via leurs instances dirigeantes, doivent, à mon sens, exiger une réaction professionnelle positive aux excès que je dénonce.
 
Fils de scieur devenu propriétaire forestier par passion du bois, je n’admets pas ces dérives contraires à de saines relations.
 
GRINDESEL le 21 11 2013
 
 
 
 LES 3,5 MILLIONS DE PROPRIETAIRES FORESTIERS NE SONT PAS TOUS DES PROFESSIONNELS!

GRINDESEL A MONTE CE DOSSIER  A LEUR ATTENTION MAIS AUSSI A CELLE DES PROS ...ENCORE ABUSES PAR L'IMAGINATION DEBORDANTE DE CERTAINS ACHETEURS ....!

 
 
 VENDRE DES BOIS ? ATTENTION A L'ARNAQUE !
 
Commentaire d’un propriétaire suite récente expérience (*GRINDESEL)…

 
Voir aussi ‘VENDRE DES BOIS ? Un exemple édifiant!’

 
(pour cela merci de revenir au forum de GRINDESEL)

 
BASES ci-dessous empruntées à la BOURSE FONCIERE FORESTIERE du PUY-DE-DÔME

 

Le m3 réel étant en général "réel" pour les feuillus, et "sous écorce" pour les résineux (*méthode contestable).
Ce prix sous écorce permet de mieux comparer la valeur des différentes essences entre elles.
CONSEIL : Ecorces exclus suivant un barème informel et négociable.
Certains achètent cependant au réel "sur écorce" (le plus simple à mesurer ! :
le cube est plus élevé, le prix est moindre, mais la multiplication donne (*évidemment) le même résultat...
CONSEIL : Faire confiance à l'acheteur est risqué ...

A titre indicatif , les  taux d'écorce moyen sont: 8% pour le pin, 10% pour l'épicéa et le grandis, 12% pour le sapin et 13% pour le douglas.


 
Note de GRINDESEL à ce sujet : Après contrôle de mes propres bois le taux d’écorce moyen des Douglas comme des Sapins s’établissait à 9/10 % avant traitement à l’abatteuse.

 
Après au travail agressif de l’abatteuse, le taux d’écorce est toujours plus réduit. Cette réduction peut atteindre plus ou moins 50% suivant l’essence, la nature de l’écorce et son taux de sève.

 
Le mesurage des bois étant parfois réalisé une fois abattu ...à l'abatteuse donc avec une perte d'écorce 'variable'  : il s’agit d’une ‘anomalie’ très favorable à l’acheteur ! L’acheteur fit la sourde oreille sur ce point …ce que je n’ai guère apprécié. J'ai obtenu une réfaction de 50% du taux d'écorce après un débat difficile...

 
Bien que plus long à réaliser le cubage hors écorce des ‘gros bois’ nécessitant un écorçage soigneux et pas toujours facile (ni souhaité par l’acheteur) au minimum au point de mesure, donc au milieu de la longueur de l'arbre abattu, serait plus juste.

 
A l’avenir je demanderai de faire un test de contrôle sur quelques arbres pour déterminer un taux moyen d’écorce

 
Dernier point à ce sujet : D’après un ‘spécialiste’ il serait plus favorable de mesurer la circonférence d’un arbre plutôt que son diamètre...Exact !

 
Retour à la base ‘bourse foncière forestière du Puy de Dôme

 
Les comptes-rendus des deux ventes annuelles d'Agefor (*et ceux fournis par les journaux professionnels / Forêts de France – Le Bois International ) donnent un aperçu des prix sous écorce pratiqués en France sans s'émouvoir de la pratique citée plus haut ! S'en sont ils rendu compte ? Pas sur ...

 
(*A en croire les acheteurs ils sont toujours optimistes…)

 
Dans les tableaux ci-dessous vous aurez des exemples de prix sous écorce que l'on rencontre au niveau national sur les résineux mais dans ces tableaux on indique des fourchettes en fonction du diamètre (*Et qualités apparentes des arbres). Ces prix sont donnés à titre indicatif et varient en fonction de nombreux paramètres : marché local, importance et difficulté du chantier, bois élagué, etc... (* Et de votre capacité à négocier avec l’acheteur !).

 
CUBAGE  DES  BOIS... (Rappel utile)

 
Le stère est le volume d'une pile de bois avec des vides entre les billons. 1 stère = Plus ou moins 0,74 m3 réel (avec écorce!) pour des bois de longueur 1 mètre ... Si 2 m et du bois de chauffage = coefficient diviseur de 1,2 . S'il s'agit de bois destiné à fabriquer des palettes ce coefficient n'est pas utilisé. Subtilité professionnelle ... et prix d'achat adapté à ce cas particulier (billons de longueur 2,40 m)

 

 

 
DOUGLAS - PRIX  INDICATIFS  DE  VENTE 

 
BOIS  SUR  PIED  EN  EUROS  PAR  m3  REEL

 
 

 
 

 

 

 

Diamètre à 1m30

15 - 25 cm

25 - 35 cm

35 - 45 cm

45cm et +

euros par m3

16 à 44

31 à 63

 42 à 70

 50 à 78

 

 
EXPERIENCE PERSONNELLE DE VENTE DE BOIS REALISEE PAR GRINDESEL !
 
1/Vente au stère DOUGLAS qualité palettes - billons de 2,40 m
 
Vendus en confiance par GRINDESEL 3 € le stère sur pied (puis ensuite découpés en 2,50 m pour 2,40 m soit un bonus bois énergie inconnu il y a quelques années (La sur longueur a doublée!) et n'est pas prise en compte à ce jour) en diamètre moyen supérieur à 15 cm.
 
Vu la qualité des billons fournis je dirai que le prix proposé a été finalement deux fois minoré.(J’ai demandé de ne pas hésiter à déclasser des billons de qualités douteuses en bois énergie…)
 
Sachant que le coefficient stère/m3 de 0,74 peut atteindre 0,59 en scierie (le fameux ‘rendement matière obtenu suite après sciage’) la fourchette de  valeur au m3 peut varier entre 4,05 à 5,08 € sur pied.
  
Ce point n’est guère connu des propriétaires … Marge de débat = 25 %
 
Le cours annoncé par la bourse ci-dessus, sur pied, est de 16 à 44 € le m3 …A noter qu’il s’agit donc de brins toute longueurs.
 
Les frais d’abattage, billonnage, débardage et triage par qualités ont été convenus à 15 € le stère non écorcé (c’est l’usage pour le stère) rendu bord de route.
 
Avec les 3 € de vente obtenu sans négociation de ma part, sur pied, nous sommes à 18 € le stère sur dépot.
 
L’exploitation de ces bois s’est donc réalisée au prix de 24,32€ le m3 en appliquant un coefficient stère/m3 de 0,74 appliqué sur 18 €.
 
Comptez parait-il 1,5 € du km au stère pour le transport des billons à la scierie. C’est souvent, chez nous, dans les 50 km aller …à charge, pour le transporteur, de trouver un retour ou non !
 
Sachant que ces prestataires de services sont généralement rémunérés au stère mesurez l’importance, pour eux, d’un mesurage rigoureux d’un chargement …cubé par le destinataire
 
Sur ce point l’on pourrait écrire un roman ! Je vous invite à en lire les premières lignes dans mon message ‘VENDRE DES BOIS ? Un exemple édifiant!’
 
Nota : Le marché précisait ‘ à partir de 15 cm fin bout’. En dessous de ce diamètre ou pour cause de défauts divers il s’agit de ‘BOIS ENERGIE’ … ayant sensiblement la même valeur sur pied comme à la vente finale ce que ne savent pas tous les propriétaires!
 
J’avais donc signalé que je souhaitais conserver cette catégorie de bois ‘pour consommation personnelle’ après découpe en 2 et 5 m et diamètre 8 à 15 cm, billons tordus ou pieds difformes tous diamètres inclus. Abattage et débardage sur la base de 15 € le stère. J’insiste : La qualité du lot type palettes s’en trouvait ainsi améliorée…
 
2/ Hypothèse d’une vente des mêmes billons qualité palettes au m3  au lieu du stère
 
Avec un coefficient de 0,74 stère/m3 les billons palettes se vendraient comme en point N°1, toujours sur pied,  4,05 € du m3 pour 3 € du stère.
 
3/ Hypothèse d’une vente des mêmes billons qualité sciages 4 m (voir plus) au m3  au lieu du stère
 
Ce cas est très rare car cuber des billons de 18 à 25 cm fin bout serait fastidieux et pourtant ….
 
Je rappelle que le ratio stère/m3 de 0,74 proposé par la source retenue peut varier considérablement ! Dans des billons bien découpés (droits) et bien purgés (Billons de pieds très coniques exclus) il peut atteindre 0,58 soit 20 % de bonus possible pour le scieur ce qui n’est pas à négliger mais très professionnel à détecter ! Une marge de débat supplémentaire pour le propriétaire sinon une raison de plus pour déléguer sa vente à un professionnel…
 
Je trouve curieux que certains fûts ne soient pas plus souvent découpés et vendus en longueurs de 4 et 6 m voir plus quant on voit le prix largement supérieur que sont prêt à payer certaines scieries pour ce type de grumes prêtes à l’emploi … D’autant plus que ces fûts sont convenus droits et peu coniques et que le gain en manutention est évident.
 
Supposons que ce marché se développe sur la catégorie 18*/25 de diamètre sur la base des prix du tableau ci-dessus soit entre 16 et 44 € le m3 …sur pied : nous sommes loin des 3 € du stère et 4,05 € du m3 cités plus haut pour les billons de 2,40 m qualité palettes !
 
Nota : Il était convenu ce qui suit : ‘Billons de 4 m diamètre 18* cm fin bout droit : (rachat au prix de) 15 €/m3’ .
 
Les autres classes de diamètres n’étaient pas stipulées… Quand on fait confiance on le fait jusqu’au bout ! 
  
A savoir : Cours des diamètres 15/25 cm entre 16 et 41 € alors que les 25/35 cm sont à 31/63 €.
 
Après déduction des fameux et discutables 13% pour écorce (coefficient 0,87), le m3 en qualité palettes transformé en m3  de billons qualité sciages ressort à 13,05 € le m3 : L’acheteur déduira-t-il le coefficient écorce ? A suivre !
 
Cela vaut le coût de réfléchir et de demander au pilote de l’abatteuse, à son patron et au ‘client’ de prendre le temps de la réflexion en sélectionnant préalablement les bois debout, voir à terre ce que l’on ne prend plus le temps de faire depuis longtemps! Pour cela il faut être en forme sinon je pense qu’il est payant de déléguer cette opération à une personne compétente
 
Dans certaines scieries c’est désormais ‘le cube scierie’ qui fait foi, purgé de défauts (*?!) relevé (sauf panne) par un cubeur électronique intégré à un parc à grumes (le tout pas toujours certifié que je sache par les poids et mesures avec réception d’un relevé sans espoir de débat ni contrôle !!!
 
Un vrai diktat de l’acheteur et la porte ouverte à tous les abus!
 
Avec la réduction drastique du nombre de scierie et leur gigantisme croissant les propriétaires auraient besoin de se serrer les coudes et de se syndiquer sérieusement pour défendre leurs revenus forestiers ! 
 
Après abattage, billonnage et débardage à toujours 15 € du stère soit 20,27€ le m3 (cœfficient diviseur de 0,74)+ 13,05 € d’achat (théorique) le m3 hors écorces(cœfficient 0,87) prêt à l’emploi et bord de route l’exploitation de ces bois s’est donc réalisée au prix de 33,32 €
 
39 % de la vente départ dépôt reçu pour des bois de 30/32 ans ! C’est plus encourageant mais le volume retiré en portant plus d’attention dans la coupe me parait trop faible !
 
(Base BOURSE FONCIERE FORESTIERE du PUY-DE-DÔME)
 
13,05 € soit une plus value de 9 € pour un prix annoncé de 16 à 63 € sur pied suivant qualité et diamètre fin bout à débattre trop âprement à mon goût ! La part de négociation est large …
 
4/ Vendus suivant décision (ou offre) de l’acheteur, au prix de la classe unique inférieure (une autre astuce d’achat) à 15 € le m3 sur pied de billons ou grumes moyennes de DOUGLAS , en quantité moins importante que la catégorie palettes mais pas plus droits, tout aussi purgés de tous défauts, qualité ‘sciages petites charpentes’ dans la catégorie de diamètre au dessus soit 25-35 cm fin bout ramené à 18 cm par l’acheteur lequel doit , je suppose, se fier à son client potentiel ...et à son intérêt personnel.
 
Précisions : 65 billons de sciage longueur 4 m ont été sélectionnés en catégories N° 3 et 4. Diamètre moyen 31 cm  …pour (rappel) 18 cm fin bout demandé au lieu de 25.
 
Seulement 6 étaient de diamètre 18/25 cm . 7 ou 8 dépassaient les 35 cm fin bout et auraient du passer dans la catégorie des 35/45 cm à 42/70 € …Le solde (51) en catégorie 25/35 cm.
 
Environ 16 m3 sur, en gros, 170 m3 abattus en qualité palettes et sciages!
 
Même décompte qu’en poste N°3 mais pour un cours entre 31 à 63 € le m3 … et 42/70 …pour les 7 ou 8 plus gros.
 
Cette classe de diamètre a été vendue comme suit ‘ Billons de 4 m diamètre 18 cm fin bout droit : 15 €/m3 ’.
 
Elle aurait du bénéficier, après contrôle, d’un bonus et d’une attention particulière lors de l’abattage. Cela ne me semble pas avoir été suffisamment le cas…
 
Toujours 15 € du m3 pour abattage, billonnage et débardage occasionnant moins de travail.
 
Ou est l’équité alors que l’opération abattage, billonnage et débardage  est sensé avoir déjà généré sa propre marge malgré le treuillage d’environ 15% du volume, trop en pente, ce qu’avait remarqué l’acheteur avant d’établir son devis ?!
 
BILAN FINAL
 
Bonus entre hypothèses 1 et 2 : Aucune  plus value lors d’une vente au m3 par rapport au cube stère …
 
Aucune prime proposée malgré des billons purgés de défauts, droits … non compris une importante sur côte non facturée (voir message VENDRE DES BOIS ? Un exemple édifiant !)
 
Entre 2 et 3 : Plus 9 € du fait de leur qualité sciage
 
Entre 3 et 4 : Aucune plus value malgré des catégories de diamètres supérieures. Donc la aussi aucune prime proposée…
 
Huit observations du PROPRIETAIRE:
 
1/ J’aurai appris à veiller à valoriser la matière dans chaque catégorie de billons. Comme toujours le faire à ses dépens marque plus l’esprit ! 
 
2/ Idem pour valoriser suivant les classes de diamètres ! 
 
3/ Le plus gros diamètre en qualité palette a parfois dépassé les 18 cm. La aussi je pense avoir affuté mes futurs arguments…
 
La recherche de qualité mais surtout de volume dans la catégorie palettes aurait elle été privilégiée au détriment des billons ‘sciages’ ? Je le crains.
 
4/ La sur côte était exagérée sans pourtant avoir été prise en compte dans les prix proposés. Sur ce point je découvre cette marge blanche à mon grand dam !
 
5/ Certification PEFC – ‘Avantage’ financier avancé non admis par l’acheteur … Je m’en doutais ! Je n’en suis pas pour autant satisfait !
  
6/ Le chantier n’a fait l’objet d’aucune information vis-à-vis du publique comme des lois actuelles. Pas normal.
 
7/ Une sur côte excessive (10 cm au lieu de 4 ou 5) est un bénéfice indu (Bois Energie) pour le scieur sans compter le volume supplémentaire et le surpoids voir la surcharge transportée !
 
8/ BOIS ENERGIE PLAQUETTES : Environ 450 stères de brins entre 8 et 15 cm et les billons de purge (cintrés / mauvais pieds …) longueurs 2 et 5 m ont été débardés par porteur y compris certaines têtes de sapins non ébranchées (pour contrôle de valeur économique après déchiquetage).
 
Ils seront déchiquetés secs pour usages personnels sur environ trois saisons (En Septembre ou Octobre fins 2013/2014 et 2015) pour éviter des manutentions et transports inutiles.
 
Les vrais rémanents (Branches de fûts …) ont été laissés en place pour la bonification du sol et éviter le risque d’érosion des sols.
 
Ces bois auront coûté 18 € du stère sur dépôt bord de route.
 
3 € de valeur estimée sur pied et 15 € d’exploitation au stère.
  
Sachant qu’un stère permet de produire environ 2 MAP de plaquettes (M3 Apparent Plaquettes) celui-ci reviendra à environ 9 € (7,5 € si l’on ne tient pas compte de sa valeur sur pied)
 
De quoi se chauffer à bon compte pour 3 ans !
 
Deux opérations resteront à réaliser :
 
1/ Déchiquetage : Environ 6 € du MAP
 
2/ Transport dans silo : Environ 3 € du MAP
 
Coût final indicatif = entre 16,5 et 18 € le MAP
 
 
 
SAPIN - PRIX  INDICATIFS  DE  VENTE  DES  BOIS  SUR  PIED  EN  EUROS  PAR  m3  REEL

 
in

 

 

 

 

Diamètre à 1m30

15 - 25 cm

25 - 35 cm

35 - 45 cm

45cm et +

euros par m3

 17 à 52

 31 à 60

 38 à 62

 45 à 65

 
 
NOTE du même PROPRIETAIRE : Vente convenue sur pied, diamètres non triés …et longueur unique de 2,90 m ne pouvant être utilisée en sciage, sauf exception, ceux-ci étant d’usage métrique.
 
 
Globalement mêmes observations et mêmes prix que pour le Douglas pour les catégories concernées (Deuxième et troisième éclaircies).
 
  
GRINDESEL le 25 Juin 2013 (deuxième version corrigée)


Dernière édition par GRINDESEL le Lun 2 Fév - 17:41, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gfservices.fr
GRINDESEL
Admin
avatar

Nombre de messages : 711
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: CUBAGE : PRODUCTIVITE et RENTABILITE   Dim 25 Aoû - 18:07

Il faut bien amortir les lourds investissement nécessaires à la production
de GRANULES, combustible mondial à la mode...fabriqué à base de SCIURES...


Le miracle de la multiplication des petits granulés ...

 


LE CUBAGE DES BOIS RONDS EN 2013:

Un sujet qui mériterait d’être traité avec plus de sérieux par le syndicat des propriétaires forestiers et par leurs revues professionnelles!

L'augmentation, que dis-je, le passage du statut de DECHETS représentant une charge financière, à celui de SOUS PRODUIT valant désormais plus ou moins 40 € la tonne verte chargée départ scierie (donc en gros 40 € du m3 plein bois) a-t-elle été répercutée dans le prix des grumes offert aux propriétaires ?

NON !

Face à ce constat datant de peu d'années (2005) des pratiques professionnelles multiples, qui semblent devenir une règle, prennent des proportions intolérables et viennent abonder le tableau !

Un exemple caractéristique :

Depuis quelques années, différentes décotes de cubage, frisant souvent les 10% cumulés sur les cubes REELS, sont relevées par certains propriétaires curieux sinon suffisamment valides ou avertis des ‘choses professionnelles’ lorsqu'ils prennent le temps de contrôler le cube des coupes qu'ils proposent à la vente et comparent leurs chiffres avec le règlement final.

Le foisonnement des méthodes peut laisser craindre des taux supérieurs…

Certaines de ces pratiques, dites d'usage pour faire taire un vendeur récalcitrant, sont maintenant appliquées d'autorité sans concertations préalables, sans justifications réelles, en toute impunité... et avec des taux autrement supérieurs à ceux 'communément admis' par les usages revendiqués!

Les inaugurations / concentrations/ mégas créations de sites (et subventions associées à charge des contribuables) se succèdent toujours au grand plaisir des autorités sans qu’aucune ne s’interroge sur certains retours ultra rapides sur investissements…Il faut moderniser à marche forcée sinon fermer ! Je n'ai pourtant jamais vu autant de 4/4 devant les bureaux des acheteurs ..et femmes d'acheteurs!

Il me semble évident que pour certains ces pratiques ont pour but de créer une marge supplémentaire qui, au fil des années, d’un sous produit à l’origine difficile à négocier brut ou transformé en mauvaises plaquettes papetières est devenu de la sciure bienvenue pour produire … des granulés à bien meilleur prix que d’acheter des billons et les transformer coûteusement en sciure pour palier à leur pénurie désormais patente!

Pour une fois qu’un frémissement industriel parcourt une filière soit disant chroniquement déficitaire, dans un contexte économique ou personne ne relève qu’il ne s’agit pas de la première crise économique vécue (et oubliée) est il bienvenu de parler de sujet pouvant troubler le ‘bon ordre des choses’ ?

Quand on sait que le faible tonnage de sciures encore disponibles et se négociant (fin 2013) jusqu’à 40 € la tonne départ usine de fabrication, disposer d’un volume important récupéré GRATUITEMENT sur les grumes et sciages traités en scierie et passant sans contrôle officiel de la déchiqueteuse de la scierie et non comptabilisée à l’affineur installé en début de la ligne de production industrielle de plus en plus couplée de granulés fait comprendre la tentation de certains scieurs à pratiquer certaines ententes plus ou moins cordiales avec certains intervenants, bien qu’eux mêmes soient souvent payés au cube abattu/ débardés ou transportés ! Une certaine entente cordiale entre les différents intervenants semble s'être installée, sinon perdure différemment! A défaut tu risque de découvrir le chômage...

Il est ainsi choquant de constater que certains scieurs probablement plus malins que d'autres exploitent leurs propres sous traitants, voir même certains employés, sous la menace voilée de les radier de la liste de leurs salariés et fournisseurs, sous couvert probable de maintien de l’emploi ou ‘primes diverses’ déguisées ! Cela ne s’écrit pas ? JE L'ECRIS.  

Personne ne bronche, tout le monde râle et alimente des méthodes qui frisent de plus en plus des pratiques mafieuses…

LISTING NON LIMITATIF D'AUTRES PRATIQUES

Sur longueur sur billons type palettes: les 2,40 sont passés de 2,44 à 2,50 voir plus ! Les 4 m entre 4,10/4,20 et souvent plus (voir mes messages sur rubriques NEW sur ce forum GRINDESEL ) !

Billons dits de sciage comme grumes entières : Tout ce qui fait moins du mètre supérieur est déclassé au mètre inférieur ... alors que les barèmes OFFICIELS fournissent les cubes de 0,10 en 0,10 ! Après négociation, le 0,50 m est parfois accepté ! Encore faut il avoir le culot d’en faire la demande, sinon de l'exiger, et se heurter à certaines tentatives d’explications foireuses…

Pieds souvent largement affranchis parfois juste pour éliminer les pattes, dresser un fut permettant ainsi de surclasser une qualité dans le but  d’‘arranger un client’ mais surtout d’obtenir un prix de vente moyen supérieur! Les chutes sont évidemment laissées sur coupe en forêt !

Découpes à 16 m difficiles sinon impossibles à reconstituer donc contrôler, une fois débardées, bardées de terre  et noyées dans le tas ! Précision : le 16 m est découpé à 16,20 m payé 16 m...

Décote pour écorce (8 à 12%) alors que l’abatteuse, de plus en plus utilisée et pour cause, en a éliminé plus ou moins 50% ! Il faut bien amortir de lourds investissements… J'ai négocié que le taux soit réduit de 50 %. Le débat n'ayant pas été formalisé par un écrit ...le relevé final de cubage n'en a pas tenu compte! Cet 'oubli' m'a décidé à faire ce message!

Cube discutable mais pas toujours discutés comme il se devrait, de tas de bois énergie/ sciages ou tritu déposé en des lieux pas toujours adaptés ...Ces bois sont toujours considérés comme valeurs négligeables mais toujours cubés à la baisse !

Tas en général promptement livrés…et de préférence très tôt le matin.

Mélanges de longueurs : 2 + 2 m (découpe moyenne à 2,10 m alors qu’aucune découpe intermédiaire ne justifie cette sur côte) cubés à 4 m alors que 2,10 x 2 = 4,20 ! mélangés avec du 5 m (5,10/5,20 voir plus, donc même observation que pour le 2 m)...

Dans le cas ou un cube sur camion est admis (papier/ bois énergie/ tritu) :  Prise en compte, sur la 'bonne foi' du chauffeur ou de son patron (souvent les mêmes) , du cube correspondant, par habitude ( ?) au type de camion et remorque utilisée.

Appliquent-ils à l'avance 'une décote de sécurité' !? A moins que ce soit la flemme de contrôler pour gagner du temps et tenter de faire une rotation de plus ? Il semblerait que cette pratique soit le cas car le cube du destinataire est toujours inférieur à la réalité !

Pourquoi, sinon, le chauffeur accepte sans broncher le cube scierie annoncé (ou pas) à la livraison...et dépose son chargement sans que celui-ci puisse faire l’objet d’un contrôle fiable en cas de contestation, ce qui a été récemment mon cas ? ! Je n’ai jamais reçu copie d’un quelconque bordereau de cubeur !

Je me suis rendu sur le site de la scierie. Ce jour là un camion de 90 m3 de sciure était en cours de chargement et partait livrer la toute nouvelle unité de co génération et production de granulés du récent repreneur de la dite scierie : c’est ce jour là que j’ai compris comment l’on pouvait amortir de tels investissements et certaines autres choses décrites ici.

Malgré la charge du bois et des coups de grue ‘pour réduire les trous’ l’inévitable et providentielle ouverture des ranchers n'est pas prise en compte même si certains objectent que ‘les ranchers sont parfois tordus’ ! Les côtes annoncées par l'acheteur forment toujours un parallélépipède parfait! Confortable pratique. Je conseil donc de mesurer la longueur de plancher une fois chargé, en bas MAIS AUSSI en haut des ranchers... Juste histoire d'être juste.

Le coefficient de chargement s’affine aussi avec la forme moyenne des billons et l'absence ou non de billes de pieds. Le propriétaire avait accepté de se réserver les bois tordus en bois énergie... C’est ainsi que certains diamètres de sciage ou billons de pieds sont passés dans la catégorie BOIS ENERGIE ! Les billons droits s’empilent toujours mieux…

Et j'en passe!

Un courrier des lecteurs sur les journaux professionnels permettrait, il faut l’espérer, d'abonder l’information des propriétaires de la ressource pour dévoiler les pratiques d’‘astuces’ sans limites qui entachent des relations d’après guerre que je croyais s’être normalisées sinon plus ou moins correctement codifiées! Ce n'est pas d'usage...

Il faut bien, j’en conviens, que nos industriels amortissent leurs mégas investissements entre autres dans le développement à marche forcée du bois énergie granulé et de la production d'électricité verte par ailleurs ultra bien financée et à l'insu (on peut le dire ?) des clients EDF.

Les surcotes sont une source gratuite et abondante de ...SCIURE. Quelle aubaine ! Les anciens déchets sont devenus de juteux profits !

Ne serait-il pas juste que les propriétaires ( de cette ressource miraculeuse car renouvelable) en bénéficient un peu et n’aient pas le sentiment d’être les dindons d’une farce qui tourne à l’arnaque ?

TROP C'EST TROP et cela se fait sur le dos des propriétaires comme, il semblerait, des prestataires de services :  

Bûcherons dont les salaires peuvent être établis sans vergogne sur des bases et indemnités ‘variables’.

Débardeurs à qui, de plus, certaines tâches sont parfois sous traitées à vil prix pour dégager une sur marge sur le dos du propriétaire.

Transporteurs qui déclarent tous ne pas comprendre comment ‘certains’ peuvent amortir leurs camions ! Ils ne seraient pas tous équipés de système de pesée et leurs chauffeurs n’auraient pas tous la capacité d’apprécier le tonnage chargé, d’autant plus que le volume réel est de plus en plus difficile à connaître…si l’on accepte mes notes sur le sujet.

On ne sait plus trop bien de quels excès l’on peut encore s’étonner …Le culot de certains laisse craindre de savoureuses découvertes.

L’une d’elle : Durant leur transport les billons de palettes se tassent ce qui expliquerait la différence de cube entre le départ et l’arrivée…

Moi je pense que ce pourrait être dû au séchage induit par le vent de la course…à la productivité et à la rentabilité!

GRINDESEL le 25 Août 2013 Dossier contrôlé le 02 02 2015


Dernière édition par GRINDESEL le Lun 2 Fév - 17:49, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gfservices.fr
GRINDESEL
Admin
avatar

Nombre de messages : 711
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: Vendre des billons de Douglas de 4 m à 15 € le m3 BDR ?!    Sam 19 Oct - 9:27



Sujet: Des billons choisis de DOUGLAS, droits longueurs 4 m donc prêts à scier pour seulement 15 € le m3 sur pied ?! Diamètre moyen 26 cm cours indicatif au m3 réel sur écorce de Mai-Juin 2013 établi par Michel et Pierre CHAVET La Foret Privé = 25 à 45 € (Il s'agit, je le rappelle, d'un cours de BOIS SUR PIED hors découpe de valorisation)      

Suite des précédents messages sur mes récentes coupes et ventes de bois'...

Suite de mon enquête : Lors de l'éclaircie (2 ème) à l'abatteuse, 65 billons de sciage Douglas longueur unique de 4 m ont été récupérés dans les futs le permettant et ont été débardés. Sous prétexte qu'ils avaient été mis en tas l'acheteur a refusé un cubage unitaire et a décidé de cuber au milieu, au pied à coulisse, les 18 billons du dessus du tas et de faire une moyenne !

Face à ce que je pensais être la dernière négociation (encore une lacune du contrat de vente et un excès de confiance de ma part !) j'ai accepté ce nouvel 'usage' que je soupçonnais être à l'avantage de l'acheteur...

Bien m'en a pris car cet 'incident imprévu' m'a alerté et m'a incité à refuser la décote de 10% que voulait appliquer l'acheteur pour 'déduction d'écorce'!(Décote, je le rappelle, qui varie de 10 à 13 % suivant les régions !)

RAISON qui me paraissait EVIDENTE :

Abattus mi Avril en début de sève et à l'abatteuse il était visible que 50% de l'écorce avait disparu lors de l'opération d'abattage suite à l'action des galets de maintien !

Le faisant remarquer, après débat, nous avons réussi à transiger pour une décote de 5 %. Les 14,30 m3 bruts sur écorce sont devenus ainsi 13,585 m3 au lieu de 12,87 m3.

Ma confiance ayant été fortement émoussée j'ai effectué seul un contrôle personnel ce jour sur la totalité des 65 billons . Sur ce point j'ai été rassuré mais il me semble que la vente ayant été conclue 'au m3' le contrôle de tous les billons devait être préféré à une évaluation.

Par simple hasard j'ai trouvé 13,524 m3 soit 0,061 m3 de moins (!) que l'acheteur (arroseur arrosé ?) en cubant minutieusement chaque billon ...et en bénéficiant d'une légère pente providentielle et d'un équipement adéquat (pic de bucheron / pied à coulisse / mètre déroulant de 8 m et treuil sur quad) !

Finalement une déduction pour 10% d'écorce se serait traduite par 0,654 m3 de bonus pour l'acheteur soit 4,57 % à son avantage sinon celui de son client scieur (en prenant mon cube).

Toujours dans le registre des sur longueurs de découpe (voir précédents messages sur billons de qualités palettes), pour une longueur 'marchande' de 4 m, mis à part 1 billon à 4,42 m et un autre à 4,25 m, le solde entre 4,05 et 4,18 m . La moyenne est de + 12 cm !  

La encore je découvre une sur côte - QUI SERA INTEGRALEMENT UTILISEE EN 'BOIS ENERGIE' - proche de 3 % du volume global brut sur écorce ! Ce poste devrait être désormais négociable car les sciures sont désormais bien vendues par les scieries (jusqu'à 30 à 40 € la tonne verte)

Mes trois derniers messages abordent finalement des points que je n'ai pas souvenir avoir vu être traités dans nos journaux forestiers :

Exemple Forêts de France ou La Forêt Privée. Le syndicat des forestiers est également silencieux sur le sujet ...

Lequel des trois tentera de faire évoluer des concepts qui ne satisfont plus personne et entretiennent de fortes préventions entre les partenaires ?

- Stérage réalisé sur camion donc dans de meilleures conditions qu'au sol !
- Stérage mesuré sur les côtes réelles prises sur plancher et en (5) points  hauts ...car les ranchers - quoiqu'en disent certains - 's'ouvrent' tous plus ou moins!
- Sur côtes de découpe désormais vendues par les scieries et non plus jetées dans la nature ou vendues à vil prix !
- Il est d'ailleurs curieux de constater que les côtes réelles 's'allongent' de plus en plus...et les côtes marchandes se maintiennent alors que les machines de découpes sont de plus en plus précises tant en scieries qu'en deuxièmes transformations!
- La création d'usines de production de granulés fleurie dans toutes les scieries industrielles avec des retours sur investissement qui me semblent plus séduisants que pour leurs confrères sans scieries , n'étant pas favorisés par une matière première plutôt grise sans retour, ni même prise en compte, lors de la négociation avec les propriétaire de la ressource ..!
- Les cubages sont de plus en plus fréquemment établis par le scieur via un cubeur électronique déclassant des affranchissements pour défauts qui abondent probablement le miracle des granulés ... Cubage 'faisant foi' ! Sur quelles bases ?
- Les camions de stères sont très souvent stérés suivant une habitude acquise à savoir arrondis à un chiffre généralement inférieur suivant certains bons vouloir ou convention bien nébuleuses !
- Les barèmes de cubage (Exemple le P.CHAUDE et E. DECESSE), sont établis de 0,10 en 0,10 m...
- Les contrats ne l'indiquent jamais et les cubages sont de plus en plus réduits sur la base 'professionnelle' de 0,5 en 0,5 voir 1 m inférieur ! Ce fut mon cas pour une grume de sapin découpée à 14,90 m et réglée à 14 m ! J'ai obtenu le 0,50 m avec grande difficulté !
- L'action des abatteuses rend les taux de décotes 'usuels' pour écorce à mon sens complètement illégales dans l'ignorance semble-t-il générale des propriétaires et 'experts'...pas toujours au fait de cette évidence mécanique relativement récente ! En arrachant l'écorce les galets réduise d'autant le cube sans pour autant que la décote contractuelle convenue sur pied ...change !
- Des billons 'PRETS A SCIER' enlevés au prix de 15 € le m3 départ soit 30 € abattus débardés ...alors que le cours des grumes sur pieds est largement supérieur ! C'est pour le moins troublant même pour un faible volume nécessitant (peut-être) un tri sinon un détour de camion !

MORALITE : Face à certains acheteurs, le plus futé des vendeurs, voir le plus averti des pratiques ancestrales , depuis des décennies habitué à 'travailler en confiance', se sent bien démuni .

Mes enfants sont surpris de constater que leur père, malgré plus de 55 ans de présence active dans les métiers de la scierie et de de la forêt ...vient de recevoir encore une leçon ! A son âge! Deviendrait il sénile ?

Comme le dit si bien un proverbe Chinois : ' L'expérience est un peigne que la nature nous donne une fois que nous sommes chauves' .

Précision : Je ne suis pas encore chauve. C'est pour cela que je manifeste mon désaccord pour ces pratiques - et quelques autres - d'un autre temps.

GRINDESEL le 8 Juillet 2013 - Confirmé le 02 02 2015


Dernière édition par GRINDESEL le Lun 2 Fév - 18:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gfservices.fr
GRINDESEL
Admin
avatar

Nombre de messages : 711
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: Un exemple édifiant: le stérage de billons 'palettes'   Sam 19 Oct - 9:31

Un autre exemple édifiant: le stérage de billons de sciages dits 'à palettes'!

En illustration de mon dossier précédent :

BOURSE FONCIERE FORESTIERE
du PUY-DE-DÔME
 
Propriétaire forestier depuis 2002, suite à deuxième et  troisième éclaircie de Douglas, un premier camion remorque de billons Douglas qualité ‘palettes’ partait ces jour ci.

Première surprise : facturé en 2,40 m leur longueur moyenne réelle se situait entre 2,48 et 2,52. Cette sur longueur dépassant la norme habituelle m’a incité à réfléchir.
 
Présent au chargement j’ai relevé moi même un volume de 81 stères 28 en 2,40 m. J’ai basé mon relevé sur les distances précises entre les ranchers avant et arrière du camion soit 5,75 et 7,66 m pour la remorque , complété par la moyenne de 5 hauteurs prises sur chaque véhicule soit 2,48 m et 2,56 m.

Rajoutez à cela l'ouverture en point haut des ranchers ...les véhicules une fois chargés :
 
0,0625 x 2,40 x 2,48 (hauteur moyenne)= 0,372 stères pour le camion

0,0625 x 2,40 x 2,56 (hauteur moyenne)= 0,384 stères pour la remorque

Total = 0 ,756 stères pour 12,5 cm d'ouverture moyenne en haut des ranchers
 
Ceci m’a permis de déterminer les volumes suivants :

Volume facturable              81,28 stères

Volume avec sur côte         83,99 st/m3 (3,33 %) avec une sur longueur d’environ 10 cm ! .
 
Volume réel entre ranchers 84,764 stères (Total = +3,484 stères soit 4,286 %!)

Réflexions personnelles :

Le bois énergie retiré de la sur longueur a pourtant une valeur marchande comparable au bois qualité ‘palettes via l’utilisation qui en est désormais faite en granulés, après transformation en sciure couramment vendue départ entre 25 et 40 € la tonne.

A réception à la scierie, lieu de livraison distant de 46 km le directeur du site aurait, d’après le chauffeur, effectué trois contrôles de hauteur de pile par véhicule en prenant curieusement le milieu de chaque billon supérieur (dixit le chauffeur).

Il lui aurait illico déclaré avoir trouvé 79 stères après avoir appliqué , entre autres (voir plus loin) une pratique qui serait d’usage dans l’entreprise depuis qu’il y travaille ‘pour compenser les trous’ !

MORALITE :

Le scieur en question récupère du volume livré en BILLONS BOIS ENERGIE ou PALETTES et effectue ainsi une réfaction globale indue de 5,764 stères soit 7,09 % sur le cube réellement livré ! Sur 30 000 st consommés chaque année cela correspond à l’équivalent de 2127 stères ‘récupérés ni vu ni connu au prix rendu scierie de l’ordre de 30 € du stère soit 63 810 € chaque année !

1/ Je rappelle que la notion de stère n’est plus légale depuis 1978 ! Depuis cette date il doit s’appeler stère/m3..ce qui n'a rien changé dans les faits et n'a pas apporté plus de clarté dans le débat entre acheteurs et vendeurs éclairés ...ou curieux !
 
Fort des informations citées dans ce compte rendu concernant une scierie annonçant consommer 30 à 35 000 stères de billons chaque année les abatteur/ débardeurs et transporteurs seraient payés sur la base ‘cube scierie’ !

Il est évident qu’en les menaçant d’être rayés de leur fichier fournisseurs, bien que de notoriété forestière, ces pratiques n’alimentent que leur ressentiment d’être plumés !  

Quant aux propriétaires ils font confiance à leur acheteur.

En l’occurrence il s’agissait d’un marchand de bois qui m’avait été vivement recommandé pour ses qualités professionnelles sur le terrain et non du scieur lui même.

Son personnel est jeune, très bien équipé, compétent et performant à mon sens un peu trop pour le bilan final du respect des pratiques forestières actuellement recommandées par les critères de certification.

L’administratif l’est moins par esprit d’économie à mon sens hors d’époque et peu adapté au retraité que je suis bien qu’étant encore  en forme qui recherchait plus une aide à la gestion qu'un rouleau compresseur les yeux rivés sur ses résultats .

Bien que n’étant pas le fournisseur en titre  j’ai pris dès le lendemain la décision d’aller sur place sur le site de la scierie tenter de comprendre ce qui me semblait être une pure arnaque…

Voici, en vrac, ce que m’a répondu le responsable du site :

-         Il confirme avoir fait les 3 relevés de hauteur mais est resté étrangement sibyllin sur cette curieuse technique qui m’avait été rapportée de ne prendre en compte ‘que la moitié du diamètre supérieur des billons témoins’ !

-         Mon point de vue : Pratique totalement illégale !
 
-         Il m’a fait remarqué que n’ayant relevé l’écartement entre ranchers qu’à leurs bases il déclare que cette côte peut être erronée du fait ‘de ranchers tordus’ et d’une côte négative ! De plus cette pratique 'ne fait pas partie des habitudes dans la profession' (sic)

-         Mon point de vue : Lors du prochain transport je ferai un relevé en point haut ! Il est plus que probable que je trouverai cette fois aussi près de 1 stère de plus !

-         Il affirme que le chargement se tasse en roulant ‘ce qui réduit son volume …comme lorsque l’on charge une semi de plaquettes ! L’une d’elle étant d’ailleurs en chargement chez lui ce jour là !

-         Mon point de vue :

Une bonne raison pour vérifier à nouveau à l’arrivé bien que le cube réputé vendu est celui départ fournisseur et que le chauffeur tasse lui même son chargement pour le stabiliser et par probable recommandation ce qui peut se comprendre mais force sur les ranchers en point haut ...?

-         Il se contredit ‘Ca n’est pas moi qui a cubé mais l’opérateur du parc de triage ‘ lequel refuse prudemment de confirmer de peur d'être viré !

-         Mon point de vue : Il est à craindre que l’opérateur ai de sérieuses raisons de se taire…Je me suis permis de l’avertir un homme averti en valant deux : je crois que nous nous sommes compris et qu'il a vu que j'étais du métier et au courant de certaines pratiques disons 'd'usage courant' ...

-         Il a de la peine à me montrer ‘le tas de bois me concernant’ !

-         Mon point de vue : Ce qui confirmait que les précédents camions de ce transporteur devait probablement être pré inscrit au niveau volume, la scierie n’ayant pas été averti de mon arrivée.

-         Il ne fait aucuns commentaires concernant la qualité des bois livrés. Par ailleurs, à son arrivée sur le site de chargement, le chauffeur interrogé m'a indiqué 'qu'il connaissait son camion et qu'il chargeait habituellement environ 80 stères'...

-         Mon point de vue : Et pour cause le chargement étant exempt de pieds et billons courbes déclassés, à ma demande en bois énergie. Sur ce point le réceptionnaire n'a rien trouvé à redire à son grand et probable regret…

-         ‘De toute façon, lors d’un stérage en tas bord de route il y a toujours des possibilités d’interprétation des relevés ‘!
 
-         Mon point de vue : Manifestement il ne savait pas que j’avais cubé sur le véhicule …ce qui devrait être LA REGLE !

-         ‘Réceptionnant 35 000 stères chaque année depuis 18 ans vous êtes le premier qui conteste nos méthodes de contrôle de volume’ !

-         Mon point de vue : … donc combien de fournisseurs et sous traitants arnaqués ? Consentants ?

-         Réfutant tous ces arguments et quelques autres du même acabit point par point et ne parvenant à me convaincre il a finalement appelé un certain Mr G.. au téléphone. Je suppose qu’il s’agit de l’acheteur de l’entreprise .

Leur conversation s’est terminée sur l’acceptation de mon cube de 81 stères (stérage arrondi à l’unité inférieure encore une autre astuce…) tout en m’indiquant qu’ils n’avaient de comptes à rendre qu’à leur fournisseur et au transporteur ‘qui seront dès ce jour interdits de livraisons chez eux’!

J’ai envoyé copie de ce courrier au marchand de bois en lui demandant de me tenir informé quant au volume qu’il allait me régler…Le chiffre de 81,25 stères a été confirmé à regret par le chef de scierie et verbalement par le marchand de bois. J'ai été réglé sur la base de 81,25 stères ... Je n'aurai donc du que me taire et ne pas écrire cette aventure ....

Sachez que je ne souhaite pas en rester la, suite à confirmation que tous les intervenants de la chaîne d’approvisionnement et les propriétaires souffrent depuis trop longtemps de ce genre de pratiques de type maffieuse engendrant d’autres tendances en cascades.

Ce genre de pratiques vraies, dont les preuves disparaissent avec les bois consommés, crée depuis longtemps, sinon depuis toujours, un climat déplorable entre toute la chaîne des intervenants.

Les propriétaires forestiers, syndicats et médias, filière dont je fais maintenant parti à plein temps, me semblent manquer de volonté pour dénoncer ces pratiques d’un autre âge.

Via ses instances de plus en plus communes le monde forestier serait-il étouffé par l’activisme agricole et la force des habitudes acquises pour renoncer à dénoncer enfin ces pratiques ?  

Mes 58 ans de pratiques dans les métiers du bois et ma récente position de propriétaire forestier (2012) ne m’avaient pas encore permis de vendre des bois.

Je suis servi ! Arrivé à la retraite et fort de mes relations professionnelles,  je me croyais capable de ‘faire confiance’ et éviter un système de contrôle dont les contraintes de l'âge tant physique que morales, tendent à me rendre le statut de propriétaire forestier de plus en plus fastidieux :

Je m’estime doublement floué alors que ce nouvel emploi me passionne et, jusqu’à cette découverte, était devenu une véritable passion, hors d’une vie dite professionnelle super remplie et toute aussi passionnante ...entièrement vécue dans différents postes de la première transformation des bois !

Ce message sera-t-il suivi de réactions ? Je l’espère.


GRINDESEL le 25 06 2013 (version originale complétée le 19 09 2013)

29 12 2014 : Aucunes réactions ! Informé par mes soins le syndicat régional de 'défense des intérêts des propriétaires forestiers ' n'a pas daigné réagir ni même le journal FORETS DE FRANCE avec lequel je croyais entretenir de cordiales relations!

02 02 2015 : IDEM !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gfservices.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: VENDRE DES BOIS ? ATTENTION A CERTAINES FORMES D'ARNAQUE !   

Revenir en haut Aller en bas
 
VENDRE DES BOIS ? ATTENTION A CERTAINES FORMES D'ARNAQUE !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Attention : Fausse mise à jour qui cache un cheval de Troie !
» Je cherche pour une amie, un Divan pas cher (vendre ou donner) et aussi, une mini-laveuse portative !
» (Vendu) AWI à vendre
» Valcartier à échanger ou vendre (à Donner)
» Applewood, la pomme... et le bois.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOG GRINDESEL :: NEWS :: NEWS-
Sauter vers: