BLOG GRINDESEL

Merci pour vos contributions et visites

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CHAUFFAGE Bûches Plaquettes Granulés : Mis à jour 02/01/2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GRINDESEL
Admin
avatar

Nombre de messages : 713
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: CHAUFFAGE Bûches Plaquettes Granulés : Mis à jour 02/01/2015   Lun 12 Nov - 19:08



Bûches Plaquettes ou Granulés : Mise à jour fin 2012 puis le 02/01/2015


LES BUCHES un combustible ‘nature’

Le produit :
La bûche est de loin le combustible le plus employé. Le plus souvent, les bûches sont commercialisées en stères, unité de mesure qui représente un volume d’un mètre cube rempli de bûches en 1 mètre de longueur rondes ou fendues.. Depuis 1975 le stère doit s’appeler STERE / M3 …

Après mise à dimensions la bûche est utilisée dans les poêles, les inserts et on observe un regain d’intérêt pour les chaudières à bois couplées à des ballons d’hydro-accumulation, malgré les contraintes de stockage et de chargement des bûches.

Principaux atouts :
Comme pour les plaquettes, sa disponibilité : il est très facile de s’approvisionner avec des bûches car de nombreux fournisseurs sont répertoriés,

Son prix : même avec les récentes augmentations liées à l’accroissement de la demande, le bois bûche reste un combustible économique. Il est possible de trouver des bûches de qualité pour un prix voisin de 35 /40 € le stère (en 1 mètre…). Le pouvoir calorifique des bois durs après deux années de séchage est de 2000 kWh par stère (soit l’équivalent de 200 litres de fioul) ce qui représente un coût moyen de :

- BUCHES  : prix justifié variant de 52 à 80/99 euros le stère coupé à 0,50 m livré à Roanne 42)
 
Pour comparaison :

Voir les ratios des BOIS ENERGIE sur le site de l'ADEME .

 Les matériels : une très grande variété de matériels permet de valoriser les bûches avec les chaudières à bûches, les poêles et les inserts. Ces matériels répondent à une très grande variété de besoin, depuis l’appoint de chauffage jusqu’au chauffage central d’un bâtiment.
 
Toute la gamme s’est modernisée . La tenue au feu d’un insert n'est malheureusement que d’une demi nuit.

Principaux freins à l’usage de la bûche :

 Les manipulations: le bois bûche demande plusieurs manutentions, de son façonnage au remplissage du poêle ou de la chaudière, « le bois bûche chauffe plusieurs fois… ».
En l'achetant livré et empilé chez vous cela devient presque du plaisir ...

 Le stockage : l’emploi du bois bûche comme source principale de chauffage impose le stockage de quantités de bois assez importantes sauf si vous achetez des bûches réellement garanties SECHES à 20% maxi tout en ayant l'avantage de moins en consommer.

Si nous prenons comme exemple une maison de 100 m2 bien isolée, la consommation pour le chauffage est d’environ 16 000 kWh/an soit une consommation annuelle de 8 à 10 stères …à condition qu’ils soient secs !.

Principaux critères de qualité pour le choix des bûches :

 L’essence. Il faut privilégier les essences dites “dures” (chêne, hêtre, frêne) qui sont les plus denses.

Les essences résineux ne sont pas, à tord, conseillées alors qu'elles peuvent être utilisées avec bonheur si l’on a le temps d’assurer des chargements plus fréquents et à l’extrême condition qu’elles soient très sèches pour éviter un encrassement rapide des conduits de fumée.

 Le taux d’humidité car il influence de manière importante le pouvoir calorifique de la bûche. En général, il faut choisir du bois ayant séché 2 ans sous abris dans un lieu bien ventilé. Ceci n’est pas toujours assuré! Il est prudent de pouvoir vérifier le taux réel d'humidité ...Le faire soit même est impossible ...D'ou l'intérêt de l'acheter directement SEC sous réserve d'avoir une facture le certifiant clairement !

NOTA : Le bois bûches devrait impérativement être acheté SEC à un maximum de 20/22 %. Si vous l'achetez au poids et non au stère…moins lourd il sera, plus son prix sera JUSTIFIE car plus il sera sec !

Dans au moins 50 % des cas cela n’est malheureusement pas appliqué…Le stockage n’est pas aussi  toujours parfait…Cela provoque un très mauvais rendement de la chaudière (leur rendement de 50 et 70 % étant toujours annoncé 'BOIS SEC') ou autres appareils et , par contrecoup, une pollution atmosphérique importante.

GF SERVICES, importateur de matériels industriels et de séchoirs artificiels pour la production de BOIS BUCHES milite ardemment pour que les consommateurs exigent un produit de qualité auprès de leurs fournisseurs.

LES PLAQUETTES FORESTIERES

Combustible également ‘nature’ offrant l’avantage, comme les granulés, d’un approvisionnement 100% automatique du foyer.

Les plaquettes, également appelées “copeaux” ou “bois déchiqueté” se présentent sous la forme de petits morceaux de bois, qui sont obtenus par déchiquetage calibré de bois d’origine forestière, bocagère, élagages divers, de sous produits de scieries ou encore de bois de rebut non traités (palettes déferaillées).

Les chaudières dites ‘à plaquettes’ LINDNER SOMMERAUER sont multi combustibles. GF SERVICES peut vous présenter des utilisateurs consommant de la sciure, des broyats de sarments de vignes, des copeaux et chutes de coupes déchiquetées en ateliers de charpentes ou menuiseries… des coquilles de noisettes mélangées avec des copeaux de déroulage de peupliers. Si vous aimez bricoler  vous pouvez aussi consommez vos chutes de bois tel quel.

Le produit :
Le combustible plaquettes est livré par camions avec des bennes de 30 à 90 m3 ou avec des bennes agricoles de 10 à 25 m3.

La livraison du bois déchiqueté par soufflage se développe en France. Nous consulter à ce sujet. Avant d’en arriver à cette solution il est parfois bon de confronter les avis pour parfois trouver une solution plus simple et moins coûteuse ... car le soufflage est évidemment plus coûteux que le simple bennage.  

Les étapes nécessaires à sa fabrication sont le déchiquetage avec une déchiqueteuse artisanale ou professionnelle , le séchage NATUREL ou ARTIFICIEL , et éventuellement le criblage  pour éliminer les poussières …qui brûlent très bien dans une chaudière LINDNER SOMMERAUER.

Les personnes qui disposent d’une ressource en bois peuvent ainsi produire leur propre combustible PLAQUETTES en le faisant déchiqueter par un prestataire de services local.

Acceptant toutes les variétés et essences de bois, la filière du bois déchiqueté offre un moyen efficace et économique de valoriser les déchets de bois, habituellement laissé en forêt ou brûlés à l’air libre.

A noter aussi que les plaquettes permettent d’offrir un débouché intéressant à des bois qui ne trouvent pas de valorisation dans une exploitation forestière classique (1ère éclaircies résineuses, houppiers de chênes, élagages).

SECHAGE DES PLAQUETTES

Le bois peut être séché durant 1 à 3 ans sous forme de bûches ou de perches, puis déchiqueté UNE FOIS SEC. Cette méthode évite des manutentions. Sinon, déchiqueté frais d'abattage donc humide, les plaquettes doivent être mises en tas afin que se produise une fermentation naturelle provoquant une élévation de leur température à environ 70°C .

Cette méthode permet de descendre l’humidité du bois combustible PLAQUETTE de 50% à 18/20 à 25/30% d’humidité en 4 à 6 mois.

Qu’il soit sec ou en cours de fermentation, il est indispensable de stocker le bois déchiqueté à l’abri de la pluie. C’est le travail des fournisseurs.

Quelques indicateurs :

Une demi-journée de déchiqueteuse voir moins suivant sa puissance  suffit pour la consommation annuelle d’une maison moyenne (160/200 m2 – environ 10/15 t/an ou 40/50 MAP). Stocké sous abri, le bois déchiqueté vert sèche en moins de 4 à 6 mois.

Pour des installations de petites et moyennes puissances, on utilisera des plaquettes forestières calibrées à 30×20×10 mm et à moins de 30 % d’humidité.

L’unité de mesure des plaquettes est le MAP : le mètre cube apparent de plaquettes .

1 MAP = 0,6 stère de bûches = 900 kWh = environ 90 litres de fioul suivant la siccité des plaquettes.

Critères d’appréciations :
Les critères suivants doivent être respectés dans les petites chaufferies
:

La granulométrie :

La plus régulière possible, éviter les queues de déchiquetage, les gros morceaux et les poussières. Le choix d’un entrepreneur équipé d’une déchiqueteuse adapté est un paramètre primordial pour la qualité de la plaquette. La qualité de la chaudière (régulation) et de son système d’alimentation (dessileur et vis) le sont tout autant !

 L’humidité : la plus faible possible et toujours inférieure à 30 % pour obtenir une bonne combustion et éviter d’encrasser la chaudière et la cheminée. Cela revient à un séchage de 2 ans en bûches fendues (feuillus) ou 4 à 6 mois après déchiquetage en vert (résineux ou feuillus).

Ces contraintes n’ont pas à inquiéter le consommateur ! Comme le fuel, le combustible ‘plaquette bois’ est livrable à domicile avec une nuance d’importance : par un producteur LOCAL !

Principaux atouts :

 Prix : le bois déchiqueté est le moins cher des combustibles disponibles sur le marché. Voir les ratios des BOIS ENERGIE sur le site de l'ADEME .

Il s’agit d’un combustible de fabrication locale à très faible impact écologique et véritablement renouvelable, créateur d’emplois de proximité.

 Automatisme : comme le granulé, la plaquette se prête bien à l’automatisation des chaudières.

Une vis sans fin commandée par la chaudière permet de convoyer les plaquettes du silo à la chaudière
.

La différence entre marques de chaudières se situe au niveau du degré plus ou moins poussé de l’automatisme déterminant le rendement de la combustion et à la conception du système d’alimentation.

Un foyer et des tubulures d’échangeurs régulièrement auto nettoyées (ceci n’est pas offert par tous les constructeurs) garantissent le meilleur rendement avec la plus faible consommation.(cas des LINDNER SOMMERAUER)

Rendements : les matériels disponibles offrent des performances de combustion très élevées en laboratoire … avec des rendements réels pouvant être supérieurs à 92/93 % suivant la chaudière et la qualité du combustible. Le niveau de rejets de poussières en sortie de cheminée, généralement très faible et en dessous des normes, est aussi à prendre en compte.  

L’implantation du silo à combustible: l’emploi du bois plaquette suppose la création d’un silo de stockage du combustible attenant à la chaufferie sinon à 15 m de distance maxi pour les LINDNER SOMMERAUER. Il peut être de niveau différent.

Ce silo devra être accessible aux camions qui viendront l’approvisionner. Suivant les situations, diverses solutions d’implantation sont envisageables. Avec un surcoût mais quelques avantages, il est par exemple possible de positionner le couple chaudière/ silo dans un local distant de quelques mètres à plusieurs centaines de mètres de celui à chauffer. La déperdition engendrée par la conduite d’eau chaude isolée et enterrée de 0,80 à 1 m ne dépassera pas 1 à 3° par 100 m (suivant niveau d’isolation) . Autant dire que c’est négligeable.

 Le volume de stockage : typiquement pour une maison de 160/200 m2 normalement isolée on prévoira une consommation annuelle d’environ 40/50 MAP par an.

Ce volume pourra être livré en plusieurs fois au cours de la saison de chauffe, mais il faudra néanmoins prévoir un stockage assez conséquent (10 m2 au sol peuvent suffire l’idéal étant bien entendu de disposer de 1 an de consommation : pièce de 4,5x4,5 x 2,5 m ).

La consommation moyenne journalière sera entre 0,15 et 0,25 map (m3 apparent plaquettes)

Ce local pourra être construit à l’extérieur en ossature bois sur dalle béton et muret hauteur 0,50 m. S’inspirer du module BIOCOMPACT GF SERVICES.

Chez l’un de nos proche clients ce module silo/ chaufferie a été totalement enterré. La livraison des plaquettes en est facilitée.

Il est évident que les propriétés disposant de locaux inoccupés pourront ainsi les rentabiliser dans la mesure ou la livraison du combustible y sera aisée.


LES GRANULES BOIS combustible industriel à base de sciures:
Le produit :

Le granulé de bois est obtenu par compression à très haute pression de sciures sèches à 8/10% d'humidité consommant de l’énergie, sans ajout de liant.

Les sciures employées étaient, avant 2010/2012, des sous produits de l’activité de transformation du bois (scierie, menuiserie…). Les quantités de sciures disponibles étant désormais insuffisantes les producteurs transforment depuis en grandes quantités des rondins en sciures ...

Un granulé de bonne qualité est bien lisse et présente une surface brillante. Il ne doit pas être ni trop friable ni poussiéreux.

Critères d’appréciations :
La granulométrie : Le diamètre le plus courant dans les chaudières automatiques est de 6 mm.

L’humidité : celle-ci doit être la plus basse possible et inférieure à 10 % pour un bon fonctionnement des chaudières, C’est en général le cas. Attention d’éviter une reprise d’humidité dans le silo de stockage …A défaut les granulés se délitent et deviennent impropres à la consommation ...

La compacité : lors des livraisons, il est important de vérifier l’état des granulés. En effet, des granulés mal compactés se brisent lors des livraisons ce qui provoque beaucoup de poussières et pourra provoquer un dysfonctionnement de la chaudière.

A noter :
Le granulé est un produit desséché (humidité inférieure à 10 % soit deux fois inférieure au taux d’humidité ambiant), ce qui lui permet de pouvoir être valorisé dans des chaudières à haut rendement. Il est donc très important de le stocker dans un endroit propre et sec.

L’unité utilisée pour les granulés de bois est la tonne : 1 tonne = 4600 kWh = 460 litres de fioul pour une tonne de bois  : Secs à 20 % les bûches et plaquettes donnent entre 3600 et 4000 kWh.
La masse volumique du granulé est d’environ 650 kg/m3.

Principaux atouts pour le choix des granulés appelés aussi 'pellets' :

Leur pouvoir énergétique : avec sa faible humidité et sa masse volumique, de tous les combustible bois c'est celui qui est le plus énergétique rapporté à son encombrement.

Par contre le granulé étant composé de 100% de bois à taux d'humidité comparable et sous condition de le maintenir dans le temps UNE TONNE de GRANULES a le MEME POUVOIR CALORIFIQUE QUE LES BUCHES ET LES PLAQUETTES...

La forte DENSITE des GRANULES permet son emploi là où d’autres combustibles bois seraient considérés comme trop encombrants, quoique ce point est relatif ramené à la surface au sol.(Voir message particulier de GRINDESEL à ce sujet).

Ainsi, pour une maison de 100 m2 normalement isolée, (15 000 kWh/an) on prévoira une consommation annuelle d’environ 5 m3 de granulés par an (3,25 tonnes), ce qui est environ 4 fois moins important que le volume nécessaire en plaquettes (suivant siccité) mais seulement 1,5 fois moins encombrant …en surface.

Ce qui relative sérieusement le débat constamment mis en avant du 'faible encombrement des granulés' quand on le compare à son coût calorie deux fois PLUS ELEVE...

Son mode de distribution : ce combustible est distribué soit en sacs (15 & 25 kg), ou en vrac par camions souffleurs ou sous forme de “big bag” (sac 500 kg).

Un conseil : Faire attention à la qualité des granulés. Ne pas hésiter à exiger la qualité DIN +  garantissant le plus faible taux de poussières déjà naturellement plus fréquent que dans les plaquettes..

Principaux inconvénients pour le choix des GRANULES :

- Le coût des granulés de bois était d’environ 210 €/tonne livrée au 1 01 2009 (environ 270 € fin 2012). Il a continué d'augmenter depuis et se retrouve pratiquement au prix du fuel fin 2014 donc à deux fois le prix des bûches et plaquettes...

Voir la mise à jour permanente des BOIS ENERGIE sur le site de l'ADEME ou sur PROPELLETS ...qui se garde bien de citer les PLAQUETTES !

- Un fournisseur industriel + un revendeur susceptibles d’avoir un jour des difficultés d’approvisionnement à un coût matière première devenu au fil du temps moins écologique et économique…(manque de sciure possible)

Consultez GF SERVICES et venez visiter les chaudières à plaquettes LINDNER SOMMERAUER et à bûches LIGNO toutes les deux construites en AUTRICHE:

Ses techniciens disposent de l’expérience de la fabrication du combustible, de la connaissance de la logistique à mettre en œuvre pour leur livraison , de relations avec les fournisseurs nationaux …et  des astuces et pratiques d’implantations d’un silo comme de la chaudière.

Ce sont de vrais conseillers ayant tous pratiqué sur le terrain, capables de délivrer eux même les cours de formations aux chauffagistes et à leurs clients.

GRINDESEL mis à jour le 02 01 2015


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gfservices.fr
 
CHAUFFAGE Bûches Plaquettes Granulés : Mis à jour 02/01/2015
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelle mise à jour City Navigator Europe NTU -> 2015.30
» [Résolu]Mis a jour impossible avec Antivir
» Spécial réveillon du jour de l'An
» Attention : Fausse mise à jour qui cache un cheval de Troie !
» Mises à jour des logiciels du pack

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOG GRINDESEL :: NEWS :: NEWS-
Sauter vers: