BLOG GRINDESEL

Merci pour vos contributions et visites

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BOIS ENERGIE : Cahiers de GRINDESEL N°1 à 5 revus en 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GRINDESEL
Admin
avatar

Nombre de messages : 711
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: BOIS ENERGIE : Cahiers de GRINDESEL N°1 à 5 revus en 2015    Mar 25 Aoû - 20:03

LE BOIS ENERGIE : des chiffres qui parlent !

CAHIER BOIS ENERGIE GF SERVICES PAGE 1  Les statistiques actuelles de la ressource forestière Française nous informent que plus de 50% de celle ci n’est pas utilisée…sans en préciser les causes ni identifier, en volume, pour quel type d’utilisation cette importante ressource peut être utilisée!

En effet, d’une grume comptabilisée en bois d’œuvre on en retire différents emplois. Je le dis souvent : c’est comme pour le cochon : tout est bon à condition de respecter les spécificités du combustible BOIS !

- Rappel d’importance : un arbre est cylindrique, plus ou moins conique et plus ou moins tordu et ses nœuds ne sont pas toujours bienvenus dans …la plupart des utilisations ‘nobles’…

- Une part importante est donc naturellement déclassée et devient, ou peu devenir, du bois énergie ou alimenter des usines de fabrication de panneaux ou de papier.

La tentative de faire croire que l’on peut transformer une part importante de ce bois en granulés en oubliant de préciser qu’ils ne sont économiquement et écologiquement fabriqués qu’en utilisant ‘la part de sciures laissée disponible par les autres utilisations de ce sous produit du sciage’, découle soit d’une méconnaissance des arbres et de l’utilisation de ses multiples produits soit d’un bourrage de crâne commercial.

Depuis l’arrivée de ce nouveau mode de chauffage au bois mon propos n’est que de fournir des chiffres permettant de cerner ce que représente réellement ce marché pour le lancement duquel de multiples informations, plus fantaisistes les unes que les autres.

En final, il m’a semblé intéressant de tenter de faire l’étude complète et chiffrée de l’ensemble du marché Français du Bois énergie en espérant CONTRIBUER à un débat sérieux en retour…

LA BASE DE FABRICATION (initiale) DES GRANULES

La sciure représente, en gros, 10% des 20,9 millions de tonnes de grumes sciées en France… en 2005. Depuis cette date ce tonnage a tendance à se réduire pour différentes causes qui n'ont rien à voir avec la ressource forestière Française.

Il s'agit plutôt de compétitivité mondiale , de présence sur les marchés exports et de réduction régulière des sections de sciage sur le marché national suite connaissances plus approfondies de la résistance des matériaux BOIS et de l'arrivée de BOIS COLLES / ABOUTTE etc...en augmentant la résistance.

Une information et une professionnalisation accrue des prescripteurs et utilisateurs concourt également à la réduction des volumes sciés ...sans parler de la crise du bâtiment et TP gros consommateurs !

Il faut presque 2 tonnes de sciures vertes pour fabriquer 1 tonne de granulés : soit un potentiel – en France- de 1 045 000 tonnes de sciures sèches !

Cela explique le fait que la production de granulés à partir de sciures provenant de scieries plafonnera auteur de 800 000 tonnes. Au delà il faut transformer des billons en sciures ... C'est ce qui se fait depuis 2010/2012...

La moitié du volume de sciures provenant de scieries n'est pas assuré d'être disponible pour cette utilisation.

Elle alimente en effet de multiples usages industriels ou privés qui ne disparaîtront pas du jour au lendemain ! Je suis tenté de l’estimer au tiers… Faites le compte…

De produit présenté comme ‘sans limite de fabrication’ les granulés sont devenus ainsi le combustible à plus faible tonnage potentiel de la filière bois de chauffage sauf à transformer du bois rond en sciure et à quel prix?

Le seuil de disponibilité maximale des granulés sera (à mon avis) de toute façon le premier atteint parmi les différents combustibles bois !

Approvisionner une usine de production de 80 000 tonnes de granulés nécessite, en France, le ramassage de sciures sur un rayon de plusieurs centaines de km, tout en se battant à l’achat matière première contre un certain nombre de concurrents.

Quelques précisions complémentaires sur la fabrication des granulés :

- Le fait de mélanger les essences lors de la fabrication des granulés est fortement déconseillé pour différentes raisons, ne serait ce que sur un plan marketing.

Ce point est difficile à respecter par la plupart des fabricants Français de granulés la diversité des essences et leur présence sur tout le territoire à des degrés divers rend les sciures impossibles à trier.

Si l’industriel veut faire du tonnage il ne peut refuser la ressource en sciure la plus proche sinon il fait comme les Allemands : il achète la sciure de résineux dans les secteurs ou il y en a et tente de compenser les surcoûts en construisant de mégas usines s’approvisionnant et livrant de plus en plus loin !

Bilan écologique d’origine ?

- Ce point est aggravé par le fait que la fabrication de granulés exige un taux d’écorces le plus proche de zéro. Ceci veut dire qu’il faudrait que le tonnage de billons bruts utilisé pour abonder l’absence de sciures écorcées (en scieries), le soit par broyage en l’état après écorçage préalable ! Comment ? A quel prix ?

Aucune de nos unités Française actuelle de production de granulés ne peut amortir une unité d’écorçage de ce type utilisée dans l’industrie lourde papetière.

- Il y a donc de très fortes présomptions pour que l’industrie du granulé Français BOIS ne dépasse jamais les 5/600 000 tonnes par manque d’une matière première économiquement viable.

- La ressource en bois énergie brute (le bois sous toutes ses formes, sciure y comprise) se trouve dans toutes les essences de bois. Ramené à la tonne leur pouvoir calorifique est identique. Le fait (RECENT) de pouvoir alimenter une chaudière à bois plaquettes – comme aux granulés- en automatique, grâce à une transformation ‘fluidifiée’ du bois, autorise la consommation des essences à basse densité leur manutention n’étant plus manuelle.

TONNAGE DISPONIBLE EN BOIS ENERGIE BUCHES ET PLAQUETTES

Le tonnage disponible en BOIS ENERGIE ‘bûches ou plaquettes’ est le plus important et le plus économiques. L'ADEME parle de plus ou moins 40 millions de tonnes pour le bois BUCHES ...en intégrant l'auto consommation qui représenterait plus ou moins 80% du volume ...

En prenant pour base un m3 de bois Français pesant en moyenne 0,85 tonne sur pied (par simplification) sachant  que les bûches et plaquettes sont transformables sans devoir passer par une organisation industrielle, cas du granulé, chacun peut comprendre que cette filière domine largement les marchés du BOIS ENERGIE.

Les combustibles bûches et plaquettes sont incontestablement les deux seuls combustibles bois à production de réelle proximité pouvant être produits en auto production ou avec de petites structures locales ou régionales ne nécessitant pas d'énormes investissements.

GRINDESEL dossier mis à jour le 08 01 2015


Dernière édition par GRINDESEL le Mar 3 Fév - 20:57, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gfservices.fr
GRINDESEL
Admin
avatar

Nombre de messages : 711
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: Re: BOIS ENERGIE : Cahiers de GRINDESEL N°1 à 5 revus en 2015    Ven 18 Déc - 20:57

Les cahiers suivants seront la suite de ce message ...Bonne lecture!


Dernière édition par GRINDESEL le Jeu 8 Jan - 14:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gfservices.fr
GRINDESEL
Admin
avatar

Nombre de messages : 711
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: BOIS ENERGIE Cahier GF SERVICES N°2   Lun 21 Fév - 16:13



Mar 25 Août 2010 - 18:02      

--------------------------------------------------------------------------------

- CAHIER BOIS ENERGIE GF SERVICES PAGE 2


Les essences à forte densité sont à réserver à l’utilisation du bois énergie transformé en bûches. Un propriétaire forestier a même intérêt à le vendre et à racheter des plaquettes de résineux s’il en a besoin…Le coût calorie RESINEUX est plus faible grâce à ...la présence de résine.

- La ressource –

Il serait préférable de dire ‘les ressources’ EN BOIS qui ne se situe(nt) pas uniquement dans les forêts, bois ou bosquets que chacun peut remarquer en parcourant notre pays.

Les différents massifs sont, bien sur, plutôt bien répartis sur le territoire. Un rapide coup d’œil sur une carte forestière permet d’estimer qu’elle n'est pas située à plus de 100 km du plus éloigné des consommateurs potentiels voir souvent plus proche mais sous des formes plus diffuses.

Les petits producteurs locaux sont malheureusement mal identifiés. Les professions concernées sont souvent fâchées avec la pub ou ne peuvent l’utiliser faute de moyen.

- Sur ce marché hyper local – tout au moins pour les besoins de particuliers ou de faibles tonnages- règne le bouche à oreille ce qui n’est pas plus mal mais rend le ressenti d’un développement rapide et rationnel de la filière très difficile à percevoir!

- Seules les entreprises fortement intégrées au ‘monde du bois’ peuvent porter une appréciation de valeur sur ce sujet, au même titre que les spécialistes de la météo qui font désormais cohabiter leurs prévisions du réel avec la température ‘qui sera ressentie sur le terrain’…

- GF SERVICES fait partie de ces rares entreprises et le revendique en écrivant ce type de ‘papiers’.

- Les plus importants massifs forestiers (Est / Rhône Alpes/ Massif Central /Sud Est et Sud Ouest / Centre … plus quelques belles parcelles par exemple du genre de la forêt de Fontainebleau ) ne doivent pas faire oublier que nos forêts ne sont pas constituées que de bois noble!

Le bois énergie étant de très faible valeur les sites 'secondaires' ne sont pas spécialement répertoriés !

- En intégrant la sciure (8 à 12 %) / les écorces acceptables dans une chaudière à plaquettes ou sur les bûches ce qui est écologiquement convenable (12 à 25%) / et les chutes diverses (dosses et purges de défauts) produites lors de la découpe ou du sciage d’un arbre RESINEUX lors du débit dits de bois nobles, la part de bois pouvant être utilisée en BOIS ENERGIE est de l’ordre de 42% et proche de 50% si l’on y ajoutait les branches qu’il est préférable de laisser sur coupe en dessous d’un diamètre de 80/100 mm, tant sur le plan économique qu’écologique!

- Pour les essences de FEUILLUS ce pourcentage flirte avec les 60/ 70%, en intégrant les cimées et branchages exploitables dans les mêmes conditions que ci-dessus, la plupart du temps réservé en utilisation ‘bûches’.

La part de l’aubier et des purges dérivant vers le bois énergie est plus fréquente dans les essences feuillus et explique en partie la différence de pourcentage avec une décroissance également plus importante des essences de feuillus durs et l'apport de l'aubier en général expurgé pour le chêne!

- Après passage en seconde transformation (menuiserie / meubles / charpentes…) ou le bois est raboté, corroyé, purgé de certains défauts, s’ajoute à nouveau une dizaine de points ( ?) à ceux indiqués ci-dessus !

- Ce sont donc des tonnages colossaux qui sont ou peuvent devenir disponibles puisqu’en gros 100 millions de tonnes de bois pousseraient chaque année en France ! (Environ 2/3 en Feuillus et le reste en Résineux).

- 60 millions seraient en gros plus ou moins consommés chaque année en bois brut. Le solde permet de dire que notre patrimoine bois s’accroit chaque année de la part non consommée abondée de son taux de croissance (4,4 % en 2005). C’est un bon placement. Il faut néanmoins tempérer cet optimisme par certaines difficultés d’exploitation exemple : massif alpin.

- Le cycle moyen d’exploitation doit être de l’ordre de 50 ans dans le résineux et du double dans le feuillus… Je n’apporte, sur les deux points ci dessus que mon sentiment personnel et non une connaissance statistique précise. Si elle existe, il me plairait d’en avoir connaissance...sachant qu'il est rare de voir deux statisticiens d'accord ! Ils oublient toujours de confronter leurs chiffres avec les connaissances de terrain...

- Plus ou moins 17 millions de tonnes de grumes FEUILLUS ou RESINEUX dites ‘nobles’ partent chaque années en direction des scieries.

- 10,34 M/t en direction des industries du panneau et du papier en qualité inférieures : 10 + 0,34 M/t
- 20 estimées (probablement 30) comme bois de chauffage : les qualités disons terminales des feuillus et les taillis.

- A ces chiffres qui varient chaque années de plus ou moins 10/15% il ne faudrait pas oublier ce qui suit :

- Une forêt, pour bien se développer, doit (ou devrait) être entretenue.

Un volume important dit ‘d’éclaircie’ est déjà exploité en résineux et dirigé vers les industries du panneau et du papier. Ces deux industries semblent être de plus en plus en difficultés sur notre pays pour différentes causes liées essentiellement à leurs coûts de production (coût d’exploitation/ salaires et charges…).

Une part croissante est et sera probablement dirigée vers l’utilisation bois énergie d’où les projets de construction de centrales de co génération (2 à 400 000 tonnes de bois consommé par unité ET 0,8 Millions d'annoncés à GARDANNE 13 pour 2015 !) ou le contribuable paiera au prix fort une technologie de type nucléaire au niveau des investissements et par le rachat de la production d’électricité au prix fort comme pour l’électricité d’origine voltaïque.

- Ajoutons à ceci le fort développement – économiquement logique celui-ci- des chaufferies bois de type industrielles 'raisonnables' quoique parfois discutable.

- Il n’est pas nécessaire de prendre l’hypothèse ci dessus comme une urgence. Il serait préférable de la prendre comme une solution de conversion douce et tranquille, d’accompagnement de la montée en puissance de la filière BOIS ENERGIE en accompagnement du déclin semble-t-il inexorables des utilisations industrielles traditionnelles du bois sur le territoire Français et même Européen, bois de mêmes qualités il faut le préciser que ceux demandée par la filière panneau et papier.

- La forêt Française actuelle ne peut pas être considérée comme bénéficiant d’un entretien idéal , loin s’en faut, bien que d’énormes progrès ont été réalisés grâce aux efforts remarquables- par exemple- des pros du CRPF (centres régionaux de la propriété forestière) et des coopératives forestières !

- Eclaircie, élagages, nettoyages, aménagement divers (ouvertures de pistes et de places de dépôts) sont estimés coûter chers par une part trop importante de propriétaires alors qu’un minimum d’efforts de réflexion et de bon sens permettrait de sortir sans peine 5 à 10 millions de tonnes supplémentaires tout en boostant le développement et la qualité de leur parc forestier respectifs .

- A ce sujet il est reconnu qu’en entretenant ses bois une augmentation de 3 à 5 % de leur rendement est généralement constaté : l’air de rien ce serait 2 à 3 millions de tonnes de gagnées en bois brut…Je peux témoigner à ce sujet pour avoir réalisé ce genre de travaux sylvicoles dans mes propres bois !

- Sur les plus ou moins 100 millions de tonnes qui seraient statistiquement disponibles bien que pas toujours faciles à exploiter sauf vu d’un bureau, 20 à 40 millions '?)=seraient donc actuellement consommées sous forme de bûches dont seulement 4 à 4,5 déclarées. Elles proviennent, essentiellement, des forêts ou parcelles forestières de Feuillus.

- CURIOSITE :

La part reconnue par l’administration de ‘provenance non clairement identifiée ni sérieusement quantifiable…’ (18 à 27/28 M/t) est extrêmement diffuse et parfaitement bien répartie sur le territoire : l’on peut dire que le moindre ‘bout de bois’ est consommé sinon il pourri à terre, voir sur pied !

L’on peut donc affirmer que le chauffage au bois est très popularisé que ce soit en chauffage principal ou en appoint.

- Une part importante de ce tonnage pourrait être mieux consommée.

L’on peut espérer que ce sera progressivement le cas car la part du parc de chaudières modernes à alimentation et consommation automatisée et contrôlée deviendra de plus en plus importante.

Avec un rendement qui passerait du simple au double – et cela est très réaliste puisqu’un insert à bûches n’offre qu’un rendement souvent inférieur à 30/35% contre parfois plus de 80 pour une chaudière moderne- 10 à 14 millions de tonnes de bois pourrait être ‘récupérées’.

Je rappelle qu’il s’agit là de chauffage individuel et de réelle proximité! Par ce simple artifice de modernisation du parc il serait possible de doubler le nombre de consommateur de bois énergie bûches sans sur consommation par rapport à la situation actuelle!

- L’image plus ou moins rétrograde du ‘chauffage au bois’ en serait complètement modernisée! Le cycle est sérieusement enclenché. Ce sera l'affaire d'une ou deux générations commencée depuis les années 1990 .

- Au départ de l’énergie fuel pensez vous que son image était bonne ? L’est elle encore ?

Respirez l’odeur des essences de bois et comparez !

- Pour abonder un tonnage de combustible énorme ne demandant qu’à être mis sur le marché de façon organisé ajoutons-y les bois de récupération non traités, certains taillis ou nettoyages de préventions incendies, les bois de haies ou de bocages (dE PLUS EN PLUS utilisés en agriculture), les bois de parcs privés et publiques tout au moins ceux qui sont entretenus, les bois qui meurt (partout et de cause souvent naturelles) et qui sont souvent dangereux…

Le tonnage concerné est difficile à estimer mais probablement de plusieurs M/t !

- A quand une loi de précaution pour imposer l’abattage des bois dangereux ?

- 28% de notre pays est considéré comme ‘boisé’…OK mais avec quoi ? Prenons l’exemple de l’une des plus vaste partie située dans le sud est et dont la proportion de bois énergie doit être proche de …90% ! Les gens du midi disent qu’il s’agit ‘de la plus grande forêt Française’ !

Ils oublient de préciser qu’il s’agit de bois de faible valeur quand ils ne sont pas déjà brûlés sur pied mais récupérables en bûches ou plaquettes !

- Problème : le midi se chauffe peu ? Ce doit être une galéjade ! Le midi ne se limite pas aux plages!

- Ces points très importants sont rarement mis en avant lors des débats sur le bois énergie! On y parle plus ressource industrielle que solution de chauffage individuelle.

Et pourtant : chaque nouveau converti devient un défenseur du bois énergie !

- Souvent engagé dans les conseils municipaux, des projets naissent ainsi et sont intelligemment défendus.

- Recenser les points ci-dessus de façon ‘plus digestes’ permettrait il de donner une vision plus sécurisante à l’utilisation comme chauffage de nos bois d’abord de proximité en utilisations privées, petits locaux administratifs et collectifs sans passer chaque fois dans des mégas projets cassant toute la voirie au bénéfice d’une méga inauguration politisée et fortement médiatisée ?

- Trois petits projets coûtent souvent moins cher qu’un gros ! Cette solution est rarement étudiée dans l’administration et par les bureaux d’études.

GRINDESEL mis à jour le 08 01 2015




Dernière édition par GRINDESEL le Mar 3 Fév - 20:45, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gfservices.fr
GRINDESEL
Admin
avatar

Nombre de messages : 711
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: BOIS ENERGIE Cahier GF SERVICES N°3    Lun 21 Fév - 16:16

Mar 25 Août 2010 - 18:00      

- CAHIER BOIS ENERGIE GF SERVICES PAGE 3

La plupart des foyers tentés de s’équiper pour consommer ce combustible national de proximité sous forme de plaquettes, largement disponible et pouvant désormais fonctionner en automatique, se pose avec raison les questions suivantes :

- 1/ Suis-je assuré de mon approvisionnement en BOIS comme bois de CHAUFFAGE?
- 2/ Sous quelle forme ?


- Mon humble avis et mon espoir intéressé – vous en avez compris la raison j’espère- est d’avoir apporté ci-dessus ma contribution à la première question.

Professionnel de la filière bois première transformation depuis plus de 50 ans je ne doute pas un instant de la facilité d’approvisionnement en BOIS ENERGIE au niveau NATIONAL.

En cas de besoin notre entreprise s’engage à trouver pour vous le bon fournisseur local (bûches ou plaquettes)

- GF SERVICES dispose d’un énorme relationnel capable de confirmer l’affirmation ci-dessus. Elle distribue l’importante gamme des déchiqueteuses et lignes de production de bûches PEZZOLATO depuis 1997. D’autres marques sont aussi présentes en France.

- Leurs clients ne demandent qu’à produire, stocker et livrer un combustible qu’ils connaissent bien : la ressource est sur leurs territoires !


- Pour la seconde question je conseille évidemment le BOIS ENERGIE PLAQUETTES à mon sens la plus simple tout en assurant un fonctionnement 100% automatique. Pour celui qui ne possède pas de bois c’est aussi celle qui offre la calorie au meilleur prix.

LEXIQUE

- Bois noble dits ‘bois d’œuvre’ = partie de l’arbre économiquement sciable sachant que plus on s’éloigne du pied (bois noble) plus le rendement de bois dit de qualité baisse et plus celui dit BOIS ENERGIE AUGMENTE tout en étant abondé par les sous produits retirés des bois noble ( entre 40 et 60% !)

- Bois brut = arbre entier hors branches

- Bois d’éclaircie = Brins d’arbres sur pieds éliminés au bénéfice des arbres dits d’avenir afin de leur libérer un espace optimisé de développement.

- Arbres d’avenir = Arbres jeunes conservés et cultivés pour qu’ils deviennent ceux qui seront abattus en fin de vie.

- Futs = Pieds d’arbre permettant d’obtenir des sciages de qualité supérieure

- Aubier = Pousse de l’année ou jeune bois située en périphérie du fut. Est systématiquement éliminé dans les feuillus durs (chênes) car bois non durable et fréquemment attaqué par les parasites une fois abattu.
D'où l'importance d'en vérifier la qualité calorifique lors d'une livraison de bûches dites 'séchées à l'air'.

Entreposé en milieux défavorables l'aubier se dénature souvent en "éponge à humidité"!

- Purges = Portions de bois ronds ou de sciages éliminées pour offrir un bois exempt de défauts esthétiques ou techniques.

- Cimaise ou branchages exploitables = Sont en général considérées comme économiquement exploitables tous les diamètres supérieurs à 80/100 mm.

Le reste peu rester sur coupe pour nourrir le sol en se décomposant en peu d’années.

GRINDESEL le 08 01 2015




Dernière édition par GRINDESEL le Mar 3 Fév - 20:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gfservices.fr
GRINDESEL
Admin
avatar

Nombre de messages : 711
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: BOIS ENERGIE Cahier GF SERVICES N°4   Lun 21 Fév - 16:18



Mar 25 Août 2010 - 17:59      

CAHIER BOIS ENERGIE GF SERVICES PAGE 4 –


Possibilité de production Européenne de GRANULES en 2007

La production de sciages sur l’Europe des 27 (chiffres FAO- source Mémento FCBA 2007) s’est établie sur la base de 105,3 Mm3 de grumes consommées sous écorce soit environ 85 M/tonnes de grumes sciables.

La production de sciure se serait donc établie dans une fourchette de 9 à 10 M/t.

La production nécessitant 2 tonnes de sciure pour produire 1 tonne de granulés le tonnage pouvant être produit sur des bases respectant l’idée initiale de ‘récupérer les déchets de sciure soit disant jetés ou brûlés’ serait donc d’environ 5 M/t. en admettant qu’aucun tonnage n’est utilisé pour d’autres usages…et en respectant le principe d’une énergie ‘renouvelable et de proximité’.

Ceci est loin d’être le cas et ne peut l’être de toute façon, quelque soit le pays, toutes les sciures n’étant pas économiquement récupérables et un ‘certain volume’ étant transformé à partir de sciures importées de Russie ou autres pays périphériques! L’Allemagne est très forte dans ce sport.

Je confirme que mon estimation est de 5 à 600 000 tonnes maxi pour la France…

La consommation Européenne annoncée par l’ITEBE (organisme fermé depuis) serait passée de 2,5 à 6 M/t. en 2008

Conclusion : Pas étonnant que l’on importe des granulés des US et autres pays !


J’annonce la pénurie Européenne de granulés dits écologiques depuis 4/5 ans. A ce jour je regrette de n’avoir reçu aucune contradiction.

Le but est tout de même de garantir un approvisionnement aux innombrables acheteurs de poêles et de chaudières qui continuent à s’équiper sur la base de fausses informations délivrées par des vendeurs dont le but n’est pas de perdre un marché pour de telles considérations ![/b]

[b]NE PAS CONFONDRE LES FILIERES BOIS DE CHAUFFAGE comme le font certains consommateurs persuadés que les granulés se fabriquent avec …‘du bois…’!

Oui : avec de la sciure de BOIS… sous produit du sciage donc à partir de bois nobles dit ‘bois d’œuvre’!


L’approvisionnement des chaudières à bûches ou à plaquettes ne pose aucune inquiétude en France :

Les bûches et plaquettes sont préparées à partir de bois dits secondaires, débités brut. Les besoins sont très largement couverts ! Je fais la démonstration de cette abondance en pages 1 / 2 et 3 de ce dossier.

FAO / FCBA et ADEME confirment en gros mon étude sur leurs sites Internet… Même à quelques M/tonnes près les chiffres sont plus que rassurant si l’on admet le fait que le bois ‘plaquettes de résineux’ consommé en France se renouvelle au taux annuel actuel de quasi 1 sur… 50 à 100 !

Vous constaterez quelques différences d’appréciations tenant plus à mon approche ‘chaufferies bois de petites puissances’ par rapport à leurs études bureaucratiques, portant plus sur un objectif de développement de chaufferies industrielles et sur la base de stats ne tenant pas toujours trop compte des réalités de terrain.

Je n’ai, par exemple, pas intégré dans mon étude certains tonnages de déchets bois qu’il n’est pas conseillé d’utiliser en chaudières dites à plaquettes sauf s’ils sont calibrés.

Les chaudières de types industrielles ne demande pas un produit aussi affiné qu’une chaudière de type individuelle. Mon étude en tiens compte.

Quand je parle de plaquettes ‘affinées’ je pense aux plaquettes produites avec des broyeurs à marteaux (utilisables, avec les écorces, en chaufferies industrielles) alors que les plaquettes dites forestières sont produites avec une déchiqueteuse à couteaux de type disque à contre couteaux ou tambour et peuvent être mélangées avec des sous produits biomasse secs à moins 30% (Sur sec)  (exemple : la sciure brute ou des billons transformée en granulés cas désormais courant depuis 2012).

Dernier point : A la différence des chaudières à granulés – mono combustible- celles dites à plaquettes sont, pour la plupart, multi combustibles (plaquettes/ sciures/ granulés / sarments de vigne…)!

GRINDESEL le 08 01 2014 Confirmé le 03 02 2015



Dernière édition par GRINDESEL le Mar 3 Fév - 20:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gfservices.fr
GRINDESEL
Admin
avatar

Nombre de messages : 711
Localisation : Commelle Vernay
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: BOIS ENERGIE Cahier GF SERVICES N°5 Bois BIO   Lun 21 Fév - 16:22



Mar 25 Août 2010 - 18:05      

LES BOIS FRANÇAIS SONT –ILS BIO ![/b]

POLLUTION CO² : une solution encore inexploitée !
CAHIER BOIS ENERGIE GF SERVICES PAGE 5 : RESSOURCES FRANCAISES

[b]LA FILIERE BOIS FRANCAISE - Source : Mémento Institut technologique FCBA 2007
Interprétée par GRINDESEL


Nota : Chiffres 2005 (cube grumes sur écorces en millions de m3)
Volume estimé sur pied 2 388 M/m3
Amélioration annuelle de 3% de ce capital grâce à
Un meilleur entretien de la ressource 71,64 M/m3
Soit 41 ans de consommation actuelle
Production forestière annuelle (consommée à 55,33%) 105 M/m3
Taux de progression 2005 4,396 %
Volume consommé en bois d’œuvre feuillus 6,1 M/m3
Volume consommé en bois d’œuvre résineux 14,8 M/m3
Volume déclaré consommé en bûches 2,9 M/m3
Volume consommé en bûches d’origine ‘non identifiée’* 22,1 M/m3
• Appellation administrative recouvrant probablement plus !
Volume consommé en bois dits d’industrie 12,2 M/m3
- Dont industrie du panneau : 11,8 M/m3
- Dont industrie du papier auxquels s’ajoutent les
plaquettes de scieries et bois d’importation (Eucalyptus…) 0,4 M/m3

Volume total exploité en France 58,1 M/m3
La forêt Française se serait donc développée d’environ
47 millions de m3 en 2005 + 4,396 % soit 50 M/m3

PRECISIONS UTILES
- Volume de Sciages de bois d’œuvre retirés des 20,9
millions de m3 exploités = 9,7 M/m3

- Solde disponible après sciage, en bois énergie
branches exploitables comprises sur sciages feuillus entre 60 et 70 %
- Sur sciages résineux branches excluent sauf exception entre 50 et 58 %

Ou est passée la différence ?!
1/ Ecorces : variable de 8 à 18 %
2/ Sciures (toutes essences confondues) environ 10 %
3/ Plaquettes ou dosses de sciage pour papeteries (résineux)
ou idem à destination des fabriques de panneaux (feuillus) = variable
4/ Purges de grumes et fausses coupes de sciages = variable
Exemples/ Nœuds – Aubier et divers

Précision : Densité moyenne des essences Françaises : 0,85 (base retenue …)

Tonnages pouvant être qualifiés – ou négociées- comme BOIS ENERGIE

Base 20,9 M/m3 sur écorces soit environ 18 M/m3 sous écorces
Base 1 m3 = en moyenne 850 kg à l’abattage soit 15,3 M/tonnes
de bois sciable récolté
En bois d’œuvre feuillus 6,1 millions de m3 x 0,65 = 3,965 M/tonnes
Nota : Solde utilisable en chauffage individuel hors écorces = 3,5
En bois d’œuvre résineux 14,8 millions de m3 x 0,54 = 7,992
Nota : Solde utilisable en chauffage individuel hors écorces = 7,2
En bûche 24 millions de m3 = 20,4 vert ...
En bois dits d’industrie 12,2 millions de m3 =10,37

TOTAL 41,47 M/tonnes

Dont tonnage probable de sciures (3,7 % du tonnage global) 1,53 M/tonnes vertes.

Ressources complémentaires non chiffrées sous réserve d’être triées et tamisées
sauf peut être le poste (*)

Bois dits de récupération non pollués (en déchetteries- en démolition – autres)
Destruction de palettes usagées
Bois de haies et récupérations bocagères (*)…

NOTES
Sans aller puiser dans les ressources alimentant- actuellement- l’industrie lourde du
Panneau et du papier, et sans toucher à la ressource bois énergie actuellement disponible, par la simple RENOVATION du parc d’appareils de chauffage dit à bois bûches, donc en doublant le rendement moyen des divers appareils, ce qui est tout à fait réaliste, il est possible de chauffer, en gros, 600 000 foyers de PLUS , disposant de 200 m2.

Qui craint la déforestation en France ?

Qui craint de manquer de bois de chauffage bûches ou plaquettes en France ?

Qui indique qu’en entretenant MIEUX notre patrimoine forestier au point d’obtenir un rendement supplémentaire de 3% cela se traduirait par un stock supplémentaire de
71,64 millions de m3 ?!


Tout ceci sans polluer notre terre …bien au contraire![/b]

[b]NOTA :


GF SERVICES ne fait pas que débattre du sujet. GF SERVICES agit ! Ses bureaux sont chauffés au bois plaquettes depuis 2005 de même que la maison d’Olivier GALLAND. Après jardinage de la propriété forestière familiale son rendement a bondi de plus de 3% …

Les bois Français sont BIEN BIO comme on dit cheu nous !

GRINDESEL le 08 01 2015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gfservices.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BOIS ENERGIE : Cahiers de GRINDESEL N°1 à 5 revus en 2015    

Revenir en haut Aller en bas
 
BOIS ENERGIE : Cahiers de GRINDESEL N°1 à 5 revus en 2015
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Applewood, la pomme... et le bois.
» Smiler. || Si je bois du Fanta, je suis fantastique ? 8D
» Coureurs des bois et Fusils rayés
» Un plateau en bois pour votre trackpad et votre clavier
» Mannequin bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOG GRINDESEL :: NEWS :: NEWS-
Sauter vers: